Mise à jour le 13 September,19 à 14 h 14 min
Sauti Ya Congo > Nos actualités > Ituri: la RN4 devenue impraticable, plus de 800 véhicules bloqués entre Mambasa et Kisangani

Rutshuru : le gouvernement devrait agir et mettre fin à l’activisme des groupes armes

Publié le : 15 April,19 à 10 h 29 min

Le territoire de Rutshuru a été depuis plus d’une décennie, victime des conflits armés en répétition. Les groupes armés à connotation ethnique et les rebellions qui se sont succédé ont causé des dégâts aussi bien humains que matériels lors de leurs affrontements avec le gouvernement et pendant l’occupation d’une partie du territoire national dans les milieux qu’ils contrôlent.

Des personnes sans scrupule ont adhéré aux idéaux des différents mouvements rebelles qui continuent à semer la désolation et l’insécurité à travers les actes ignobles qu’ils commettent à l’endroit de la population civile et de leurs biens.

Les rapports sur les différentes violations des droits de l’homme entre autres les meurtres, enlèvements ou kidnapping, violences sexuelles, enrôlement d’enfants soldats, incendies des villages, etc. connus en territoire de Rutshuru sont produits et publiés par les organisations non gouvernementales tant nationales qu’internationales pour attirer l’attention de la communauté internationale quant à ce.

Les cris d’alarmes sont lancés de partout pour fustiger et dénoncer ce phénomène qui est devenu quasi permanent dans ce milieu. Tous ces crimes contre l’humanité sont perpétrés par des personnes bien identifiées au mépris des instruments juridiques tant nationaux qu’internationaux relatifs aux droits de l’homme.

L’insécurité entretenue par les groupes armés nationaux et étrangers ont une conséquence difficilement décryptée continue à contraindre les paysans à vivre sous une nouvelle forme d’esclavage. Les taxes illégales et les redevances non justifiées sont permises sur les agriculteurs comme s’ils étaient dans un état autre que la République Démocratique du Congo.

Il est vrai que le gouvernement de la RDC exerce son autorité sur une grande partie de l’étendue du territoire de Rutshuru jadis sous contrôle du M23, NYATURA, MAIMAI, les FDLR, et autres rebelles actifs dans cette entité, opérant en toute quiétude en dépit de l’appel lancé par le gouvernement à ces groupes armés de déposer les armes et de se rendre aux FARDC ou à la MONUSCO pour une paix durable à l’Est de la RDC.

Dans le cadre de la promotion et la protection des droits de l’homme en RDC en général et le territoire de Rutshuru en particulier, l’organisation non gouvernementale « Solidarité Indépendante de défense des Droits Humains » SIDH en sigle, a effectué pour à partir du mois de Mai 2017 jusqu’aujourd’hui en Avril 2019 toujours un monitoring de violations des droits de l’homme dans le but de contribuer tant soi peu à la prévention et la lutte contre l’impunité des violations graves des droits de l’homme ( kidnapping qui est de- venu monnaie courante dans le territoire de RUTSHURU. En date 28/10/2017 cas de Monsieur MATETE SEMINABA Jean, âgé de 52 ans kidnappé pendant la journée sur le lieu de sa boutique jusqu’ à présent porté disparu. Également un jeune garçon de Ntamugenga répondant au nom de MUMBERE MUVUYA, âgé de 25 ans kidnappé pendant la nuit dans leur maison jusqu’à présent porté disparu. Ils ont été lapidés même après avoir récupéré la somme d’argent pour les deux victimes. D’autres personnes sont régulièrement kidnappées à Kiwanja, Rutshuru centre, Kalengera et partout ailleurs sur le territoire de Rutshuru.

Signalons également qu’il y a plusieurs cas des victimes des violences sexuelles dont les auteurs seraient des hommes en uniforme militaire FARDC. Les victimes ont elles-mêmes dit avoir vu et connus leurs violeurs qui serait soit un élément FARDC, Nyatura ou FDLR et qui sont libre des mouvements jusque-là. Certaines victimes sont torturées en plus d’être violées.

