Newsletters | Instagram | Dernière mise à jour le 22/05/2019
Logo sauti ya congo

RDC : #Justice4Beni, les sept militants LUCHA arrêtés ce matin à Goma sont libérés

Publié le : 14 May, 2016 à 15 h 42 min

Jacques Sinzahera, Miel Kaghulalo, Espoir, Jean Paul Mulagizi, Pascal Byumanine, Jean Paul Kuyamba et Christophe Hangi viennent d’être tous libérés après une audition à la Mairie de Goma à la suite de leur arrestation lors de la manifestation de cet avant – midi au Quartier Général de la MONUSCO. La Police les a ramené chacun à son domicile et aucune charge n’a été retenue contre eux.  

Légalement, rapporte LUCHA, les autorités n’avaient aucune raison, aucun motif de les agresser et de les arrêter. « Elles ont tout seulement obéi à une sorte d’instinct de violence qui les pousse désormais à sévir contre tout Congolais qui ose s’exprimer, dénoncer leur incompétence, leur demander des comptes sur leur gestion de l’Etat, … », rapporte – t – elle.

Cependant, la LUCHA affirme avoir réussi ce qui était prévu en termes de message transmis et annonce la poursuite de la mobilisation pour que les massacres de leurs compatriotes de BENI s’arrêtent, car trop c’est trop !

A ce que ces jeunes considèrent de « mal qui est fait », le Chef du Bureau de la MONUSCO/Goma déplore la brutalité dont ont fait montre les éléments de la Police  à l’endroit des manifestants. Elle espère que des mesures disciplinaires seront prises contre ces policiers.

Leur mémorandum appelle à des actions concrètes de la part du Président de la République, de la MONUSCO et des Nations – Unies pour mettre fin à ces massacres, juger les responsables et rendre justice aux victimes.

Pour rappel, cette manifestation pacifique préalablement annoncée aux autorités politico – administratives a été réprimée par les éléments de la Police devant le QG de la Monusco autour de 9 heures 20. Dix jeunes manifestants s’étaient refugiés dans l’enclos de la MONUSCO, deux journalistes dont un de la VOA Afrique ont été interpellés par la Police tout comme sept militants de la LUCHA.

Des voix s’élèvent pour condamner fermement cette attitude des autorités provinciales de Goma de restreindre les libertés d’expression et de manifestation de ces jeunes reconnues par la Constitution de la République.

SYC

Ci – dessous, la copie du mémorandum de LUCHA

CianamXUoAATQW8

CiancI4UUAA5BJ5

 CianYmuUgAET5cB

Articles Récents