Dernière mise à jour le 21/02/2019
Logo sauti ya congo

RDC : massacres à huis-clos

Publié le : 14 February, 2019 à 8 h 00 min


Reportage exclusif dans l’Ouest de la République démocratique du Congo, où il y a deux mois, des affrontements communautaires éclatent dans plusieurs villages dans la région du Maï Ndombe. Au moins 530 personnes sont tuées en deux jours. Deux groupes sont impliqués : les Banunus et les Batendés. Un massacre organisé et planifié en amont, quelques jours seulement avant les élections présidentielle et législatives. Anthony Fouchard est l’un des premiers journalistes à s’être rendu sur place.

Ils sont des survivants. Le 17 décembre, ils ont fui à la nage, ou en pirogue sur ce fleuve qui sépare les deux Congo pour échapper aux tueurs. Près de deux mois après les faits, ils ont accepté de retourner à Bongendé, le village le plus touché par les tueries. L’abbé Nestor a perdu 25 membres de sa famille : “On en parle presque pas, s’insurge-t-il. On n’a pas dit qu’il y a eu des massacres. On n’a même pas organisé de deuil national. Imaginez ! Des centaines de morts, des tueries, des massacres, disons même un génocide. Et les morts sont restés autant de jours sans sépulture ! C’est gravissime ! Il faut que cela soit reconnu à travers le monde”.

Les tueurs étaient tous de la communauté batendée. Les rescapés que nous accompagnons sont banunus. Certains n’ont pas remis les pieds dans le village depuis les tueries.

Cliquez ici pour continuer