Meurtre de Monsieur PHILIPPE NTAGAHIRA de Rubare ce Mercredi, 10/04/2019 aux environs de 12h00 dans son champ alors qu’il sarclait les haricots à MBOGANI en compagnie de sa femme et ses travailleurs. Ce sont les mêmes bandits qui l’avaient kidnappé un jour, et qui ont emprisonnés puis relâchés par la Cour militaire de Rutshuru qui ont revenu l’éliminer en guise de vengeance.

En somme, plusieurs cas d’abus des droits et violations des droits de l’homme continuent à être répertoriés et leurs auteurs n’ont jamais été l’objet de poursuite judiciaire.

La pérennisation de l’activisme des groupes armés en territoire de Rutshuru et l’impunité caractérisée de l’Etat Congolais ne favorise pas l’avènement d’une paix durable dans cette partie du territoire National.

Recommandations :

  1. Aux autorités politico-administratives et militaires Provinciales :

  • De communiquer efficacement avec la population pour lever les zones d’ombres autour du processus de rapatriement des ex-rebelles MAIMAI, NYATURA et des tractations entre eux.

  1. Aux institutions judiciaires (cour opérationnelle militaire) :

  • De multiplier des procès publics à l’encontre des criminels appréhendés pendant les

Opérations militaires en TERRITOIRE DE RUTSHURU et dans d’autres endroits où cela est possible pour décourager ses auteurs.

  • Ne pas relâcher les auteurs coupables de ces délits car cette habitude fait à ce que les victimes soient tout le temps menacé.

  1. Aux autorités Policières Provinciales et Locales :

  • D’actionner urgemment le mécanisme de police de proximité pour promouvoir le mécanisme de collaboration entre la police et la population.

  • D’instruire les agents pour qu’ils assurent de manière professionnelle leur noble tâche correctement afin qu’ils puissent bien sécuriser les personnes et leurs biens.

  1. Aux responsables de services de sécurité spécialisés :

  • De jouer pleinement leur rôle et avec professionnalisme ;

  1. Aux populations et à la Société civile :

  • De rester vigilantes, de dénoncer tout cas suspect et autres faits infractionnels et de renoncer à tout recours à la violence sous toutes ses formes.

  1. A l’organisation HUMAN RIGHTS WATCH (HRW) et outres partenaires, de faire le plaidoyer :

  1. Au gouvernement de la RDC :

  • D’accélérer le processus de traquer tous les groupes armés actifs dans le territoire de Rutshuru.

  • De déployer les FARDC dans les milieux les plus reculés où les groupes armés sont très actifs.

  • De diligenter des enquêtes dans les entités où les FARDC et d’autres groupes armés ont été très actifs en vue d’établir des responsabilités des uns et des autres.

  • De garantir la liberté d’opinion et de protéger les manifestations publiques en cas de problème.

  • De lutter contre l’impunité et corruption exagérées en RDC.

  1. A la communauté Internationale :

  • De soutenir le gouvernement de la RDC dans le processus de désarmement des groupes armés pour une paix durable.

  • De faire pression sur les autorités politico – administratives congolaises afin qu’elles exercent des poursuites contre les auteurs présumés des violations graves des droits de l’homme.

Pour la SIDH / Droits de l’homme

Josias SHAHETERA

A lire aussi

Publié le : 13 July,17 à 11 h 49 min

Rwanda : HRW plaide pour l’ouverture des enquêtes sur les exécutions sommaires d’au moins 37 personnes soupçonnées de petite délinquance

CONTACTEZ-NOUS

Courriel: sautiyacongo@gmail.com
Skype: sautiyacongo
Facebook: Sautiyacongo
Twitter: Sautiyacongo







Sauti ya Congo | Design By Le mak | Instagram