Mise à jour le 18 October,19 à 9 h 27 min
Sauti Ya Congo > Nos actualités > Le CNRJ-RDC appelle les autorités tant civiles que militaires à traduire en justice les éléments militaires FARDC qui se sont ingérés dans le déguerpissent

RDC : La violence excessive contre la lutte pacifique de la jeunesse a dépassé les limites du tolérable

Publié le : 18 March,16 à 21 h 25 min

« La violence excessive mise en œuvre contre notre lutte pacifique a dépassé les limites du tolérable », fait remarquer la Lutte pour le Changement (LUCHA). Ce Mouvement invite la communauté internationale et tous ceux qui ont un pouvoir quelconque de faire entendre raison aux autorités et de cesser de continuer d’observer sans rien faire au-delà des déclarations indignées. Il y a un grand péril, alerte – t – elle. 

Pour une fois que la jeunesse congolaise est de plus en plus nombreuse à vouloir s’exprimer démocratiquement, sans violence, il serait irresponsable de continuer à la voir réprimée sans essayer d’arrêter la machine répressive, au risque de donner raison à ceux qui croient qu’il faut répondre à la violence par la violence.

« Les verdicts malheureux de la plus haute Cour de la RDC refusant la liberté provisoire à Fred et Yves, et les arrestations de nos 18 camarades à Goma mardi dernier alors que nous marchions le long de la voie publique la bouche bandée et les mains liées, avec des chandelles, et la preuve, s’il en fallait, que nos autorités sont déterminées à aller jusqu’au bout de leur logique de faire taire toute voix libre, dans ce contexte pré-électoral », déclare – t – elle.

Vue de la marche pacifique de Goma. Ph. Tiers
Vue de la marche pacifique de Goma. Ph. Tiers

La jeunesse à travers notamment leur mouvement citoyen, fait particulièrement l’objet d’un acharnement sans précédent, parce que sa mobilisation est redoutée par ceux qui espèrent passer en force et imposer leur volonté au Peuple en violation de la constitution. A elle de préciser : « Ils se trompent éperdument, car notre détermination est intacte, et puisque chaque acte de répression inutile comme ces arrestations mardi dernier à Goma ne fait que gonfler le nombre de citoyens indignés et prêts à défendre leurs droits quoiqu’il leur en coûte ! »

A avant la manifestation du 15 mars 2016 à Goma, la LUCHA affirme avoir tenu à informer la Monusco et, au cours d’une réunion, elle a clairement demandé si, conformément à son mandat, la Monusco pouvait déployer des unités de sa police ainsi que des officiers civils des droits de l’Homme pour observer le déroulement de leur marche silencieuse.

La seule présence de la Monusco, pense – t  – elle, pouvait dissuader la police et les agents des renseignements de commettre des atteintes manifestes aux droits de l’Homme, ou à en limiter au moins le degré. Hélas, déplore – t – elle, la MONUSCO n’a rien fait dans ce sens. Les agents du BCNUDH sont intervenus après les arrestations…pour essayer d’identifier et compter les victimes. 

La LUCHA regrette ce manque de proactivité et de réalisme de la part de la MONUSCO, et l’appelle instamment à revoir sa stratégie en ce qui concerne la protection des droits de l’Homme et la mise en œuvre de plusieurs autres exigences de son mandat. Les différents pays concernés devraient l’y encourager.

SYC

A lire aussi

Publié le : 8 March,19 à 11 h 00 min

#8Mars : fille ou garçon, la femme n’est pas responsable du sexe de l’enfant !

CONTACTEZ-NOUS

Courriel: sautiyacongo@gmail.com
Skype: sautiyacongo
Facebook: Sautiyacongo
Twitter: Sautiyacongo







Sauti ya Congo | Design By Le mak | Instagram