Newsletters | Instagram | Dernière mise à jour le 21/05/2019
Logo sauti ya congo

Vingt-deux militaires condamnés par le tribunal militaire de Goma

Publié le : 11 March, 2015 à 18 h 17 min

 

Test légende affichage
Test légende affichage

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) a appris avec soulagement la condamnation, samedi 07 mars 2015, de 22 militaires

par le Tribunal Militaire de Garnison de Goma (TMG/Goma), siégeant en chambre foraine à Kitshanga, province du Nord-Kivu.

Les militaires condamnés ont été reconnus coupables de plusieurs chefs d’accusation. Il s’agit, entre autres, de : meurtres, viols, vols à mains armées, détention illégale d’armes et de munitions de guerre, participation aux mouvements insurrectionnels et arrestations arbitraires.

S’agissant des peines retenues à leurs charges, il convient de signaler que parmi les condamnés, trois (3) ont écopé la peine de mort pour extorsions et vols à mains armées, deux (2) la réclusion à perpétuité pour meurtres tandis que dix-sept (17) autres à des peines allant de 7 à 20 ans de prison ferme, avec paiement des dommages et intérêts pour tous les préjudices causés aux victimes.

Dans ce verdict, deux (2) militaires ont bénéficié d’un acquittement, faute de preuves, et le même tribunal s’est déclaré incompétent pour le jugement d’un mineur accusé de détention illégale d’armes.

Toutes proportions gardées, le verdict du TMG/Goma constitue une arme de dissuasion et un signal fort en direction d’autres présumés criminels militaires qui continuent à se livrer aux crimes et autres actes contraires à la discipline militaire dans le rang des FARDC.

Tout compte fait, la VSV invite :

  • les autorités judiciaires militaires de faire de la lutte contre l’impunité une priorité à mettre au centre de leurs préoccupations pour garantir effectivement les droits fondamentaux de la personne humaine,
  • le gouvernement congolairs de poursuivre et traduire indistinctement en justice les auteurs de violations graves des droits humains et du droit international humanitaire, pour lutter non seulement contre l’impunité, mais aussi, pour mettre fin au régime des intouchables et ce, en vue de l’instauration d’un Etat de droit en RD Congo.

Fait à Kinshasa, le 11 mars 2015.

Articles Récents