Newsletters | Instagram | Dernière mise à jour le 22/07/2019
Logo sauti ya congo

RDC : La classe dirigeante invitée à stopper sa campagne contre les élections Démocratiques

Publié le : 13 February, 2016 à 15 h 24 min

Le CREDDHO fustige certains propos de la classe dirigeante contre les élections « Démocratiques » au mépris de la « Constitution de la République Démocratique du Congo ».  Dans cette panoplie, il prend l’exemple du discours de Julien PALUKU KAHONGYA, Gouverneur de la Province du Nord Kivu, lors de sa conférence de presse tenue en date du 27 Janvier 2016 en sa résidence privée à Goma à l’occasion de la commémoration de ses 9 ans à la tête de la Province.

CREDDHO se dit indigné de quelques propos avancés par Julien Paluku Kahongya au cours de sa Conférence de Presse.

« Déclarer tout haut qu’en 2016, il n’y aura pas d’élections »

Ces propos entrent en contradiction flagrante avec les prescrits de la Constitution Congolaise en son article 70 qui règlemente la question de l’élection présidentielle, mais également avec sa propre déclaration faite à l’occasion de la Conférence de la majorité Présidentielle organisée à Goma en date du 07 Octobre 2015 où il disait que le Président de la République va respecter la constitution.

« Le Chef de l’exécutif Provincial devrait s’abstenir des propos manifestement démotivants en se rappelant que les espoirs de toute une Nation reposent sur la tenue des élections dans le délai constitutionnel et qu’il n’appartiendrait pas à un Gouverneur de Province moins encore à toute autre Institution de briser cet Espoir par des propos qui dénotent d’une vision délibérée anti-démocratique et dangereuse pour l’avenir de la Nation », précise le CREDDHO dans son communiqué.

« Le soutien de l’appel au dialogue par le Gouverneur de Province »

Le CREDDHO considère que ce dialogue est inopportun vu la situation politique actuelle qui laisserait croire que la majorité présidentielle cherche à s’éterniser au pouvoir, chose qui va à l’encontre du mandat lui concédé par le peuple.

S’il faut parler de dialogue, la RDC est dotée des Institutions capables de traiter toutes les questions de la vie nationale en commençant par la Présidence de la République, le Gouvernement, le Sénat, l’Assemblée Nationale et dans un cadre plus spécifique des élections, il y a la Commission Électorale Nationale Indépendante ‘’CENI en sigle’’, qui est un organe technique habilité à se prononcer sur les questions électorales.

Le CREDDHO demande à la CENI de procéder à la publication d’un calendrier réaliste en vue de rassurer le peuple congolais sur la tenue des élections dans le délai constitutionnel.

Bien plus, constate le CREDDHO, l’élaboration par le Gouverneur de la Province d’une planification allant jusqu’à 2018 dénote d’une tendance expansionniste et démontre l’ampleur des appétits égoïstes qui animent les animateurs des institutions étatiques en place qui veulent garder inconstitutionnellement le Pouvoir en se méfiant de l’idée de l’alternance politique.

Au demeurant, le CREDDHO rappelle à l’opinion tant nationale qu’internationale que la tenue des élections est un gage indéfectible de l’enracinement de la culture Démocratique au sein de la vie politique en République Démocratique du Congo.

Il demande aux acteurs politiques tant nationaux qu’internationaux d’user, chacun de son influence pour la tenue des élections dans le délai constitutionnel et de ne permettre en aucun cas, la violation de la constitution par tout individu ou un groupe d’individus qui ne voudraient pas l’alternance à la tête de la RD Congo.

SYC

Ci – joint : COMMUNIQUE DE PRESSE SUR LA DECLARATION DU GOUVERNEUR

Articles Récents