Mise à jour le 12 December,19 à 10 h 33 min
Sauti Ya Congo > Nos actualités > DECLARATION DES ORGANISATIONS DE LA PROMOTION ET DEFENSE DES DROITS DE L’HOMME DU KASAI ORIENTAL, A L’OCCASION DU 71 eme ANNIVERSAIRE DE LA DECLARATION DE DROIT DE L’HOMME.

RDC : Voici la situation de l’opération « Carton Jaune » à travers le pays !

Publié le : 19 October,16 à 17 h 01 min

(Goma, le 19 octobre 2016) – L’appel à la Journée Ville Morte du Rassemblement de l’Opposition politique ce mercredi 19 octobre 2016 a été observé dans certains coins de la République sans incident majeur déploré jusque-là. Selon des observateurs, certains congolais ont eu peur de sortir de chez eux craignant la violence et d’autres ont affirmé avoir répondu au mot d’ordre. Toutefois, pour le Rassemblement, il est question de donner un « Carton Jaune » au Président Kabila pour lui dire que son mandat se termine le 19 décembre 2016. Ci – dessous, la situation de certaines villes de la RD Congo :

Butembo

La paralysie des activités de la ville a été observée cet avant – midi. Les écoliers téméraires ont été obligés de renter à la maison. Les commerces sont restés fermés alors que la police a été déployée dans les coins stratégiques.

C’est vers 12 heures locales que certaines boutiques ont commencé à ouvrir. Mais les activités sont restées timides.

« Un groupe de taximen moto a circulé dans les rues avec des sifflets chantant : Kabila doit partir le 19 décembre 2016 », a rapporté un témoin.

Beni

C’est une marche des membres de l’opposition et sympathisants qui est parti du Rond – Pont Nyamwisi jusqu’à la Mairie de la Ville.

« Plusieurs personnes habillées en jaune avec des cartons jaunes en leurs mains scandaient des chansons hostiles au Gouvernement et principalement au Président Kabila », a indiqué un observateur local.

Après le dépôt de leur mémorandum au Maire de Beni, les manifestants sont retournés au point de départ de leur marche pour le compte –rendu. Il n’y a pas eu de casses ni de répression de cette activité. Mais la ville où séjourne le Gouverneur Julien Paluku depuis hier a été également paralysée.

« C’est vers 15 heures locales que le Gouverneur a reçu les membres de l’opposition politique de Beni », apprend – t – on.

Kindu

Les habitants ont vaqué à leurs occupations comme à l’accoutumée. Seulement que plusieurs manifestants habillés en couleur jaune ont été interpellés cet avant – midi avant d’être libérés quelques heures plus tard par la Police.

Uvira

La ville a ressemblée à une véritable ville morte. Toutes les activités ont été complétement paralysées. S’il n’y a pas eu de manifestation de l’opposition, des témoins ont signalé le déploiement des forces de sécurité à des endroits stratégiques. C’est en début d’après midi que le rythme de vie normale de la ville a semblé reprendre.

Goma

Dès 9 heures, des milliers de manifestants ont commencé à se diriger vers le gouvernorat. Grace à leur vigilance, un élément perturbateur qui voulait créer la bagarre dans la marche pour des visées non connues a été vite maitrisé par les gomatraciens qui l’ont remis à la police.

« Cette longue file de manifestants chantait : Kabila, ton mandat est à terme…si tu vas tuer tous les congolais, nous militons pour la protection de la Constitution », a témoigné un habitant de Bel Air où les manifestants sont passés pour atteindre l’entrée du Carmel.

C’est aux environs de 11 heures 20 locales que la Police a commencé à disperser les manifestants à coups de gaz lacrymogènes afin de les empêcher à atteindre le Gouvernorat pour le dépôt de leur mémorandum. Mais cela ne les a pas dissuadé à regagner la rue (barrant la route avec des pierres et bois à quelques 300 mètres) alors qu’une délégation d’opposants a pu avoir accès dans les installations du Gouvernorat.

Bandundu

Selon des sources locales, la ville a connue une ambiance inhabituelle. Pas des marchés, pas d’écoles, certains bureaux de l’administration publique fermés… Les secteurs privé et public ont obéi au mot d’ordre du Rassemblement.

