Mise à jour le 30 September,20 à 9 h 49 min
Sauti Ya Congo > Nos actualités > La pénurie d’eau potable à Mbuji-Mayi risque d’engendrer des nouveaux cas de choléra [CEFOD/DH]

RDC : ACAJ appelle à l’encadrement des manifestants et non à leur répression le 19 septembre 2016

Publié le : 16 September,16 à 8 h 44 min

(Kinshasa, le 15 septembre 2016) – L’Association congolaise pour l’accès à la Justice (ACAJ) demande au Gouvernement de faire cesser les actes d’intimidation et/ou de répression des manifestations pacifiques. Depuis que le Rassemblement des forces politiques et sociales a annoncé l’organisation d’une manifestation pacifique le 19 septembre 2016 à travers tout le territoire national, les autorités ont organisé, à Kinshasa les 14 et 15 septembre 2016, une caravane des véhicules anti-émeutes de la police.

Le 15 septembre 2016, les services de sécurité ont bouclé pendant plus de cinq heures le quartier Mombele dans la commune de Limete à Kinshasa au motif qu’ils recherchaient des « criminels ». Selon les témoignages recoupés par l’ACAJ, 23 personnes non autrement identifiées ont été arrêtées et acheminées à une destination non connue des membres de leurs familles.

L’ACAJ constate que ces actions policières interviennent dans un contexte de rétrécissement systématique de l’espace d’expression de libertés publiques et répression répété des manifestations. A titre d’exemples les plus récents :

– le 26 août 2016, Me Joseph Kule Thata, représentant de l’ACAJ à Goma a été arrêté par des agents de renseignement militaire (DEMIAP) à coté du stade de « Martyrs » de Kinshasa, et détenu jusqu’à 20 heures car détenant un communiqué du Rassemblement des forces vives et sociales appelant la population à la manifestation pacifique le 23 août 2016, jour du démarrage des travaux du comité préparatoire du dialogue national. Il lui a été proposé de payer la somme de 3000 usd pour recouvrer sa liberté. Il n’a pu être libéré qu’après plusieurs interventions ;

– le 29 août 2016 à Lubumbashi, la police a réprimé violemment la réunion publique et pacifique organisée par le député Gabriel Kyungu wa Kumwanza, coordonnateur provincial du Rassemblement des forces politiques et sociales, exigeant la tenue d’un dialogue national inclusif, une centaine de personnes furent arrêtées et 18 condamnées à de fortes peines dans une procédure de flagrance par le Tribunal de grande instance de Lubumbashi pour « rébellion et association de malfaiteurs » dont M. LIONZE MATESO Patrick, Bourgmestre adjoint de la commune de Kenya et membre du parti politique « Forces sociales des indépendants républicains (FSIR) ;

– le 3 septembre 2016, la police a réprimé violement la manifestation pacifique organisée dans la ville urbano-rurale de Bulungu, province de Kwilu, par l’Association des Natifs de Bulungu (ASSONA) pour protester contre la nomination d’un bourgmestre. Il y a eu 40 blessés dont 27 policiers  et 10 femmes et une dizaine de personnes arrêtées ;

– le 14 septembre 2016, M. Donat Ben Bella, directeur exécutif de l’ONG ACIDH, a été arrêté par trois agents de la DEMIAP vers 11 heures au niveau du rond-point victoire, à coté de la station Total, et conduit dans l’enceinte du bureau communal de Kalamu. Il a été interrogé sur son travail de défenseur des droits de l’homme, des communiqués et rapports se trouvant sur son lap top et obligé de payer la somme de 300 usd pour sa libération.

– le 15 septembre 2016 : -MM. JR Mokolo et Matthieu Mokolo, respectivement journaliste à CCTV et correspondant de l’Agence Syfia/Grands-lacs basé à Mbandaka, ont été arrêtés par trois agents de DEMIAP au niveau de l’arrêt pascal, commune de Kimbanseke alors qu’ils se rendaient vers le quartier Mombele, commune de Limete, couvrir les opérations de bouclage. Ils ont du payer la somme de l’équivalent en francs congolais de 5 usd pour recouvrer leur liberté ;

– Une dizaine de jeunes dont le Pasteur Remy Flame Manguamba ont été arrêtés aujourd’hui vers 17 heures par des agents de l’ANR alors qu’ils participaient à une campagne de sensibilisation sur la constitution et l’alternance politique. Ils seraient détenus au cachot de l’ANR/direction générale sans droit de visite de membres de leurs familles, ni de l’assistance de leurs conseils.

« Nous condamnons la répression des manifestations publiques et pacifiques de l’opposition et de la société civile ainsi que l’utilisation des armes létales dans leur contrôle », a déclaré me Georges Kapiamba, Président de l’ACAJ.

« Nous exigeons la libération sans condition de toutes les personnes arrêtées par l’ANR à Lemba à l’occasion de la campagne de sensibilisation des jeunes sur la constitution et l’alternance politique au pouvoir », a-t-il conclu.

L’ACAJ recommande au Gouvernement, de faire encadrer les manifestations publiques et pacifiques projetées par le Rassemblement des forces vives et sociales le 19 septembre 2016 à travers tout le territoire national.

Elle recommande à la Communauté Internationale, de faire pression sur le Gouvernement de la RDC afin qu’il protège l’exercice des libertés publiques.

L’ACAJ recommande aux Partis politiques, d’exercer leurs droits constitutionnels et veiller à ce que leurs militants ne s’attaquent pas aux biens publics ou privés.

SYC

A lire aussi

Publié le : 6 December,18 à 13 h 04 min

Campagne électorale et droits de l’homme : Nos membres tirent la sonnette d’alarme

Publié le : 19 February,19 à 6 h 00 min

RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi

CONTACTEZ-NOUS

Courriel: sautiyacongo@gmail.com
Skype: sautiyacongo
Facebook: Sautiyacongo
Twitter: Sautiyacongo







Sauti ya Congo | Design By Le mak | Instagram