Mise à jour le 14 October,20 à 16 h 18 min
Sauti Ya Congo > Non classé > Pas de levée de sanctions ciblées contre les hauts responsables Congolais impliqués dans les violations graves des droits humains sans garantie de justice [Communiqué conjoint]

RDC : Restrictions des libertés d’expression et de manifestation à Kisangani

Publié le : 19 December,15 à 19 h 55 min

8 cas d’atteinte à la liberté d’expression ont été répertoriés entre novembre et décembre 2015 à Kisangani et ses environs durant ce temps fort de la période pré-électorale. Le Groupe LOTUS, organisation de défense des droits humains basée à Kisangani (RDC) et membre de la FIDH, dénonce les restrictions aux libertés d’expression et de manifestation qui mettent à mal l’exercice de la démocratie en RDC.

Ces cas d’atteinte à la liberté d’expression se sont manifestés concrètement au cours de cette période par des entraves à la liberté de réunion et de marche pacifique où des mauvais traitements infligés en raison des opinions aux   personnes sont rapportées, indique le Communiqué du Groupe Lotus.

Des services spécialisés de l’Etat sont, par ailleurs, accusés d’avoir assignés des convocations à certains citoyens dans les bureaux de l’Agence Nationale de Renseignement, de la Garde Républicaine et autres services de la police nationale. Celles – ci ont procédé à des arrestations pour intimider les personnes très critiques à l’encontre du pouvoir en place.

Le Groupe Lotus évoque le cas de l’arrestation d’un citoyen, derrière le camp de la Garde Républicaine à cause de ses critiques sur les informations faisant état du dialogue national tel que voulu par le chef de l’Etat.

Un Professeur d’Université de Kisangani a également fait l’objet de message de menaces inconnues et de plusieurs interpellations à l’Agence Nationale de Renseignement, pour ses opinions et analyses politiques.

Harcèlement judiciaire et menaces continuent à être exercés à l’endroit d’un journaliste d’un média privé à cause des opinions émises dans le cadre d’une émission qui a été diffusée dans sa chaîne.

« La suspension des certains programmes de télé et de radio, les menaces sur la liberté d’expression et le refus d’autorisation aux mouvements de marche pacifique aux partis politiques d’oppositions à Kisangani et ses environs par le maire de la ville de Kisangani, sont une preuve de restrictions aux instruments juridiques internationaux relatifs aux droits civils et politiques par rapport aux engagements de la RDC », a déclaré Adrien BANWITIYA, Directeur exécutif adjoint du Groupe Lotus et Point Focal de la Coalition de Plaidoyer pour le Congo.

Au demeurant, le Groupe LOTUS fait remarquer que ces genres de pratiques des autorités congolaises violent la mise en œuvre de droits protégés par le pacte international relatif aux droits civils et politiques ainsi que l’exercice constitutionnel de liberté publique en RDC.

Se disant inquiet de cet état de choses qui risquent d’entacher la crédibilité et la légitimité des futures élections, le Groupe LOTUS invite le Gouvernement Congolais au respect de ses engagements internationaux.

SYC

Ci – joint : le Communiqué officiel de LOTUS

Tags : , , , , , , ,

A lire aussi

Publié le : 13 September,17 à 13 h 33 min

RDC : Prison centrale de Dungu, un «mouroir» plutôt qu’un «centre de rééducation»

CONTACTEZ-NOUS

Courriel: sautiyacongo@gmail.com
Skype: sautiyacongo
Facebook: Sautiyacongo
Twitter: Sautiyacongo







Sauti ya Congo | Design By Le mak | Instagram