Mise à jour le 14 October,20 à 16 h 18 min
Sauti Ya Congo > Non classé > Pas de levée de sanctions ciblées contre les hauts responsables Congolais impliqués dans les violations graves des droits humains sans garantie de justice [Communiqué conjoint]

RDC : Voici la liste des prisonniers arrêtés depuis fin 2014

Publié le : 15 March,16 à 15 h 43 min

Plusieurs personnes ont été arrêtées depuis la fin de l’année 2014 après s’être élevées contre les tentatives d’extension du mandat du président Kabila ou pour avoir participé à des manifestations pacifiques ou d’autres activités politiques. Selon Human Rights Watch, ces personnes sont toujours en détention.

Personnes détenues à Kinshasa :

  1. Vano Kalembe Kiboko : ancien membre du parlement de la coalition de la majorité de Kabila, arrêté le 29 décembre 2014 après avoir publiquement critiqué la répression policière violente d’une manifestation au Katanga et les tentatives visant à permettre à Kabila de briguer un troisième mandat. Jugé coupable et condamné à trois ans de prison le 14 septembre 2015 pour haine raciale et tribalisme et « divulgation de faux bruits ». Il a été détenu à la prison centrale de Kinshasa jusqu’au 26 janvier 2016, puis transféré dans une prison militaire de Kinshasa, où il se trouve toujours. Ses avocats indiquent que le transfert n’avait aucun fondement juridique.
  2. Jean-Claude Muyambo : président du parti politique Solidarité congolaise pour la démocratie et le développement (SCODE) et ancien président de l’association du barreau dans l’ancienne province de Katanga, arrêté à Kinshasa le 20 janvier 2015, après avoir mobilisé la participation aux manifestations contre les modifications proposées de la loi électorale. Détenu à la prison centrale de Kinshasa, puis transféré dans un centre médical, où il est soigné pour les blessures subies lors de son arrestation. Jugé pour « abus de confiance » et vente d’un bâtiment qui ne lui appartenait pas, chef d’inculpation probablement basé sur une plainte qu’un client a déposée contre lui en 2002 et retirée plus tard, dans sa province d’origine de Katanga.
  3. Christopher Ngoyi : défenseur des droits humains impliqué dans la mobilisation de la participation publique aux manifestations contre les modifications proposées de la loi électorale, arrêté le 21 janvier 2015 et détenu par l’Agence Nationale de Renseignements pendant 20 jours, puis transféré à la prison centrale de Kinshasa. Les procédures judiciaires sont en cours. En raison d’une baisse significative de son taux d’hémoglobine dans le sang et d’autres problèmes de santé, Ngoyi a été transféré dans un centre médical de Kinshasa le 8 février 2016. Sa famille a indiqué qu’il a été reconduit à la prison centrale de Kinshasa le 2 mars, avant son rétablissement total et avant que la cause de la perte de sang soudaine ait été découverte ou traitée.
  4. Ernest Kyaviro : leader d’opposition arrêté à Goma le 22 janvier 2015 pendant la semaine de manifestations contre les modifications proposées de la loi électorale. Transféré à Kinshasa et détenu à l’agence de renseignements pendant 86 jours, puis transféré à la prison centrale de Kinshasa le 15 avril. Jugé coupable et condamné à trois ans de prison le 18 septembre pour provocation et incitation à des manquements envers l’autorité publique. Son appel est en cours.
  5. Fred Bauma : activiste de la LUCHA arrêté lors d’un atelier à Kinshasa le 15 mars 2015 qui présentait Filimbi. Détenu par l’agence de renseignements pendant 50 jours, puis transféré à la prison centrale de Kinshasa. Les procédures judiciaires sont en cours.
  6. Yves Makwambala : webmaster arrêté lors d’un atelier à Kinshasa le 15 mars 2015 qui présentait Filimbi. Détenu par l’agence de renseignements pendant 40 jours, puis transféré à la prison centrale de Kinshasa. Les procédures judiciaires sont en cours.
