Newsletters | Instagram | Dernière mise à jour le 22/07/2019
Logo sauti ya congo

RDC : Les forces de l’ordre devraient traquer des bandits qui sèment l’insécurité à Bukavu

Publié le : 9 June, 2017 à 1 h 20 min

Kinshasa, le 09 Juin 2017 – L’AFEM est préoccupé par la recrudescence de l’insécurité dans la Ville de Bukavu, chef-lieu de la province du Nord-Kivu où des cas de vol armés et d’assassinats des paisibles citoyens sont enregistrés chaque semaine. Elle plaide pour que les forces de l’ordre mobilisent tous leurs efforts pour venir à bout de ce banditisme urbain qui insécurise et endeuille la population.

Quelques cas déplorés

Le cas le plus récent est celui du mercredi 17 mai vers une heure du matin, à l’hôpital Panzi, où Justin Balibuno et son épouse Awa Hoshwa ont été assassinés dans leur domicile par des bandits en armes et non autrement identifiés. Ce couple victime laisse neuf enfants dont le plus âgé n’a que 15 ans et le cadet 7 mois.

Les derniers mois ont été marqués par des assassinats des changeurs des monnaies dont deux femmes, l’une à Nguba et l’autre de Ndendere, qui le soir au sortir de leurs lieux de travail, avaient été tuées par des balles tirées par des individus à bord des motos. Moins d’une semaine après, il a été déploré, en pleine journée à l’endroit communément appelé « Kimuti » où travaillent d’autres changeurs de monnaie, une jeep Rav4 roulant à vive allure et escortée par une moto à bord desquelles des individus armés tiraient assez bizarrement des balles en l’air.

L’AFEM note que malgré les constats des autorités, aucune suite concrète n’a été jusque-là réservée à ces dossiers. Nombreux sont ceux qui sont déjà morts dans pareilles circonstances sans que les enquêtes n’aboutissent poussant ainsi la population à la pratique de la justice populaire avec toutes ses dérives.

L’AFEM prend acte du bilan de la Nouvelle dynamique de la société civile du Sud-Kivu (NDCSI) qui enregistré plus de 20 cas d’assassinats de ses membres, en deux mois, dans la ville de Bukavu. Dès lors, elle soutient cette structure dans sa démarche d’amorcer des actions citoyennes de grande envergure si rien n’est fait pour la sécurisation des personnes et leurs biens à travers la province du Sud-Kivu.

«Quand vous apprenez que dans le meurtre de Kavumu nous avons déjà arrêté cinq personnes, deux militaires qui sont en prison vous dites que l’autorité ne fait rien ? On ne doit pas à chaque étape d’une instruction passer dire tout ce qu’on a fait. Et la théorie de l’instruction elle est générale. Connaissez-vous un pays où il n’y a pas l’insécurité ?», a déclaré le Gouverneur du Sud-Kivu Marcellin Cishambo.

Face à la léthargie constatée dans le chef des certaines autorités provinciales au sujet de cette insécurité qui bat son plein dans la ville de Bukavu, l’AFEM recommande :

Au Ministre provincial de l’Intérieur et de la Défense :

  • de jouer pleinement sa mission, celle de sécuriser toute la population, une mission qui passe par-dessus tout ;
  • d’instruire ses services pour que ces derniers organisent des enquêtes sérieuses afin de dénicher tout individu qui crée panique et insécurité dans la ville.

Au Commandant des opérations urbaines :

  • d’organiser des opérations de traque de ces bandits qui vivent dans la ville avec les habitants surtout que des sites cibles où se cacheraient ces inciviques sont connus ;
  • d’organiser régulièrement des patrouilles et des perquisitions dans les familles pour faire face à cette insécurité ;
  • et collaborer avec la juste pour que les quelques cas qu’on déferre à la justice, ses auteurs soient punis conformément à la loi et servir d’exemple à quiconque se lancerait en cette pratique.

Articles Récents