Newsletters | Instagram | Dernière mise à jour le 17/05/2019
Logo sauti ya congo

RDC : La CENI devrait assurer un suivi rigoureux des opérations d’identification des électeurs au Sud-Kivu

Publié le : 24 February, 2017 à 18 h 36 min

(Bukavu, le 17 février 2017) – L’Association des Femmes des Médias (AFEM) appelle la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) à assurer un suivi rigoureux du travail et des mouvements effectués dans différents centres d’enrôlement à travers la province du Sud Kivu. Depuis le lancement des opérations d’identification et d’enrôlement des électeurs en décembre 2016, les observateurs de cette ONG constatent que certains centres des différentes contrées n’ont, jusque-là, pas été ouverts alors que ces opérations tendent vers leur fin.

Dans un communiqué officiel, l’AFEM identifie quelques raisons qui concourent à cette situation, à savoir :

  1. L’inaccessibilité des sites suite à l’insécurité occasionée par la présence des groupes armés, le manque d’infrastructures des transports, la disponibilité tardive des ressources financières et humaines pour l’acheminement des kits électoraux et des longues distances à parcourir pour atteindre les sites d’enrôlement ;
  2. Le faible taux de participation des femmes car le poids de la famille pèse sur la femme ;
  3. Le faible effectif des policiers pour sécuriser les centres d’enrôlement ;
  4. L’insuffisance des moyens logistiques alloués aux agents de police affectés au maintien de l’ordre dans des centres d’enrôlement (campement, moyens de communication, ration, etc.
  5. Les cas de vol signalés dans certains centres :

                À Kalehe : Vol de la batterie

               À Walungu : Vol du générateur

  1. Le problème lié à la cartographie : Ce problème se pose avec acuité car certains sites à forte agglomération comptent moins des centres d’enrôlement que d’autres à faible agglomération qui en comptent plus. Ce qui fait que les requérants doivent marcher à des grandes distances pour atteindre les centres d’enrôlement. C’est le cas de Nzibira qui a une grande population mais n’a aucun centre d’inscription, la population se déplace à 7 km vers un centre d’enrôlement situé à Nyamarege.
  2. La panne de certains kits électoraux
  3. Le manque d’intérêt pour certaines personnes à se faire enrôler, d’autres le font seulement pour l’obtention de la carte d’électeur pour des facilités à voyager. C’est pourquoi, beaucoup de personnes se déplacent et se font enrôler dans des centres et à coté des frontières pour des facilités à traverser les frontières. L’ignorance de l’importance de participer à cette révision du fichier électoral en prélude des scrutins se fait remarquer.
  4. Le double voire le triple enrôlement de certains électeurs en complicité avec certains agents de la CENI.
  5. Le faible niveau de collaboration entre les chefs d’antennes de la CENI et les autorités territoriales.

« L’Association des Femmes des Médias déplore des cas de décès, abus et violations des droits de l’homme qui ont été enregistrés dans quelques centres d’enrôlement. C’est le cas d’un policier tué et un autre blessé lors d’une attaque par des hommes en armes dans un centre d’enrôlement situé à Kalehe-centre. Et dénonce, au regard des témoignages recueillis, des cas de monnayage des jetons d’enrôlement, mieux encore, des cartes d’électeurs sont répétitifs dans la ville de Bukavu et dans les territoires. Il suffirait de payer entre mille et trois mille francs congolais aux chefs des centres pour avoir accès à la salle d’enrôlement, au détriment des femmes enceintes qui, pourtant, devraient prioritairement bénéficier de cette faveur de la CENI », indique le communiqué de l’AFM.

Face à cette situation, l’association des Femmes des Médias formule les recommandations suivantes:

À la Police Nationale Congolaise de sécuriser davantage les centres d’enrôlements en vue d’éviter tous les cas de vol et de tuerie dans les centres d’enrôlement ;

À la CENI d’assurer rigoureusement un suivi adéquat du travail et des mouvements effectués dans différents centres d’enrôlement au Sud Kivu et, de remettre à l’ordre et mettre en garde ses agents qui permettent la fraude au sein des centres d’enrôlement lorsqu’une personne se fait enrôler doublement dans différents centres ;

Quant à la faible participation des femmes au processus d’enrôlement, elle demande à la CENI de prendre des mesures pour améliorer cette situation à travers la société civile, notamment par des sensibilisations sous diverses formes.

SYC

Articles Récents