Dernière mise à jour le 21/02/2019
Logo sauti ya congo

RDC : REVI exige la libération immédiate du journaliste Socrate Bisimwa détenu depuis 4 jours à Bukavu

Publié le : 24 May, 2018 à 18 h 18 min


Bukavu, le 24 mai 2018 – Le Réseau des victimes de l’insécurité (REVI) a dénoncé l’arrestation et la détention arbitraire du journaliste Socrate Bisimwa depuis quatre jours au cachot de militaire de Sokola 2 à Bukavu, chef-lieu de la province du Sud-Kivu.

“Nous en appelons à l’implication du Conseil Supérieur de l’Audiovisuelle et de la communication (CSAC), de Journaliste en Danger (JED) ainsi que toutes les institutions et organisations de promotion des droits humains, de s’impliquer activement pour la libération de ce journaliste. Nous demandons aux autorités de libérer immédiatement Mr BISIMWA Socrate parce qu’il n’a commis aucune infraction”, a déclaré la coordinatrice du REVI, Maître Clarisse Awan’Ibamba.

La liberté d’expression étant un droit en RD Congo, REVI évoque l’article 23 de la Constitution de la République Démocratique du Congo qui garantit la liberté d’expression à tout citoyen et la loi n°96-002 du 22 Juin 1996 fixe les modalités d’exercice de la liberté de presse pour dénoncer cette arrestation qu’il qualifie d’arbitraire parce que ce journaliste a été arrêté sans avoir commis une seule infraction.

D’après un communiqué rendu public ce jour par cette structure, Socrate Bisimwa serait accusé d’avoir animé une émission débat sur le processus électoral, durant laquelle il a émis quelques doutes quant à l’aboutissement de ce processus tel que prévu par le calendrier électoral.

Pour rappel, c’est dans la nuit du dimanche 20 au lundi 21 mai 2018 que le journaliste Bisimwa Socrate de la radio Mugote émettant dans le territoire d’Idjwi en province du Sud-Kivu a été arrêté par les Forces armées de la RDC et conduit au cachot de SOKOLA 2  à Bukavu.

Jusqu’à ce jeudi 24 mai 2018, déplore REVI, le journaliste y est encore détenu.

SYC