Mise à jour le 13 September,19 à 14 h 14 min
Sauti Ya Congo > Nos actualités > Ituri: la RN4 devenue impraticable, plus de 800 véhicules bloqués entre Mambasa et Kisangani

Nord Kivu : Un groupe armé qui tue et pille sous le regard impuissant des éléments FARDC dans le Masisi

Publié le : 14 May,19 à 9 h 56 min

En date du 30 Avril 2019 Pendant la journée vers 12heures, des éléments NDC/RENOVE ont fait incursion dans le village KUMBWE et MIANDJA dans la localité MIANDJA où ils ont violé et ont systématiquement pillé des biens de la population civile dont : 90 chèvres, 10 porcs, 110 poules, des kits solaires, des articles divers et autres biens de valeurs. Dans ce même forfait ils ont ciblé 12 civils de la communauté HUTU dont 3 femmes, 2 enfants, 7 hommes.

Lors de l’incursion, les assaillants ont tiré sur 8 personnes ciblées et ce massacre a été suivi par des pillages des biens, d’autres victimes ont voulu poursuivre les assaillants pour déclarer leurs biens pillés qui à leur tour ont été fusillés par ces mêmes assaillants. Notons que ce massacre serait planifié et exécuté par un colonel autoproclamé NYANGE qui collabore avec ce candidat perdant ; ce colonel NYANGE est un ex-élément du général autoproclamé KAVUMBI qui après son intégration au sein des FARDC celui-ci se fait allié au NDC/RENOVE et aujourd’hui il est basé à KAHANGA pour leur compte.

L’une de ces femmes violées a dit : j’ai été violée par deux hommes en armes habilles en tenue militaires. Ils m’ont obligé de m’allonger sur mon dos et ils m’ont déshabillé puis le premier m’a violé puis le second. Je ne pouvais rien faire afin de me protéger car ils m’ont dit que si jamais je continue à résister ils vont me tuer.

Une fille mineure qui a été violée a aussi dit ceci : je n’avais pas eu le temps de fuir dans la brousse afin de me cacher. Et par mauvaise chance, ces miliciens m’ont attrapé et m’ont menacé de mort si je n’accepte pas de coucher avec eux. Je les ai suppliés mais en vain, et l’un d’eux m’a fait coucher de force par terre, m’a enlevé mes habits et a commencé à me violer. Après un deuxième m’a violée. Je sentais des douleurs et je criais mais ils ne se souciaient pas de moi, ils continuaient à me violer.

Notons que Ce massacre serait planifié et organisé sous la complicité d’un candidat malheureux aux élections législatives nationales et provinciales circonscription de Masisi, sous le motif qu’il avait leur offert des dons et que cette population n’a pas voté pour lui ;

Selon les habitants de ce village, pendant la période de la campagne électorale pour les élections législatives nationales et provinciale du 30 décembre 2018, le présumé commanditaire de cette tuerie avait commencé à avertir cette population en disant : « Celui qui ne votera pas pour moi, aura des comptes à me rendre ».

Après son échec aux élections législatives, on a vu naître un mouvement appelé GARUZA dirigé par un colonel autoproclamé NTUYE sous l’initiative de ce candidat malheureux. Ajoutons que NTUYE est en collaboration avec le présumé auteur et qui contrôlait ce village et il aurait reçu un appel téléphonique dudit candidat lui demandant de quitter la place avant le fait pour que l’incursion se fasse sans aucune résistance.

Depuis la dernière semaine du mois d’avril 2019, la situation sécuritaire est restée préoccupante dans le Territoire de Masisi, des incidents de protection et des violations des droits humains ne cessent d’être signalés. Les victimes ciblées restent la population civile ; l’entité la plus touchée par cette insécurité persistante reste le Nord du Territoire de Masisi, Groupement BAPHUNA, Localité Miandja, village Miandja et Kumbwe faisant état des violations graves de droit de l’homme et des tueries des populations civiles dont 12 personnes ciblées ont été tuées par ces hommes en armes pendant la journée du 30 Avril 2019.

Il est à noter que :

Cette situation est caractérisée par des attaques armées diurnes contre les civiles ; assassinat de masse, coups et blessures, pillages, viols et déplacements massifs de la population dont les coupables sont des hommes armés identifiés comme des éléments du NDC/RENOVE basés à KAHANGA dans le Groupement BASHALI.

Ces éléments du NDC/RENOVE collaborent avec les FARDC depuis le 30 décembre 2017 jusqu’à nos jours.

Parfois, ils font des attaques conjointes, dont les plus récentes sont celle de Kazinga contre le FDDH/NYATURA de DELTA DUSABE et celle de SHOA contre l’APCLS.

Ils cohabitent paisiblement dans les mêmes entités : Telle qu’à NYABIONDO et MAHANGA et plus étonnant encore,

Ils font des formations militaires ensemble à KALEMBE.

C’est ainsi que nous recommandons :

Au gouvernement congolais : De s’investir le plus rapidement possible pour la restauration de l’autorité de l’État dans cette zone.

Au commandant du régiment Basé à Masisi : De cesser de collaborer avec les forces négatives notamment le NDC/RENOVE.

A la justice militaire : De punir sévèrement les présumés auteurs de ce massacre à répétition.

A la MONUSCO : De continuer à exercer leur mission de protection des civiles et Organiser des patrouilles à pieds dans les Zones.

À l’administrateur du territoire : De faire un plaidoyer auprès de sa hiérarchie en vue de s’impliquer profondément dans l’éradication de ce phénomène.

Cliquez ici pour télécharger le Rapport

Fait à Masisi le 04/Mai/2019

Pour L’AHCOPDI/DH

Pierre BALUME MASUMBUKO

Coordonnateur

A lire aussi

Publié le : 25 February,19 à 16 h 00 min

RDC : LE PRÉSIDENT DOIT FAIRE LE NÉCESSAIRE POUR PROTÉGER LES DROITS HUMAINS

Publié le : 24 February,19 à 18 h 00 min

L’ONU suggère à la Belgique de s’excuser pour son passé colonial

CONTACTEZ-NOUS

Courriel: sautiyacongo@gmail.com
Skype: sautiyacongo
Facebook: Sautiyacongo
Twitter: Sautiyacongo







Sauti ya Congo | Design By Le mak | Instagram