  7. Jerry Olenga : membre du parti d’opposition Forces novatrices pour l’union et la solidarité (FONUS), arrêté le 4 novembre 2015 après avoir assisté à la conférence de presse tenue par le président du parti. Transféré à la prison centrale de Kinshasa après avoir été détenu pendant un mois à l’ANR. Inculpé d’atteinte à la sécurité de l’État. Les procédures judiciaires sont en cours.
  8. Paulin Lody : membre du parti FONUS, arrêté le 4 novembre 2015 après avoir assisté à la conférence de presse tenue par le président du parti. Transféré à la prison centrale de Kinshasa après avoir été détenu pendant un mois par l’agence de renseignements. Inculpé d’atteinte à la sécurité de l’État. Les procédures judiciaires sont en cours.
  9. Jean-Marie Kalonji : coordinateur du mouvement pro-démocratie Quatrième Voie, arrêté le 15 décembre 2015. Détenu depuis cette date par l’agence de renseignements à Kinshasa, sans chef d’inculpation et sans possibilité de recevoir la visite de sa famille ou d’un avocat.
  10. Bienvenu Matumo : membre de la LUCHA, arrêté tôt dans la matinée du mardi 16 février 2016 – journée « ville morte » (grève générale) – en même temps que Marc Héritier Kapitene, après avoir assisté à une réunion avec d’autres activistes de la LUCHA la nuit précédente. Transféré d’un centre de détention de l’agence de renseignements au bureau du procureur le 19 février. Il a été ensuite transféré à la prison centrale de Kinshasa et est inculpé d’incitation à la désobéissance civile, de diffusion de fausses informations et d’atteinte à la sécurité de l’État.
  11. Marc Héritier Kapitene : membre de la LUCHA, arrêté tôt dans la matinée du mardi 16 février 2016, – journée « ville morte » (grève générale) – en même temps que Matumo, après avoir assisté à une réunion avec d’autres activistes de la LUCHA la nuit précédente. Transféré d’un centre de détention de l’agence de renseignements au bureau du procureur le 19 février. Il a ensuite été transféré à la prison centrale de Kinshasa et est inculpé d’incitation à la désobéissance civique, diffusion de fausses informations et d’atteinte à la sureté intérieure de l’État.
  12. Victor Tesongo : membre d’un parti politique d’opposition, arrêté dans la nuit du 15 février 2016, alors qu’il rentrait chez lui après avoir rencontré des  activistes de la LUCHA, la veille de la journée « ville morte » (grève générale). Transféré d’un centre de détention de l’ANR au bureau du procureur le 19 février. Il a ensuite été transféré à la prison centrale de Kinshasa et est inculpé d’incitation à la désobéissance civique, diffusion de fausses informations et d’atteinte à la sureté intérieure de l’État.

Autres activistes de la LUCHA arrêtés à Goma tôt dans la matinée du 16 février 2016, peu avant le début de la journée « ville morte » :

    1. Rebecca Kavugho
    2. Serge Sivya
    3. Justin Kambale
    4. John Anipenda
    5. Ghislain Muhiwa
    6. Melka Kamundu

Le 24 février, ces six activistes ont tous été condamnés à deux ans de prison pour incitation à la désobéissance à l’autorité publique. Le 4 mars, une cour d’appel a réduit leur peine de prison à six mois.

SYC

A lire aussi

Publié le : 11 June,19 à 11 h 12 min

Les biens de population civile de Lukando et Chabunda devraient être protégés par les militaires en opération armées.

Publié le : 16 February,17 à 7 h 04 min

RDC : Le Gouvernement appelé à mettre fin à la répression des activistes pro-démocratie

CONTACTEZ-NOUS

Courriel: sautiyacongo@gmail.com
Skype: sautiyacongo
Facebook: Sautiyacongo
Twitter: Sautiyacongo







Sauti ya Congo | Design By Le mak | Instagram