Newsletters | Instagram | Dernière mise à jour le 21/05/2019
Logo sauti ya congo

RDC : Le journaliste Marcel LUBALA KALALA assassiné à Mbuji-Mayi

Publié le : 16 November, 2016 à 10 h 33 min

(Mbuji-Mayi, le 15 novembre 2016) – Les Réseaux et Organisations des défenses des Droits de l’Homme du Kasaï –Oriental, sont très indignés de la recrudescence de l’insécurité dans la province du Kasaï-Oriental en général et particulièrement dans la ville de Mbuji-Mayi. Après trois cas d’atteinte à l’intégrité physique des journalistes, Marcel Lubala Kalala de la RTNC vient d’être assassiné.

Alors que la mesure de couvre feu décrétée par le Gouvernement provincial depuis le 15 octobre 2016 cours encore, il est enregistré plusieurs  victimes des coups et blessures volontaires, extorsions, viols et assassinats sans que les présumés auteurs n’en soient appréhendés ni sanctionnés.

Plus cruel et désolant encore, après que trois journalistes de la place aient été victimes de visites domiciliaires, atteinte à leur intégrité physique.

« La nuit du 14 au 15 novembre 2016 vers 1 heure du matin, au n°7, avenue Kabangu shambuyi, quartier Kajiba, commune de la Muya, ville de Mbujimayi, les hommes en uniforme de la Police Nationale Congolaise et Forces Armées de la République Démocratique du Congo non autrement identifiés, ont abattu le nommé Marcel LUBALA KALALA, âgé de 69 ans, journaliste à la Radio Télévision Nationale Congolaise station de Mbujimayi », annonce le communiqué.

De ces faits, les Réseaux et Organisations des défenses des Droits de l’Homme du Kasaï – Oriental interpellent les autorités provinciales membres du conseil provincial de sécurité, chacune en ce qui le concerne vis-à-vis de leurs responsabilités.

A l’attention de tous et de chacun, le respect et la protection des droits humains en général et en particulier, la vie humaine doit être au centre de toute entreprise et action qui s’inscrivent dans leur politique et programme d’action respectif.

Partant, ils recommandent :

Au Gouvernement provincial, d’assurer la sécurité des personnes et leurs biens en toute responsabilité ; et de mettre le moyen conséquent au service de sécurité pour la protection des personnes et des leurs biens.

Au pouvoir judiciaire, de diligenter les enquêtes et poursuivre les auteurs  afin d’établir leurs responsabilités et rendre justice en urgence et en toute indépendance.  

A la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH), de jouer pleinement son rôle et effectivement qui est d’assurer la protection de la personne humaine, de promouvoir les droits humains et de veiller au respect intégral des droits de la personne humaine. Tenez, la vie et la dignité humaine est sacrée.

Aux autorités Urbaines et communales, de sécuriser les personnes vivantes dans leurs entités ainsi que leurs biens ; d’avoir la maitrise de dispositif sécuritaire, être en mesure d’identifiés les auteurs et de rendre compte à la population.

A la population, de veiller à tout mouvement suspect et cas d’incivisme repéré dans leur milieu de vie respectif, de les dénoncer devant les juridictions et services compétents et de collaborer avec les autorités politico-administratives, judiciaires et services de sécurité.

Et par le fait, ils invitent tous les délégués des Organisations de la société civile, les organisations de défense des droits de l’homme, les plates formes, synergies, les confessions religieuses, les organes de presses, les Organisations féminines, les corporations et associations des jeunes… à observer un sit-in pacifique devant le Gouvernorat de Province pour réclamer la sécurité des personnes et des leurs biens sur toute l’étendue de la province du Kasaï-Oriental.

« Tous unis nous pouvons barrer la route à l’insécurité au Kasaï-Oriental. LE SANG A TROP COULE, PLUS JAMAIS CA, TROP C’EST TROP », ont – ils conclu.

Pour les réseaux des ONGDH

REPRODHOC

RRSSJ

RESEAU DE PROTECTION

Articles Récents