Mise à jour le 2 June,20 à 7 h 41 min
Sauti Ya Congo > Nos actualités > Mot de circonstance de la VSV à l’occasion de la commémoration de l’an dix de l’assassinat des défenseurs des droits de l’homme Floribert CHEBEYA BAHIZIRE et Fidèle BAZANA EDADI

Plaidoyer en vue de la libération de Fred Bauma et Yves Makwambala

Publié le : 21 October,15 à 12 h 19 min

11180315_750785488383193_4204928702869544223_n

Une délégation du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha) a séjourné à Kinshasa au cours des deux dernières semaines  dans le cadre d’une mission de plaidoyer pour la libération de Fred Bauma et Yves Makwambala, respectivement militant de la Lucha et webmaster du collectif Filimbi.

Au cours de cette mission, la délégation de la Lucha a  eu des échanges francs et fructueux avec différents responsables politiques au sein du Parlement et du Gouvernement, y compris avec le Cabinet du Président de la République. Elle a également rencontré des responsables de l’opposition. Nous nous sommes par ailleurs entretenus avec de nombreuses organisations de la société civile et des représentations diplomatiques, notamment africaines. En outre, une synergie constituée principalement d’organisations congolaises de défense des droits de l’Homme a été mise en place afin de défendre le droit à la liberté d’expression.

La délégation a  profité de ce séjour pour déposer officiellement, conjointement avec d’autres organisations non-gouvernementales congolaises, une plainte auprès de la toute nouvelle Commission Nationale des Droits de l’Homme pour détention illégale. Les attentes des Congolais vis-à-vis de cette Commission sont très grandes, surtout dans un pays où le Pouvoir Judiciaire est complètement discrédité à force d’être instrumentalisé. La manière dont la Commission Nationale des Droits de l’Homme traitera ce premier dossier soumis à sa juridiction démontrera sa réelle volonté et sa capacité à accomplir sa noble mission. De son indépendance et son professionnalisme dépendra la confiance que nos concitoyens et la communauté internationale peuvent lui faire.

Fred Bauma et Yves Makwambala sont accusés “d’avoir comploté contre la vie ou la personne du chef de l’État, d’avoir tenté de détruire ou de changer un régime constitutionnel, d’avoir incité des personnes à s’armer contre l’autorité“. Tout cela pour avoir simplement pris part à un atelier sur l’engagement citoyen des jeunes organisé en mars dernier en marge du lancement du collectif Filimbi à Kinshasa, et dont les autorités avaient été régulièrement informées.

Depuis leur arrestation, plusieurs organisations et personnalités n’ont cessé de demander leur libération. Au mois de juin, l’Assemblée nationale de la République démocratique du Congo avait adopté en plénière une Résolution prônant une « solution politique », et avait constitué une Commission ad hoc pour faire le suivi de cette résolution auprès du gouvernement. En juillet, le Parlement européen, à l’instar de l’Assemblée nationale congolaise, avait adopté une résolution exigeant la libération de Fred et Yves, ainsi que d’autres prisonniers d’opinion en RDC. Quelques jours plus tôt, le président de la République, au cours de sa rencontre avec le Directeur exécutif de Human Rights Watch, Monsieur Kenneth Roth, avait lui aussi exprimé sa disposition à voir Fred et Yves être libérés. Mais plus de sept mois après leur arrestation, ils restent en prison.

Nous considérons pour notre part leur détention comme injuste et indigne. Elle constitue une atteinte grave à la liberté d’expression, d’association et de réunion. Leur détention au secret pendant 50 jours à l’Agence Nationale des Renseignements, les charges retenues contre eux par le porte-parole du gouvernement et endossées ensuite par la Justice, c’est autant d’évidences qu’il s’agit pas plus ni moins d’une affaire politique.

Nous demandons au Président de la République, Garant de la Constitution, d’instruire le Parquet Général de la République afin qu’il soit ordonné :

  • la libération de nos deux camarades ;
  • l’abandon des charges contre tous les jeunes militants poursuivis dans ce dossier ;
  • l’abandon des charges contre eux comme ce fut le cas pour nos collègues du Balai Citoyen et du Mouvement Y’en a Marre arrêtés en même temps que Yves et Fred, mais libérés quelques jours plus tard sur ordre du Président de la République.

Nous demeurons attachés à  l’engagement non-violent pour la démocratie, la justice sociale et la dignité humaine, en particulier en cette période cruciale pour l’essor démocratique de la République Démocratique du Congo.

Fait à Kinshasa, le 21 octobre 2015.

Pour la LUCHA (Lutte pour le Changement, mouvement citoyen),

Luc Nkulula wa-Mwamba,

Militant.

Nord-Kivu, Rép. Dém. du Congo

Tel.: +243 99 4645 977

Email: lucha.rdc@gmail.com

http://www.congolucha.org

Twitter: @luchaRDC

Page Facebook : www.facebook.com/lucha.rdcongo

 

 

Tags : , , , , , , ,

A lire aussi

Publié le : 20 April,16 à 12 h 32 min

Kinshasa : JED condamne la procédure de l’interpellation d’un journaliste par la police judiciaire

Publié le : 21 March,16 à 12 h 31 min

RDC : La MONUSCO et le BCNUDH condamnent l’exécution sommaire d’un défenseur des droits de l’homme

Publié le : 31 May,17 à 21 h 53 min

RDC : Devant le QG de la MONUSCO à Goma,la LUCHA récuse Maman Sidikou et exige une enquête internationale sur les massacres du Kasaï

CONTACTEZ-NOUS

Courriel: sautiyacongo@gmail.com
Skype: sautiyacongo
Facebook: Sautiyacongo
Twitter: Sautiyacongo







Sauti ya Congo | Design By Le mak | Instagram