Newsletters | Instagram | Dernière mise à jour le 22/07/2019
Logo sauti ya congo

RDC : Amendes transactionnelles exigées aux 18 militants LUCHA arrêtés à Goma jugées « illégales »

Publié le : 18 March, 2016 à 21 h 40 min

« Ce jeudi, le parquet nous a surpris en demandant le paiement d’une somme de 100.000 francs congolais (soit plus de 110$) par chacun de nos 18 camarades, au titre d’amende transactionnelle, comme condition pour les relâcher, sans quoi ils seraient transférés à la prison centrale de Goma et déférés devant un tribunal pour être jugés », fait remarquer la LUCHA. Pour elle, il s’agit d’une demande rançon pure et simple. Et donc, des amandes transactionnelles illégales.

L’amende transactionnelle est une sanction pénale comme la prison, précise la LUCHA, ce qui suppose donc que celui qui la paie est reconnu coupable d’une infraction que le parquet ne trouve néanmoins pas assez grave au point de nécessiter un procès. Les 18 militants arrêtés mardi dernier à Goma sont toujours détenus au cachot du parquet de grande instance de Goma. Il y a parmi eux deux élèves de l’école secondaire, âgés de seulement 16 ans, apprend – t – on, mais qui avaient tenu à participer à la marche silencieuse pour dénoncer le musèlement de la jeunesse et demander la libération de Fred et Yves, en sachant qu’ils n’encouraient aucun danger.

« En l’espèce, nos camarades sont accusés de trouble à l’ordre public. Ce qui est totalement ridicule, comme vous pouvez le voir sur ces photos. Par ailleurs, nous avions pris le soin d’informer par écrit toutes les autorités administratives et sécuritaires de cette manifestation, avec tous les détails possible, contre accusés de réception », explique LUCHA.

​En imposant cette lourde amende, poursuit – t – elle, « le parquet veut tout simplement justifier l’arrestation de nos camarades par la police et, par la même occasion, nous extorquer à nous ainsi qu’à nos familles de l’argent. Ce qui pourrait aussi accréditer la thèse des autorités que nous sommes soutenus par nous ne savons quels étrangers ».

La LUCHA considère cette demande du parquet de Goma comme une demande de rançon pure et simple, sur le dos de citoyens qui n’ont commis aucun crime, mais qui sont pris en otage par ceux – là mêmes qui prétendent assurer la paix sociale.

« Non seulement nous ne trouveront jamais cet argent, mais aussi nous trouvons cela inacceptable ! Nos camarades en détention ont d’ailleurs été les premiers à refuser ce marchandage d’une liberté qu’ils méritent amplement. Si le parquet estime qu’il y a une infraction dans ce que nous avons fait, qu’il fasse fixer le dossier au tribunal et que le monde entier apprenne davantage sur cette Justice congolaise », s’exclame – t – elle.

La LUCHA encourage la communauté internationale à suivre de prêt cette affaire de demande d’amendes transactionnelles dans le seul but par les autorités judiciaires de “blanchir” les actes arbitraires de la Police. Si l’audience est fixée devant un tribunal, renchérit – t –elle, il serait bon qu’elle ait le plus de couverture possible afin que nos autorités se rendent compte que le monde entier les observe et que l’histoire ne les laissera pas impunis.

Il faudrait aussi, a – t – elle déjà préconisé, commencer à appliquer des sanctions ciblées (dissuasives) contre les responsables de la répression contre les activistes pacifiques, les défenseurs des droits de l’Homme, les opposants et les journalistes, avant qu’il ne soit trop tard.

SYC

Articles Récents