Mise à jour le 14 October,20 à 16 h 18 min
Sauti Ya Congo > Non classé > Pas de levée de sanctions ciblées contre les hauts responsables Congolais impliqués dans les violations graves des droits humains sans garantie de justice [Communiqué conjoint]

RDC : Des ONGDH dénoncent la persistance des restrictions de l’espace démocratique

Publié le : 13 September,17 à 16 h 06 min

Kinshasa, le 13 septembre 2017 – Le BCNUDH a documenté 106 violations des droits de l’homme et des libertés fondamentales liées à des restrictions de l’espace démocratique sur l’ensemble du territoire congolais pour le seul mois d’aout 2017. Ce nombre qui porte à 596 les cas de violations déplorés depuis le début de cette année atteste la persistance des restrictions de l’espace démocratique.

Selon le BCNUDH, les principaux auteurs présumés de ces violations sont les agents de la PNC (54 violations), les militaires des FARDC (22 violations) et les autorités politico-administratives (16 violations).

« Les violations les plus rapportées sont les atteintes à la liberté de réunion pacifique (29 violations), au droit à la liberté et à la sécurité de la personne (26 violations) et à la liberté d’opinion et d’expression (25 violations), commises principalement dans la province du Kongo Central (24 violations), la province du Nord-Kivu (23 violations) et la ville-province de Kinshasa (15 violations). Le BCNUDH est particulièrement inquiet par le nombre élevé de membres d’organisations de la société civile (76) et de journalistes (14) victimes de violations au cours du mois », indique le rapport publié ce jour.

Nombreux sont ces ONGDH et activistes qui ne cessent de déplorer de persistance inquiétante de la dégradation de la situation des droits l’homme en RDC. Pour eux, il est anormal que ceux qui sont sensés protéger le peuple et veiller à la protection de ses droits garantis par la Constitution soient les principaux auteurs présumés des violations déplorées. D’où, la nécessité pour les autorités du pays de respecter et de faire respecter les dispositions constitutionnelles garantissant aux congolais l’exercice des libertés fondamentales.

Par ailleurs, le BCNUDH s’inquiète vivement des restrictions grandissantes à la liberté d’expression notamment la liberté de la presse, ce qui semble illustrer une politique délibérée de la part des autorités congolaises en ce sens. Toutefois, il prend note du rétablissement le 11 août 2017 du signal de Radio France Internationale (RFI) qui avait été coupé début novembre 2016.

 SYC

A lire aussi

Publié le : 9 May,17 à 12 h 25 min

RDC : Nécessité des actions fortes pour sauver l’accord de la Saint-Sylvestre

CONTACTEZ-NOUS

Courriel: sautiyacongo@gmail.com
Skype: sautiyacongo
Facebook: Sautiyacongo
Twitter: Sautiyacongo







Sauti ya Congo | Design By Le mak | Instagram