Newsletters | Instagram | Dernière mise à jour le 22/05/2019
Logo sauti ya congo

RDC : Le CNRJ appelle le pouvoir à stopper le déguerpissement de populations à Masisi

Publié le : 12 July, 2017 à 11 h 11 min

Goma, le 12 Juillet 2017 – Le CNRJ-RDC (Cercle National de Réflexion sur la Jeunesse en RDC) est préoccupé par la série de déguerpissements des populations civiles observée depuis le début de cette année en cours dans le Territoire de Masisi, province du Nord-Kivu, spécialement dans les groupements de Muvunyi-Matanda et de  Kibabi.

Le CNRJ-RDC s’est entretenu les victimes et les témoins de ces exactions. Lors de ces interviews, il a été constaté que ce type de déguerpissement a été souvent précédé et suivi des actions brutales pouvant être considérées comme des violations graves à l’encontre des droits humains.

Les victimes et témoins rapportent que ce phénomène du déguerpissements est motivé par le fait que certains grands propriétaires qui ont une certaine influence socio-politique de la zone, cherchent à élargir leurs concessions et fermes. C’est ainsi qu’ils influencent certaines autorités ministérielles afin d’accéder aux titres fonciers en violation des procédures en la matière.

Des militaires FARDC et des policiers étaient venus chez nous au village (Katovu) pour nous chasser par force; nous avions compris que ces militaires étaient là non pour nous protéger selon leur mission, mais pour exécuter l’ordre de certains individus qui cherchent à transformer nos champs et nos villages à des pâturages…. Nous regrettons de constater que des militaires FARDC sont influencés contre nous populations”, a témoigné une victime dont nous gardons son identité.

Ce déguerpissement laisse derrière lui des dégâts énormes notamment les déplacements massifs des populations vers d’autres régions et surtout dans des camps des déplacés internes. Le 16 mars 2017, lors d’un affrontement des FARDC contre un groupe des jeunes de Kisuma et Kaniro, au moins un enfant de 10 ans avait été tué.

Le CNRJ a déploré que certains concessionnaires riches auraient influencé certaines autorités à Kinshasa pour accéder à des documents fonciers sans passer par la procédure normale et officielle.

Nos entretiens avec les victimes font remarquer qu’une groupuscule des concessionnaires- éleveurs riches cherchent à spolier la terre de la majorité des cultivateurs ayant habité et cultivé dans cette zone depuis plusieurs décennies. Ces habitants déguerpi n’ont d’autres choix que d’aller errer dans d’autres localités et même dans d’autres provinces.

“Les autorités compétentes devraient vite réagir pour remettre de l’ordre dans cette affaire afin de protéger les populations civiles. Les autorités foncières devraient retirer les titres fonciers illégalement accordés à certaines personnalités politiques et économiques”, a déclaré Jean Claude Buuma Mishiki, President de l’ONG CNRJ-RDC.

SYC

Articles Récents