Mise à jour le 18 October,19 à 9 h 27 min
Sauti Ya Congo > Nos actualités > Le CNRJ-RDC appelle les autorités tant civiles que militaires à traduire en justice les éléments militaires FARDC qui se sont ingérés dans le déguerpissent

RDC : Six nouvelles arrestations des militants Lucha à Goma ce lundi 24 octobre 2016

Publié le : 24 October,16 à 16 h 28 min

Six militants de la LUCHA ont été arrêtés ce matin autour de 11h00 locales à Goma au niveau de l’Institut Supérieur de Commerce. Il s’agit de : Glody Ntambwe, Faustin Dunia, Muhindo Jacques, Guillaume Muyisa, Simon Mukenge et Espoir Ngalukiye.

Selon un communiqué de la LUCHA, ils sensibilisaient la population sur les grandes manifestations de ces mercredi 26 et jeudi 27 octobre 2016 à Goma et partout ailleurs dans le pays, à l’appel de plus de 170 mouvements citoyens et organisations de la société civile congolaise, en vue de dénoncer le coup d’État constitutionnel consacré par l’accord politique du 18 octobre dernier à Kinshasa, avec la complicité soutenue de l’Union Africaine, de la SADC, de la CIRGL, et, dans une certaine mesure, des Nations-Unies.

« Ils distribuaient les messages imprimés dont une copie est annexé au présent email. Nous y joignons également la feuille de route signée la semaine dernière par 173 organisations et mouvements de la société civile, y compris la Lucha, et dans laquelle cette action était annoncée, pour coïncider avec le sommet de Luanda sur la RDC », confirme la LUCHA.

Et de poursuivre : « Nos six camarades ont été emmenés manu-militari au cachot du P2 (police des renseignements) où ils sont actuellement détenus dans des conditions exécrables ». 

La LUCHA affirme avoir lancé un appel sur les réseaux sociaux pour demander aux citoyens de se mobiliser de la manière suivante : « Appeler ou envoyer le SMS suivant : Je dénonce l’arrestation injustifiée des militants de la Lucha à l’ISC/Goma ce matin et exige leur libération immédiate. Vous serez tenu responsable de ce qui pourrait leur arriver” au commissaire provincial de la PNC Vital Awashango (+243 99 99 52 617) et/ou au Maire de Goma Dieudonné Malere (+243 81 53 07 230) ».

Pour la LUCHA, la mobilisation de ce mercredi 26 et jeudi 27 octobre est tellement cruciale parce qu’elle doit permettre d’envoyer un message fort à Luanda pour dire aux participants à ce sommet que le Peuple congolais tient à avoir l’alternance au pouvoir le 19 décembre 2016 conformément à la constitution, et que personne ne va arrêter la souveraine volonté du Peuple congolais, même pas l’Union Africaine, la SADC, la CIRGL ou l’ONU !

« Nous trouvons absolument irresponsable et méprisant pour la communauté internationale de soutenir un accord signé par une poignée d’individus sans aucune légitimité, et qui viole à la fois la constitution de ce pays, les principes de base de la démocratie, et même les résolutions du Conseil de sécurité. Bien plus, c’est un mépris pour la mémoire de centaines de congolais morts en défendant leur constitution et l’alternance politique, alors que les mêmes Nations-Unies publient un rapport sur les manifestations des 19 et 20 septembre derniers, et que le Secrétaire Général de l’ONU n’a pas caché sa crainte d’une crise violente grave en RDC. Quelle contradiction ! », indique le Communiqué.

Pour ceux qui le peuvent ou ceux dont c’est le mandat, la LUCHA les exhorte de contacter les autorités congolaises pour exiger la libération immédiate et sans condition de ces 6 militants, et la fin de ces actes de violation des libertés fondamentales.

« Nous demandons aux Nations-Unies/Monusco, Etats-Unis, Union Européenne, France, Grande Bretagne, Belgique, Canada, Suède, Norvège, et les autres Nations démocratiques amies de la RDC, de ne pas prendre le risque de se discréditer et de se mettre à dos la population congolaise, en soutenant un arrangement politique ridicule. Que le soutien à cette forfaiture vienne de l’Union africaine et des dictatures de la sous-région, cela n’a rien de très étonnant : on n’attendait pas mieux de leur part, et ce ne sont pas eux qui ont tant investi dans les efforts de stabilisation et de démocratisation de ce pays… Ne commettez pas encore l’erreur de vous ranger du mauvais côté de l’histoire douloureuse du Congo », rapporte le communiqué.

Après que notre solution pour tenir la présidentielle dans les délais ait été négligée, la LUCHA avec 172 autres organisations, a proposé un autre plan post-19 décembre 2016, qui permet de préserver un tant soit peu l’ordre constitutionnel et d’éviter ainsi que le peuple se prenne en charge au nom de l’article 64, avec un risque évident de violences à grande échelle que personne ne pourra hélas contrôler.

« Soutenez cette position et aidez la RDC à la mettre en œuvre ! Le sommet de Luanda peut permettre d’éteindre l’incendie…ou l’attiser plus qu’il ne l’est déjà : la “communauté internationale” est plus que jamais devant ses responsabilités », a conclu la LUCHA.

 SYC

A lire aussi

Publié le : 24 February,16 à 16 h 08 min

RDC : HRW appelle à la libération de jeunes activistes arrêtés lors de la journée « ville morte »

Publié le : 12 July,17 à 10 h 37 min

RDC : Un journaliste assassiné à Bunia, ses collègues exigent justice et observent une «journée sans radio»

CONTACTEZ-NOUS

Courriel: sautiyacongo@gmail.com
Skype: sautiyacongo
Facebook: Sautiyacongo
Twitter: Sautiyacongo







Sauti ya Congo | Design By Le mak | Instagram