Mise à jour le 14 October,20 à 16 h 18 min
Sauti Ya Congo > Non classé > Pas de levée de sanctions ciblées contre les hauts responsables Congolais impliqués dans les violations graves des droits humains sans garantie de justice [Communiqué conjoint]

Un collaborateur de la Société Civile détenu à Lubumbashi

Publié le : 2 November,15 à 14 h 35 min


Une vue du centre ville de Lubumbashi

 

Kinshasa, le 2 novembre 2015 – L’Association congolaise pour l’accès à la Justice (ACAJ) exige la libération sans condition de M. Paul KIKUKAMA NDJOLOKO, collaborateur de la Société Civile du Katanga (SOCIKAT), détenu illégalement par la Justice militaire depuis trente-cinq jours à la prison de Kasapa de Lubumbashi.

Paul KIKUKAMA a été arrêté le 29 septembre 2015 vers 10 heures à Lubumbashi alors qu’il distribuait le communiqué de presse de la SOCIKAT no 003/2015 du 28 septembre 2015, cosigné par dix ONG [1], s’opposant à la proposition de loi portant organisation du referendum, initié par deux députés Simplice ILUNGA et Lucien KASONGO, et à l’instauration d’un régime dictatorial en RDC.

Son arrestation a été ordonnée par  le colonel Bruno ISSA, responsable des services spéciaux de la police. Transféré le même jour à l’Auditorat militaire, il est poursuivi pour « incitation à la révolte » suivant le dossier RMP. 0668/KYK/2015.

Il est détenu sans droit à l’assistance d’un conseil et aux soins médicaux. Tous les exemplaires du communiqué trouvés sur lui sont saisis.

L’ACAJ condamne l’arrestation et la détention illégales de M. Paul KIKUKAMA, et exige de  l’Auditeur militaire supérieur de Lubumbashi sa libération sans condition.

Elle constate que M. Paul KIKUKAMA est souvent victime de harcèlement judiciaire à cause de sa collaboration avec les ONG dans la distribution de leurs publications. Il a déjà été arrêté par l’Agence Nationale de Renseignement (ANR) le 11 décembre 2011 et détenu pendant plusieurs mois sans droit de visite, ni d’assistance d’un conseil, avant d’être acquitté par le Tribunal de Paix de Lubumbashi le 3 février 2012 pour offenses au chef de l’Etat non établies.

L’ACAJ appelle le Gouvernement à faire cesser les entraves au travail des organisations de la société civile, leurs membres et collaborateurs; et faire poursuivre disciplinairement et/ou pénalement les auteurs et complices de l’arrestation de Paul KIKUKAMA et de l’atteinte au travail de la SOCIKAT.

Elle encourage la SOCIKAT à poursuivre avec engagement et fermeté son contrôle citoyen de l’action des pouvoirs publics.

 

Pour contact presse :

Me Georges Kapiamba, Président de l’ACAJ

Téléphone : + 243 81 404 3641

Email : kapiambag2@gmail.com et acajasbl@yahoo.fr

 

Tags : , , , ,

A lire aussi

Publié le : 23 April,19 à 9 h 50 min

Irumu: plus de 8 écoles endommagées par le vent et 1500 élèves affectés, des élus locaux interpellent les autorités

Publié le : 4 June,18 à 19 h 11 min

RDC : plus de 170 ONG s’opposent au 3ème mandat de Joseph Kabila et exigent l’ouverture de l’espace des libertés publiques

Publié le : 16 July,18 à 20 h 10 min

RDC : la VSV craint que John Numbi soit chargé d’une autre mission des représailles contre les défenseurs des droits humains

CONTACTEZ-NOUS

Courriel: sautiyacongo@gmail.com
Skype: sautiyacongo
Facebook: Sautiyacongo
Twitter: Sautiyacongo







Sauti ya Congo | Design By Le mak | Instagram