« Des pneus sont brulés à travers les principales artères. Les rues sont restées désertes. Seules quelques motos – taxis facilitent le transport. Aux endroits stratégiques, beaucoup des policiers ont été déployés. Ils sont en état d’alerte. Mais il n’y a aucune arrestation », rapporte un membre de la société civile.

Kinshasa

Tout a tourné au ralenti ce mercredi dans le centre d’affaires comme dans la cité. De nombreux commerces, écoles, bureaux de l’administration et marchés sont restés fermés dans la matinée. La circulation est restée fluide sur les principales artères de la ville. Seuls quelques véhicules des particuliers et des bus de la société publique Transco ont circulé dans l’avant-midi.

Si un dispositif important des policiers a été déployé dans certains coins stratégiques de la ville, certains incidents ont été signalés dans la Tshangu (Est de la ville) où les manifestants ont barricadé les routes. Lors de la dispersion de ces manifestants brandissant des cartons jaunes, des interpellations ont été signalées.

Kalemie

Pas de manifestation particulière. Les gens ont opté pour le « un silence parlant », à savoir : ne pas travailler. Jusqu’à midi, la paralysie des activités a été observée. Il n’y a pas eu de marchés ni des commerces ouverts. Et la majorité d’écoles n’a pas fonctionnée, apprend – t – on.

« Un membre de la FEC qui a commencé à circuler dans la ville vers midi pour sensibiliser les commerçants à ouvrir leurs magasins n’a pas été entendu. Seuls quelques kiosques ont répondu à l’appel », a indiqué une source locale qui confirme la reprise timide d’activités.

Kananga

La ville a été partiellement paralysée ce mercredi à la suite du mot d’ordre du Rassemblement pour l’opération « carton Jaune ». C’est vers 13 heures locales que les commerces ont commencé à ouvrir timidement alors que la majorité d’écoliers n’a pas étudiée.

« Le Ministre Provincial de la fonction publique est passé ce matin dans les médias pour interpeller tous les agents de l’Etat à se présenter dans leurs bureaux respectifs sous peine de sanctions disciplinaires », fait observer un témoin qui affirme que malgré cette intimidation, l’administration n’a pas connue son engouement habituel ce matin.

Bukavu

Tout était normal. Les activités se sont déroulées normalement. La veille déjà, la fête était totale après la signature de l’accord du Dialogue politique. Les militants et sympathisants de l’UNC étaient dans la joie de voir Vital Kamerhe conclure cet accord au nom de la paix.

Lubumbashi – Moba

Tout a été calme. Les activités ont évolué normalement. Sauf que la veille, quelques militants de l’UDPS ont tenté de manifester leur mécontentement après la signature de l’accord politique. Ils ont été dispersés tout de suite à l’aide des gaz lacrymogènes et des balles autour de 21 heures locales. Aucun dégât n’a été signalé.

« Pour palier à tout débordement ce mercredi, des policiers ont été postés aux endroits stratégiques dont la place de la Poste en plein centre-ville », a déclaré un observateur.

A Moba, il n’y a pas eu de journée « ville – morte ». Tout a fonctionné normalement. D’aucuns estiment que la population craint la répression au point d’affaiblir la mobilisation des foules par l’Opposition qui voit toutes ses manifestations frappées d’interdictions.

« Cette attitude décourage plusieurs personnes qui n’accordent plus d’importance aux mots d’ordres de l’opposition bien qu’ils soient fondés », commente un analyste de Moba.

SYC

A lire aussi

Publié le : 14 July,17 à 15 h 28 min

RDC : Le CJDH exige une solution durable au conflit “creuseurs artisanaux-Alphamin” pour préserver la paix à Walikale

Publié le : 28 January,19 à 11 h 54 min

RDC-Yumbi : Plus de 800 morts, l’attaque a été planifiée et organisée

Publié le : 16 September,16 à 10 h 51 min

RDC : 43 ONG s’opposent au recours à la peine de mort préconisé par Julien Paluku au Nord – Kivu

CONTACTEZ-NOUS

Courriel: sautiyacongo@gmail.com
Skype: sautiyacongo
Facebook: Sautiyacongo
Twitter: Sautiyacongo







Sauti ya Congo | Design By Le mak | Instagram