Mise à jour le 14 October,20 à 16 h 18 min
Sauti Ya Congo > Non classé > Pas de levée de sanctions ciblées contre les hauts responsables Congolais impliqués dans les violations graves des droits humains sans garantie de justice [Communiqué conjoint]

RDC : 19 décembre 2016, voici la feuille de route des Organisations de la société civile !

Publié le : 21 October,16 à 18 h 44 min

Dans un communiqué conjoint signé ce 21 octobre 2016, les mouvements citoyens organisations de la société civile actives aux quatre coins du Congo et dans tous les domaines, proposent et soutiennent ce qui suit :

« Au plus tard le 19 décembre 2016 à minuit, le Président de la République Joseph Kabila doit quitter ses fonctions, puisqu’il aura accompli ses deux mandats successifs, conformément à la constitution dont il est le garant, et qu’il est le premier responsable de la non-tenue dans les délais de l’élection de son successeur. Le Président de la République n’a ni le droit, ni la légitimité de tirer quelque avantage que ce soit de l’impasse intentionnellement planifiée et exécutée pour aboutir à la situation actuelle ».

« La vacance doit être constatée et le Président du Sénat assume l’intérim de la fonction de Président de la République conformément aux dispositions des articles 75 et 76 de la Constitution ».

Toutefois, au vu de la crise créée par la non-organisation de l’élection présidentielle dans les délais constitutionnels, la faible légitimité des Institutions à cette date ainsi que la résolution 2277 du Conseil de Sécurité des Nations Unies, un forum inclusif est immédiatement convoqué par ce dernier avec pour objectifs :

  1. Un consensus sur les questions électorales notamment :
  • La validation d’un calendrier électoral global prévoyant l’organisation en priorité de l’élection présidentielle couplée aux législatives nationales dans les limites de l’année 2017 ;
  • La réorganisation de l’équipe dirigeante de la Commission Electorale Nationale Indépendante(CENI), dont la responsabilité dans la non-convocation du scrutin de l’élection présidentiel 90 jours avant la fin du mandat de l’actuel Président est pleinement engagée, et autres structures d’appui au processus électoral ;
  1. La gestion de la période précédant les élections présidentielles et législatives.

A condition que le Président de la République s’engage solennellement à rendre le pouvoir le 19 décembre 2016 conformément à la Constitution, des garanties devront être consenties à son égard et à l’égard de ses proches dans le respect internationaux pertinents, de la Constitution et des lois de la République.

« Pour faciliter la mise en œuvre de ces propositions, nous sollicitons l’implication des organisations sous- régionales et de la communauté internationale, plus particulièrement du Conseil de Sécurité de Nations Unies afin que ce dernier vote dans les plus brefs délais, et dans tous les cas de figures avant le 19 décembre 2016, une résolution allant dans ce sens », rapporte la position commune.

Les organisations signataires de la présente position commune se tiennent disposées à y apporter leur contribution. Nous encourageons par ailleurs la communauté internationale à poursuivre les sanctions ciblées contre les auteurs des violations des droits de l’Homme.

Afin de rejeter les conclusions du dialogue de la Cité de l’OUA, et de rappeler la détermination de notre peuple à avoir l’alternance au pouvoir suivant le schéma proposé dans la présente position commune, nous appelons le peuple Congolais à s’exprimer pacifiquement sur l’ensemble du pays les mercredi 26 et jeudi 27 octobre 2016.

« Pendant ces deux jours, il y aura un sit-in devant le siège de l’Union Africaine à Kinshasa ainsi que devant les Assemblées Provinciales sur toute l’étendue de la République. Les autres modalités de ces actions pacifiques seront communiquées ultérieurement, en même temps que le plan d’actions citoyennes pour l’application de la présente feuille de route », indique le communiqué conjoint.

Pour conclure, la détermination populaire à protéger par tous les moyens sa constitution comporte bien d’inconnus. Mais si c’est l’unique choix qu’on laisse à ce peuple martyrisé, appauvri et méprisé, pour obtenir le changement qu’il désire ardemment, qui aura l’audace de le juger ? Chacun doit assumer ses responsabilités. Personne ne pourra prétendre n’avoir rien vu venir.

Ci – joint :

La déclaration intitulée : R.D.CONGO POST-19 DECEMBRE 2016 : ENTRE LA PRESERVATION DE L’ORDRE CONSTITUTIONNEL ET L’APPLICATION DE L’ARTICLE 64, IL FAUT CHOISIR !

A lire aussi
CONTACTEZ-NOUS

Courriel: sautiyacongo@gmail.com
Skype: sautiyacongo
Facebook: Sautiyacongo
Twitter: Sautiyacongo







Sauti ya Congo | Design By Le mak | Instagram