Mise à jour le 14 October,20 à 16 h 18 min
Sauti Ya Congo > Non classé > Pas de levée de sanctions ciblées contre les hauts responsables Congolais impliqués dans les violations graves des droits humains sans garantie de justice [Communiqué conjoint]

RDC : L’UE appelle le gouvernement à libérer les prisonniers politiques

Publié le : 5 August,16 à 14 h 51 min

L’envoyé de l’Union européenne pour la région des Grands Lacs, Koen Vervaeke, rappelle que la libération des détenus politiques facilitera un dialogue l’opposition en vue de la tenue de l’élection présidentielle. Ceci amplifie la voix des ONG des Droits de l’Homme qui plaident pour la cause des prisonniers politiques et d’opinion.

« Nous encourageons le gouvernement à aller plus loin dans la libération des détenus politiques et prisonniers, parce que c’est un élément important des mesures d’apaisement qui peuvent contribuer à créer des conditions propices pour ce dialogue », a déclaré jeudi à la presse M. Vervaeke.

M. Vervaeke s’exprimait en marge d’une réunion du Groupe international de soutien de la facilitation et au dialogue politique en RDC, composé des représentants de l’ONU, de l’UE, de la Francophonie, de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) et de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC).

« Notre présence physique témoigne de l’urgence de pouvoir lancer ce dialogue », a dit M. Vervaeke. Ce dialogue convoqué fin novembre 2015 par le président congolais Joseph Kabila « doit être équitable, inclusif et se tenir dans le respect de la Constitution congolaise », a ajouté le diplomate européen.

Cet appel de l’Union Européenne consolide le plaidoyer des activistes des Droits Humains congolais qui n’ont cessé de demander notamment au Groupe des Experts d’appui international à la Facilitation de veiller à ce que la résolution 2277 du Conseil de Sécurité des Nations Unies soit scrupuleusement respectée en ce qui concerne, particulièrement, la libération préalable des prisonniers politiques et d’opinion.

Dans un communiqué officiel daté du 26 juillet 2016, ACAJ s’était dite « préoccupée par le cas de 83 personnes détenues, respectivement à la prison de Ndolo (55) et Makala (28), pourtant amnistiées depuis plus de deux ans, mais non libérées pour des motifs politiques dont MM. Firmin YANGAMBI, Eric KIKUNDA, Professeur BONEKUBE Michel».

L’opposition qui boude ce dialogue, le considérant comme un « piège » du pouvoir, exige des préalables, notamment la libération de tous les prisonniers politiques et d’opinion. Elle craint depuis des mois que le Président de la République actuel, au pouvoir depuis 2001, ne reporte la présidentielle censée se tenir avant la fin de l’année mais devenue improbable. Son mandat s’achève le 20 décembre et la Constitution lui interdit de se représenter mais la Cour constitutionnelle l’a autorisé en mai à rester en fonction jusqu’à l’élection de son successeur.

SYC

A lire aussi

Publié le : 23 April,19 à 10 h 16 min

Après les démolitions des maisons dans la localité de Mbobero en territoire de Kabare les victimes descendent dans la rue ce mercredi 17/04/2019

Publié le : 9 February,17 à 14 h 14 min

RDC : L’ODEP invite le gouvernement à réduire le train de vie des Institutions pour financer les élections

CONTACTEZ-NOUS

Courriel: sautiyacongo@gmail.com
Skype: sautiyacongo
Facebook: Sautiyacongo
Twitter: Sautiyacongo







Sauti ya Congo | Design By Le mak | Instagram