Newsletters | Instagram | Dernière mise à jour le 22/05/2019
Logo sauti ya congo

RDC : Des autorités appelées à fournir à la population des explications sur l’évasion des 930 détenus à la Prison de KANGBAYI à Beni 

Publié le : 16 June, 2017 à 10 h 33 min

Oïcha le 16 Juin 2017 – « Misère, sors! » a appris avec une très grande consternation  l’attaque de la prison centrale de BENI «KANGBAYI» par un groupe d’hommes armés et non identifiés  (présumés May-May ou ADF), cette attaque spectaculaire a occasionnée  l’évasion massive de 930 prisonniers.

« Misère, sors! » note que la société civile avait déjà lancé un crie d’alarme sur le renforcement de la sécurité a cette prison souvent attaquée par les assaillants.  Le Maire de la ville de Beni, NYONYI BWANAKAWA, qui a été alerté sur la préparation de l’attaque de cette maison carcérale par les ennemies de la paix, en a fait mention dans ses déclarations à la parade du 29 Mai 2017. Ceci atteste que toutes les autorités étaient préalablement informées.

Selon des sources militaires ayant été sur le lieu, la genèse de cette attaque a eu comme prélude l’arrivée de plus d’une dizaine de motos portant chacune 5 personnes, chose qui n’avait jamais été faite au niveau de KANGBAYI. Quelques minutes après, il y a eu crépitement de coup d’une lance-roquette suivi par plusieurs coups de balles. Cette attaque a eu lieu aux environs de 15h30 locales.

« Misère, sors ! » prend acte du bilan provisoire qui indique que les assaillants ont réussi à neutraliser les gardes affectées à cette prison (8 gardes PNC et FARDC ont été tués) et 3 civils prisonniers. Et que, selon des sources concordantes, sur un total de 966 prisonniers qui étaient en détention, seulement 30 sont restés dans leurs cellules. Donc, 933 se sont évadés.

« Misère, sors ! » observe que selon les analyses de la population, cet événement aurait  été orchestré par certaines autorités pour libérer les ADF/FARDC, qui devenaient des éléments gênants au procès. Car, ceux-ci commençaient à pointer du doigt  les autorités civiles, militaires et le hutu Rwandais à la recherche de terres arables dans les zones abandonnées par la population autochtone fuyant le massacre. Tout  porte à croire que le procès de Beni est clos !

Cette évasion est un coup dur au grand procès qui était en cours contre les présumés ADF et leurs collaborateurs, aussi à toute la communauté congolaise en général, et en particulier à la population de l’EST de la RDC.

Conséquences :

  • La population ne sait pas de quel saint se vouer, face à cette menace qui suscite la psychose et l’anxiété au sein de la population (habitants).
  • Des renseignants au procès de Beni vivent maintenant la peur au ventre car les accusés et prévenus sont à position de se faire justice en vengeant leur colère.
  • Le taux de criminalité serait énorme tenant compte de l’effectif de criminel déversé dans la communaute. La population est abandonnée au merci de criminalité des inciviques.

Sur ce, « Misère sors ! » recommande ce qui suit :

Au gouvernement congolais

  • De sensibiliser la population à dénoncer les évadés en vue de leur arrestation plutôt que décréter un couvre-feu entre 18h30 et 6h00 en ville et territoire BENI ainsi qu’à BUTEMBO. Cette mesure étant inefficace, n’amènera certainement pas une solution adéquate ;
  • De prendre ses responsabilités dans la surveillance et la protection des maisons carcérales, car les acteurs complices et les évades constituent un danger au sein de la population ;
  • D’augmenter les effectifs militaires dans la zone tout autour de la ville et villages afin de prévenir le pire ;
  • De profiter de ce désengorgement involontaire de la prison afin de la réhabiliter. Car, les conditions de vie dignes pour les occupants n’étaient  pas réunies.

A la Communauté Internationale/ONGDH

  • De poursuivre de prêt la situation de la RDC sur les cas des évasions répétitives et prendre des sanctions sévères à certaines autorités complices.
  • De disposer des moyens nécessaires pour protéger les renseignants au procès en RDC

A la population

  • De demeurer très vigilante et de dénoncer tout cas suspect aux autorités compétentes.

 SYC

Articles Récents