Mise à jour le 14 October,20 à 16 h 18 min
Sauti Ya Congo > Non classé > Pas de levée de sanctions ciblées contre les hauts responsables Congolais impliqués dans les violations graves des droits humains sans garantie de justice [Communiqué conjoint]

RDC : Libération des prisonniers politiques et d’opinion, la NSCC dénonce la faible volonté politique

Publié le : 21 August,16 à 16 h 08 min

(Kinshasa, 21 aout 2016) – La Nouvelle Société Civile Congolaise (NSCC) une plateforme nationale  de la société civile de plus de 400 structures basées en RDC a appris  par la voie de  la presse  à travers  le Ministre de la justice, M. Alexis Thambwe Mwamba, les mesures relatives à la remise en liberté provisoire  d’un certain nombre de nos compatriotes, prisonniers d’opinion. 

La NSCC  se déclare insatisfaite  des mesures prises par le Gouvernement en faveur des prisonniers  d’opinion, ce 19 aout 2016  et  reste préoccupée et inquiète sur le  caractère sélectif  et insuffisant desdites mesures de libération. Décidément, cette faible volonté politique  du Gouvernement d’amener le peuple congolais à la réelle discussion nationale, semble s’inscrire dans une stratégie planifiée en vue de  retarder d’avantage le processus électoral en jouant sur l’usure du temps.

Toutefois la NSCC attire l’attention de l’opinion publique sur quelques points qui risque d’hypothéquer la tenue dudit dialogue voulu inclusif et amplifier la méfiance entre les acteurs politiques, à savoir : le caractère provisoire de ces mesures qui ne rassurent personne, car à tout moment ces compatriotes  peuvent être repris par la justice ; sur  la liste de 24 personnes rendue publique par le ministère de la justice ce 19 aout 2016, seuls 4 compatriotes sont concernées par les mesures de libération provisoire ;  les 20 autres compatriotes  semblent avoir été déjà libérés  depuis plusieurs jours (cas de Narcisse Kombi, Pascal Byumanine de la Lucha à titre illustratif, libérés à Goma depuis le 10 mars 2016  avec 7 autres de leurs collègues) ; la situation des certains  prisonniers politiques dont les poursuites semblent être déguisées en délits des droits communs (cas de Bâtonnier Muyambo, Mr. Diomi Ndongala et  bien d’autres) ; les tracasseries judiciaires contre  certains acteurs politiques (Cas Mr. Moise Katumbi) et activistes de mouvement citoyen collectif Filimbi (cas Floribert Anzuluni, Ben Kambamba, etc.) et pousser en exil forcé contre leur gré ; sur 7 chaines de médias fermées arbitrairement, deux sont autorisés à fonctionner, ce qui est insuffisant ;

Suite à cette faible volonté politique des acteurs politiques en présence, la NSCC n’entend pas cautionner tout processus du dialogue qui ne tient pas compte  du respect de la Constitution de la république, de la résolution 2277 et des préalables ci-haut évoqués en vue de décrisper l’environnement sociopolitique extrêmement chargé et tendu.

« Si le réexamen de ces exigences des uns et des autres n’est pas pris en considération par les parties prenantes impliquées dans la recherche du consensus pour la tenue du dialogue inclusif, la NSCC se réservera le droit de revoir à tout moment sa position et d’en tirer les conséquences qui s’imposent en  pareille situation », indique – t – elle.

C’est ainsi que la NSCC suggère au facilitateur du dialogue de reprendre contact direct avec toutes les parties prenantes en urgence au-delà de la convocation du comité préparatoire  annoncée le weekend dernier. Elle appelle le gouvernement de la République de réexaminer ces mesures de libération provisoire  en prenant les mesures définitives, cela en abandonnant de poursuites à leur encontre et l’extinction de l’action engagée.

Aussi, exige – t – elle la levée  et arrêt de poursuite  judiciaire à l’endroit des adversaires politiques (Cas de Moise Katumbi)  et des jeunes militants de la démocratie de collectif Filimbi (Floribert Anzuluni, Ben Kabamba, etc.),  contraints de vivre en exil et ne pouvant pas jouir de leur droit politique et civique.

Si la NSCC réitère son appel de  libérer de tous les prisonniers politiques, militants des droits de l’homme et de la démocratie encore en prison ainsi que l’ouverture d’autres médias encore fermés, elle affirme soutenir toutes les initiatives et pressions visant à décrisper totalement et réellement la crise politique qui s’annonce.

SYC

A lire aussi

Publié le : 14 April,17 à 17 h 58 min

RDC : Hebdomadaire des Droits Humains du 11 au 17 mars 2017

CONTACTEZ-NOUS

Courriel: sautiyacongo@gmail.com
Skype: sautiyacongo
Facebook: Sautiyacongo
Twitter: Sautiyacongo







Sauti ya Congo | Design By Le mak | Instagram