Mise à jour le 14 October,20 à 16 h 18 min
Sauti Ya Congo > Non classé > Pas de levée de sanctions ciblées contre les hauts responsables Congolais impliqués dans les violations graves des droits humains sans garantie de justice [Communiqué conjoint]

RDC : MSF s’inquiète des conditions sanitaires des déplacés du Tanganyika et appelle à la mobilisation des efforts

Publié le : 22 August,17 à 11 h 08 min

Kinshasa, le 22 Août 2017 – Médecins sans Frontières (MSF) s’inquiète de la détérioration des conditions de vie des personnes déplacées autour de Kalemie. Dans un communiqué de presse, elle décrit ces conditions inacceptables caractérisées par « la promiscuité, l’insalubrité et le manque d’eau sans amélioration significative ». Et ce dans un contexte volatile où les mouvements des populations continuent de fuir les violences autour de Kalemie. D’où son appel à la mobilisation d’efforts d’assistance à l’endroit des autorités congolaises et de la communauté internationale qui, pour MSF, semble être la seule solution à court terme pour ces familles.

Depuis plus d’un mois, alerte MSF, les risques sanitaires se sont gravement accrus à Kalemie suite à l’arrivée des familles ayant fui les combats vers la ville. Plus d’un demi-million de personnes sont déplacées dans la province du Tanganyika, dont environ la moitié au sein du territoire de Kalemie.

A l’en croire, une partie de ceux qui vivaient dans des campements informels de la périphérie ont fui l’insécurité de ces lieux pour se réfugier dans le centre-ville. Les familles qui n’ont pas de proches pouvant les héberger vivent temporairement dans et autour des écoles de Filtisaf, Moni, Hordary et Lubuye, dans des conditions sanitaires inacceptables, à même le sol et sous de moustiquaires.

« Les personnes qui vivent d’ici ont survécu à plusieurs attaques et ont été contraintes de laisser derrière elles des abris déjà précaires. A chaque fuite, elles perdent une partie de leurs biens  et n’ont plus rien », a déclaré Stéphanie Raynier, Coordinateur d’Urgence de MSF.

La rentrée de septembre ne laisse que peu de perspectives pour les déplacés. Car, précise le Communiqué, les autorités souhaitent que les établissements soient de vidés de leurs occupants  dans les jours qui viennent pour permettre la reprise des cours.

L’accès à l’eau demeure un problème majeur. Les quantités disponibles sont en deçà des seuils d’urgence. « Sans une mobilisation forte de la part des autres organisations, il sera extrêmement difficile pour MSF de couvrir seul les besoins de ces familles dans les mois à venir », insiste le communiqué.

L’absence de gestion et d’organisation des sites est un autre facteur de risque important. La grande promiscuité des huttes en paille dans les campements, ajoutés au manque de gestion, ont provoqué de nombreux incendies qui ont ravagé au moins 5 sites le mois passé, notamment ceux de Moni, Lukwangdo, Kabubil, Kaseke et Katanyika.

Et d’ajouter : « La promiscuité et l’insalubrité font craindre la propagation d’épidémies. Alors que les tensions entre les différentes communautés augmentent et forcent les obligeant à fuir, la saison des pluies approche avec des conséquences prévisibles dans une zone om le choléra est endémique. Les équipes MSF se préparent à répondre à cette nouvelle urgence en espérant pouvoir mener à temps une campagne de vaccination de masse et en prévoyant d’appuyer la prise e charge médicale des cas si nécessaire ».

Pour rappel, la région du Tanganyika située dans le sud-est de la RDC est en proie aux violences interethniques depuis maintenant un an. La résurgence d’anciens conflits s’ajoute aux altercations récentes et continue de pousser des populations à l’exode. A l’approche de la saison des pluies, les conditions sanitaires qui sont déjà inacceptables vont se détériorer davantage. D’où, la nécessité et l’urgence d’agir maintenant pour éviter la catastrophe.

SYC

A lire aussi

Publié le : 17 January,19 à 12 h 22 min

Selon le Bureau des Nations Unies pour les droits de l’homme, des rapports crédibles indiquent qu’au moins 890 personnes ont été tuées dans des violences à l’ouest de la RDC à la mi-décembre

Publié le : 9 April,19 à 11 h 34 min

Résumé du Rapport kazembe

Publié le : 29 March,19 à 6 h 09 min

RDC : les agents de l’Etat responsables des exécutions extrajudiciaires de 36 personnes le mois passé (BCNUDH)

CONTACTEZ-NOUS

Courriel: sautiyacongo@gmail.com
Skype: sautiyacongo
Facebook: Sautiyacongo
Twitter: Sautiyacongo







Sauti ya Congo | Design By Le mak | Instagram