Mise à jour le 12 December,19 à 10 h 33 min
Sauti Ya Congo > Nos actualités > DECLARATION DES ORGANISATIONS DE LA PROMOTION ET DEFENSE DES DROITS DE L’HOMME DU KASAI ORIENTAL, A L’OCCASION DU 71 eme ANNIVERSAIRE DE LA DECLARATION DE DROIT DE L’HOMME.

RDC : « Il y a lieu d’éviter qu’avant le dialogue soit égal après le dialogue », alerte la VSV

Publié le : 13 April,16 à 18 h 42 min

(Kinshasa, le 13 avril 2016) – L’échec des concertations nationales de 2013 devrait servir de leçon afin d’éviter qu’avant le dialogue « inclusif » soit égal après le dialogue « inclusif », et ce, après avoir dilapidé inutilement les fonds du trésor public, interpelle la Voix des Sans Voix. Si la Majorité au pouvoir et son autorité morale sont tenues de privilégier la cohésion nationale et la décrispation du climat politique, des vrais opposants politiques, eux, sont invités à faire preuve de flexibilité et de réalisme politique afin de privilégier l’intérêt supérieur de la Nation. Quant au facilitateur, Edem Kodjo devrait veiller à la qualité et à la participation paritaire des acteurs de l’opposition politique et de la Majorité Présidentielle. Ci-dessous, l’intégralité du Communiqué :

La Voix des Sans Voix pour les Droits l’Homme (VSV) salue, une fois de plus, la nomination par Dr Nkosazana Dlamini-Zuma, Présidente de la Commission Africaine de l’Union Africaine, de monsieur Edem Kodjo en qualité de facilitateur du dialogue national et inclusif en RD Congo.

La VSV réitère son soutien au dialogue politique national inclusif en tant que l’une des vertus cardinales en démocratie. Aussi, la VSV souhaite-t-elle que toutes les parties prenantes au plus haut niveau puissent effectivement y prendre part en vue de baliser la voie pour un processus électoral apaisé et mettre fin à la tension politique y afférente à travers une décrispation du climat politique en RDC susceptible, si il demeure en l’état actuel, d’occasionner des violations massives des droits humains.

La VSV apprécie et encourage les efforts fournis par M. Edem Kodjo à convaincre les vrais opposants politiques au régime du Président Joseph KABILA à prendre part au dialogue national inclusif en RDC. Toutefois, Elle invite M. Edem Kodjo à ne pas s’auto-satisfaire de la seule participation de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) qui de surcroit n’est pas garantie jusqu’à la fin des travaux dudit dialogue.

Il convient donc d’éviter la précipitation dans la tenue de ce dialogue et de s’investir dans la poursuite des rencontres d’échange avec les leaders de l’opposition politique et ceux de la Société Civile qui hésitent encore pour des raisons tout à fait légitimes et fondées à prendre part audit dialogue en vue de les rassurer sur leurs exigences et craintes relatives au respect de la Constitution et l’impérieuse nécessité de l’alternance politique en RDC.

De même, la VSV espère que le facilitateur Edem Kodjo respectera sa parole donnée au cours de la conférence de presse organisée par lui, lundi 11 avril 2016, à Kinshasa, RDCongo de ne pas travailler en dehors de la Constitution de la République Démocratique du Congo. En outre, la VSV exhorte le facilitateur à affirmer son impartialité en traitant toutes les parties prenantes sur le même pied d’égalité et de les inviter à œuvrer avec lui conformément à la Résolution 2277 et à mettre de l’eau dans leur vin afin de parvenir à un consensus sur les grands enjeux de l’heure.

La Majorité au pouvoir en général et son autorité morale, le Président Joseph KABILA en particulier doivent privilégier la cohésion nationale et la décrispation du climat politique à travers, entre autres, la libération de tous les opposants politiques et les défenseurs des droits humains en détention sous divers prétextes. Quant aux vrais opposants politiques, ils sont invités à faire parfois preuve de flexibilité et de réalisme politique afin de privilégier l’intérêt supérieur de la Nation congolaise.

Enfin, pour la réussite de sa mission, M. Edem Kodjo doit se rappeler ou s’informer sur l’échec des concertations nationales organisées en 2013 en RDC sans la participation de certains opposants politiques au régime du Président Joseph Kabila. Ledit échec doit servir de leçon afin d’éviter qu’avant la tenue du dialogue national « inclusif » soit égal après la tenue du dialogue national « inclusif », et ce, après qu’on ait dilapidé inutilement les fonds du trésor public congolais. Il serait de bonne politique ou mieux de réalisme politique que le dialogue national ne vaudrait pas son pesant d’or et qu’il conviendrait d’y surseoir sans la participation de tous les vrais opposants politiques.      

En définitive, la VSV demande au Président de la République Démocratique du Congo d’ordonner la libération de tous les détenus et prisonniers politiques et d’opinion croupissant encore à la Prison Centrale de Makala, dans les cachots parallèles et autres prisons de la RDC en vue de la décrispation effective du climat politique.

Au facilitateur Edem Kodjo de veiller à la qualité et à la participation paritaire des acteurs de l’opposition politique et de la Majorité Présidentielle.

SYC

Ci – Joint : COMMUNIQUE DE PRESSE VSV N° 10 2016

A lire aussi

Publié le : 9 March,17 à 16 h 30 min

[Point de vue] Gérard Bisambu : A qui profiterait le blocage de l’Accord Politique Global et Inclusif ?

CONTACTEZ-NOUS

Courriel: sautiyacongo@gmail.com
Skype: sautiyacongo
Facebook: Sautiyacongo
Twitter: Sautiyacongo







Sauti ya Congo | Design By Le mak | Instagram