Newsletters | Instagram | Dernière mise à jour le 21/05/2019
Logo sauti ya congo

Rwanda : Un an plus tard, aucune justice pour les meurtres de réfugiés

Publié le : 25 February, 2019 à 11 h 00 min

La police a tué au moins 12 personnes

(Nairobi) – Les autorités rwandaises n’ont pas publié les résultats de leurs enquêtes sur la mort par balle de 12 réfugiés dans l’ouest du Rwanda le 22 février 2018, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. Un an après les meurtres, les autorités n’ont pas révélé le nombre de personnes tuées, ni identifié et traduit en justice les responsables de l’usage excessif de la force.

La police rwandaise a tiré à balles réelles sur des réfugiés originaires de la République démocratique du Congo qui manifestaient devant le bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) dans le district de Karongi, Province de l’Ouest, le 22 février 2018, tuant au moins huit personnes sur le champ. Le même jour, une autre personne réfugiée est décédée des suites de ses blessures, et deux femmes enceintes qui avaient fui la fusillade ont fait une fausse couche. À Kiziba, la police chargée de garder le camp de réfugiés a tué trois personnes alors qu’elles tentaient de partir aider les manifestants blessés, selon un témoin.

« Il ne peut y avoir aucune justification pour tirer sur des manifestants non armés », a déclaré Lewis Mudge, directeur pour l’Afrique centrale à Human Rights Watch. « Le gouvernement rwandais piétine les tombes des victimes en refusant de reconnaître le nombre de personnes réellement tuées et d’exiger que les responsables rendent des comptes. »

Au cours de l’année écoulée, Human Rights Watch a mené des entretiens individuels avec six survivants, cinq membres de familles de survivants ou de victimes, trois sources au Rwanda qui disposent d’informations sur les affaires judiciaires et un représentant du HCR.

Les manifestations ont commencé après que le HCR et le Programme alimentaire mondial (PAM) ont annoncé en janvier 2018 qu’ils réduiraient les rations alimentaires de 25 % en raison de restrictions budgétaires, notamment à Kiziba, qui accueille plus de 17 000 réfugiés congolais. L’allocation alimentaire a ensuite été ramenée de 7 600 RWF (environ 8,90 USD) à 5 700 RWF (environ 6,70 USD) par personne et par mois.

Trois à quatre mille réfugiés ont quitté Kiziba le 20 février et ont marché pendant plusieurs heures pour se rassembler devant le bureau du HCR dans le district de Karongi et manifester contre la réduction des rations alimentaires. La police a tiré à balles réelles pour disperser la foule alors que les réfugiés se dirigeaient vers Karongi, blessant l’un d’entre eux.

Cliquez ici pour continuer

Articles Récents