Mise à jour le 18 October,19 à 9 h 27 min
Sauti Ya Congo > Nos actualités > Le CNRJ-RDC appelle les autorités tant civiles que militaires à traduire en justice les éléments militaires FARDC qui se sont ingérés dans le déguerpissent

RDC : Droits et libertés publics confisqués lors d’une marche pacifique Kindu

Publié le : 21 December,15 à 17 h 58 min

HAKI ZA BINADAMU MANIEMA constate avec regret plusieurs entorses qui ont entachées le déroulement de la marche pacifique organisée par les partis politiques de la Majorité Présidentielle, le samedi 26 septembre dernier dans la ville de Kindu, chef-lieu de la Province du Maniema, sous le haut patronage de l’Exécutif Provincial.

Cette association qui affirme reconnaitre aux organisateurs la pleine jouissance de leurs droits et libertés fondamentaux consacrés par la Constitution et d’autres instruments juridiques internationaux ratifiés par la RDC, déplore ce que d’aucuns qualifient de confiscation des droits et libertés publics.

« Imbus du pouvoir qui leur est conféré, les organisateurs ont obligé, les agents publics de l’Etat, le personnel des entreprises publiques, les marchands et les enseignants tant du primaire, de secondaire que supérieur, œuvrant dans la ville de Kindu, de prendre part à cette marche de soutien au Président de la République, privant ainsi plusieurs personnes de leurs droits et libertés fondamentaux et paralysant ainsi les activités administratives, économiques et éducationnelles », peut – on lire dans son communiqué.

Par conséquent, les services publics, marchés, établissements d’enseignement primaire, secondaire, professionnel et supérieur, les offices de parquets et des auditorats, les cours et tribunaux, les entreprises publiques, les boutiques et échoppes, ont été « contraints de fermer, pendant toute la durée de la manifestation, occasionnant ainsi un manque à gagner à l’Etat lui-même ainsi qu’aux particuliers qui, souvent, vivent au jour le jour ».

Aux organisateurs de cette marche pacifique, HAKI ZA BINADAMU MANIEMA rappelle que toute liberté publique est soumise à un certain nombre de limitation et des restrictions légales et réglementaires qu’il faut strictement observer.

Dans le lot, elle évoque le respect de la loi, de l’ordre public, des bonnes mœurs, des droits et libertés d’autrui et à la sauvegarde de la sécurité nationale, de la santé et de la moralité publique.

SYC

Ci – joint le Communiqué de HBMHAKI ZA BINADAMU MANIEMA constate avec regret plusieurs entorses qui ont entachées le déroulement de la marche pacifique organisée par les partis politiques de la Majorité Présidentielle, le samedi 26 septembre dernier dans la ville de Kindu, chef-lieu de la Province du Maniema, sous le haut patronage de l’Exécutif Provincial. Cette association qui affirme reconnaitre aux organisateurs la pleine jouissance de leurs droits et libertés fondamentaux consacrés par la Constitution et d’autres instruments juridiques internationaux ratifiés par la RDC, déplore ce que d’aucuns qualifient de confiscation des droits et libertés publics. « Imbus du pouvoir qui leur est conféré, les organisateurs ont obligé, les agents publics de l’Etat, le personnel des entreprises publiques, les marchands et les enseignants tant du primaire, de secondaire que supérieur, œuvrant dans la ville de Kindu, de prendre part à cette marche de soutien au Président de la République, privant ainsi plusieurs personnes de leurs droits et libertés fondamentaux et paralysant ainsi les activités administratives, économiques et éducationnelles », peut – on lire dans son communiqué. Par conséquent, les services publics, marchés, établissements d’enseignement primaire, secondaire, professionnel et supérieur, les offices de parquets et des auditorats, les cours et tribunaux, les entreprises publiques, les boutiques et échoppes, ont été « contraints de fermer, pendant toute la durée de la manifestation, occasionnant ainsi un manque à gagner à l’Etat lui-même ainsi qu’aux particuliers qui, souvent, vivent au jour le jour ». Aux organisateurs de cette marche pacifique, HAKI ZA BINADAMU MANIEMA rappelle que toute liberté publique est soumise à un certain nombre de limitation et des restrictions légales et réglementaires qu’il faut strictement observer. Dans le lot, elle évoque le respect de la loi, de l’ordre public, des bonnes mœurs, des droits et libertés d’autrui et à la sauvegarde de la sécurité nationale, de la santé et de la moralité publique. SYC Ci – joint le Communiqué de presse HBM

Tags : , , , , ,

A lire aussi

Publié le : 16 September,16 à 10 h 27 min

RDC : Arrestation arbitraire de l’activiste pro-démocratie Mukenge Totoro ce matin à son domicile à Kinshasa

Publié le : 18 May,16 à 17 h 26 min

RDC : Le GADHOP plaide pour le renforcement des mesures sécuritaires à Butembo

CONTACTEZ-NOUS

Courriel: sautiyacongo@gmail.com
Skype: sautiyacongo
Facebook: Sautiyacongo
Twitter: Sautiyacongo







Sauti ya Congo | Design By Le mak | Instagram