Mise à jour le 14 October,20 à 16 h 18 min
Sauti Ya Congo > Non classé > Pas de levée de sanctions ciblées contre les hauts responsables Congolais impliqués dans les violations graves des droits humains sans garantie de justice [Communiqué conjoint]

RDC : Des autorités invitées à prendre des mesures préventives pour éviter le soulèvement de la centaine de policiers déclarés “démissionnaires d’office” à Kananga

Publié le : 7 August,17 à 14 h 06 min

Kananga, le 07 Août 2017 – Dans un communiqué officiel, les Organisations des Droits de l’Hommes membres du REPRODHOC se disent préoccupées par la situation de plus de cents policiers déclarés démissionnaires d’office par le Commissariat Provincial de la Police du Kasaï Central. Elles invitent les autorités à prendre des mesures préventives pour éviter tout soulèvement de ces policiers.

A en croire le REPRODHOC/Kasaï Central, ces hommes au nombre d’un bataillon organique, formés dans le maniement  des armes et possédant encore les outils ayant la capacité de destruction devraient encore passer par beaucoup de formalités avant d’être enfin considérés des démissionnaires d’office.

Considérant le fait que la province venait de traverser un phénomène meurtrier de l’ampleur tragique incommensurable jamais connu dans son histoire, ce Réseau estime qu’il s’agit d’une raison de craindre le soulèvement de ces policiers, si jamais les mesures préventives n’ont pas été envisagées avec tous les risques de déboucher à un nouveau phénomène cette fois-là, avec les hommes en arme.

Certains parmi eux réclameraient les arriérés des salaires qui varient entre trois et six mois pourtant, cette liste des démissionnaires n’est sortie en date du 26 Avril 2017, indique le Communiqué.

La loi N° 13/013 du 1e Juin 2013, portant statut du personnel de carrière de la police dans son article 228 n’accorde pas un tel pouvoir à un animateur d’une entité de la police. Mais plutôt, elle lui reconnait juste les prérogatives d’information à l’autorité ayant le pouvoir de nomination qui est le Président de la République ou le Ministre de l’Intérieur. Cette mesure est sortie de l’extraordinaire.

Au vu de ce qui précède, les ONGDH recommande ce qui suit :

  1. Au Commissariat Général de la police à Kinshasa
  • D’envisager une enquête sur terrain pour analyser aux cas par cas et remettre à l’ordre les récalcitrants ;
  • De ne prendre en compte cette liste qu’après avoir épuisé toutes les procédures prévues par la loi ;
  1. A l’Assemblée Provinciale du Kasaï Central
  • D’interpeller le commissaire provincial de la police en vue de connaître les mobiles profonds d’une telle action ;
  • de vérifier le bordereau de reversement de l’argent au compte du trésor public des salaires des soit disant démissionnaires ;
  1. Au Gouvernement Provincial et National
  • D’analyser le contexte de l’espace du Kasaï et de rendre espoir aux policiers ou sinon trouver d’autres mesures que celles-ci ;
  1. A la MONUSCO et autres partenaires
  • De soutenir les efforts du gouvernement en menant le suivi sur ce cas qui présente beaucoup de risques.
  1. A la Société Civile du Kasaï Central
  • D’être vigilant et mener des séances de sensibilisation des policiers en vue de la promotion de la paix.

REPRODHOC/Kasaï Central

A lire aussi

Publié le : 14 May,18 à 18 h 56 min

Fatou Bensouda : «nous n’hésiterons pas à poursuivre les auteurs d’atrocités commises en RDC»

Publié le : 14 April,17 à 17 h 58 min

RDC : Hebdomadaire des Droits Humains du 11 au 17 mars 2017

Publié le : 10 April,19 à 5 h 00 min

Lettre publique à Monsieur Félix TSHISEKEDI, Président de la République Démocratique du Congo

CONTACTEZ-NOUS

Courriel: sautiyacongo@gmail.com
Skype: sautiyacongo
Facebook: Sautiyacongo
Twitter: Sautiyacongo







Sauti ya Congo | Design By Le mak | Instagram