Newsletters | Instagram | Dernière mise à jour le 23/07/2019
Logo sauti ya congo

RDC : Fred, Christopher et Yves attendent simplement leur libération !

Publié le : 29 August, 2016 à 17 h 05 min

(Kinshasa, le 29 août 2016/17h00) – La décision de la justice est attendue depuis 12 heures locales. L’audience s’est déroulée à huis clos et les affaires sont prises en délibéré. Les juges se concertent encore jusqu’à 17h00. Détenus depuis plus d’un an, Christopher Ngoyi, Ferd Bauma et Yves Makwambala ont répondu présents à l’audience de ce lundi 29 août 2016 devant la Chambre de Conseil de la CSJ appelé à statuer sur leur éventuelle mise en liberté provisoire.

Depuis leurs arrestations respectives, des activistes des Droits Humains et les opposants les ont toujours considérés comme des prisonniers politiques et d’opinion. C’est ainsi que la tenue du dialogue national a eu comme un des préalables majeurs : leur libération immédiate.

A la suite de la « parole d’officier » du Chef de l’Etat donnée aux jeunes de la Lucha à Goma, le gouvernement s’est engagé à les libérer dans le cadre des mesures de décrispation politique.

Christopher Ngoyi a été arrêté le 21 janvier 2015, pour sa contribution à l’organisation de manifestations contre les modifications proposées à la loi électorale. Il a été secrètement détenu par l’Agence nationale de renseignements en l’absence de chef d’inculpation, et privé d’accès à sa famille ou à des avocats pendant 20 jours, avant d’être transféré à la prison centrale de Kinshasa. Il est accusé d’incendie volontaire, actes de pillage et incitation à la haine raciale.

Fred Bauma, un membre du mouvement des citoyens Lutte pour le changement (LUCHA), et Yves Makwambala, un webmaster, ont été arrêtés aux côtés de plus d’une vingtaine d’autres personnes lors d’un atelier organisé à Kinshasa en mars 2015 à l’occasion du lancement de Filimbi, une plate-forme de la jeunesse pro-démocratique. L’Agence nationale de renseignements les a détenus pendant 50 et 40 jours, respectivement, avant de les transférer à la prison centrale de Kinshasa. Ils sont poursuivis pour complot contre le Président de la République.

Pour les activistes des droits de l’homme, organisations de la société civile et particulièrement les membres de la Lucha et de Filimbi, il s’agit d’un grand jour où ces détenus sortiront en hommes libres comme ils les méritaient depuis le premier jour. Ils sont tous là. En attente.

SYC

Articles Récents