Newsletters | Instagram | Dernière mise à jour le 21/05/2019
Logo sauti ya congo

RDC : L’interdiction des émissions politiques au Kasai-Oriental porte atteinte au droit à l’information et à la liberté de presse

Publié le : 10 February, 2017 à 7 h 46 min

Le Réseau  Provincial des  ONGS de Défense des Droits de l’Homme du Kasaï – orienta (REPRODHOC/ K.OR) reste  très préoccupé par les atteintes permanentes aux  droits  à l’information, à la liberté de presse et d’émissions dont sont victimes les organes de presses et la population de la province du Kasaï –Oriental en général, et des auditeurs et téléspectateurs des émissions à caractère politique animées sur les chaines  des radio et télévision émettant sur toute l’étendue de la province du Kasaï – Oriental. 

En effet, en date du 14 Décembre 2016, à l’issue de la réunion du  Conseil provincial de sécurité, il a été rendu publique, à travers la lecture de compte – rendu de ladite réunion, la mesure interdisant  aux organes de presse et médias émettant au Kasaï – oriental de passer les émissions à caractère politique  jusqu’à nouvel ordre.

Comme il importe de souligner, qu’à la même occasion, aucune motivation  officielle écrite ou orale justifiant la prise de cette mesure n’avait été apportée  à la  connaissance tant des responsables des organes de presse et/ou animateurs desdites émissions  que de la population kasaienne en générale et auditeurs en particuliers.

Ainsi, il y a lieu de relever que cette mesure non seulement va en l’encontre des prescrits de différents instruments juridiques internationaux relatifs à la promotion et protection de droits de l’homme ratifiés par  la République Démocratique du Congo  et publié au journal officiel de notre pays mais aussi constitue une violation grave des droits constitutionnellement garantis  par la Constitution de la RDC du 18 février 2006 telle que modifiée par la Loi n° 11/002 du 20 janvier 2011 portant révision de certains articles de la Constitution de la RDC du 18 février 2006.

Depuis lors, en exécution de cette mesure, l’ensemble des chaines de radio et télévision émettant au Kasaï – oriental ont suspendu toutes les émissions et production à caractère politique, il y a déjà plus de 55 jours, privant ainsi la population du Kasaï – oriental estimée à plus de 6.500.000 habitants (six millions cinq cent mille habitants) l’accès à l’information sur les questions et enjeux politiques en ce début de la  période préélectorale ayant pris court depuis le 20 décembre 2016 exigeant ainsi un partage des informations soutenu entre les acteurs politiques et la population.

Ce qui constitue une atteintes aux prescrits des articles 24 de la Constitution de la RDC en vigueur et 19 alinéa 2 du Pacte International des droits civils et politiques ratifié par notre pays qui garantissent respectivement : «le droit et liberté  d’information, la liberté de presse et d’émission par la radio et la télévision, la presse écrite ou tout autre moyen de communication, le droit à la liberté d’expression lequel comprend la liberté de rechercher, de recevoir et de répandre des informations et des idées de toute espèce, sans considération de frontières, sous une forme orale, écrite, imprimée ou artistique, ou par tout autre moyen de son choix » si l’on sait que ces droits et libertés ne peuvent subir des restrictions   que de la loi, précise l’article 24 sus – référé.

Le REPRODHOC / K.OR condamne ces atteintes aux droits et libertés publiques qui ont  pris la dimension d’une certaines permanence au Kasaï – Oriental. Et de ce fait, recommande ce qui suit :

AU GOUVERNEMENT PROVINCIAL: 

De respecter la Constitution de la République dans toutes ses dispositions et par l’effet, de lever la mesure interdisant les médias de passer les émissions à caractère politique sur toute l’étendu de la province du Kasaï – Oriental, parce que entaché des germes d’anti-constitutionnalités ;     

– De promouvoir l’exercice et la jouissance des droits  et libertés  reconnus à la population par les différents instruments juridiques internationaux ratifiés par notre pays ainsi par la Constitution du 18 février 2006. 

A LA COMMISSION NATIONALE DES DROITS DE L’HOMME, COORDINATION DU KASAÏ – ORIENTAL

– De jouer pleinement son rôle qui consiste à veiller à la promotion et la protection des droits de l’homme sur toute l’étendue de son ressort. 

SYC

Articles Récents