Mise à jour le 13 September,19 à 14 h 14 min
Sauti Ya Congo > Nos actualités > Ituri: la RN4 devenue impraticable, plus de 800 véhicules bloqués entre Mambasa et Kisangani

Nord-Kivu : Des militaires congolais ont tué 16 civils à Rutshuru

Publié le : 25 July,19 à 9 h 39 min

La justice militaire devrait enquêter sur ces graves violations

(Le 24 juillet 2019) – Des éléments FARDC basés en territoire de Rutshuru, plus particulièrement dans le groupement de Rugari, ont tué au moins 16 personnes et blessé 19 autres par balle entre le mars et le 1er juillet 2019. Le Centre d’Observation des Droits de l’Homme et d’Assistance Sociale, « CODHAS » en sigle, est préoccupé de cet usage excessif des armes et minutions dans certains villages à Rutshuru.

Le CODHAS, est préoccupé du fait que certains éléments de l’ordre tirent à bout portant sur des civils ce qui constitue une violation grave de la convention de Genève qui consacre la protection des civils dans le conflit armé ainsi que du code pénal congolais. L’organisation a documenté les violations suivantes :

Le 29 mars, les militaires FARDC ont blessé par balle une personne à Rugari alors qu’ils tentaient de voler son cochon.

Le 7 avril, un militaire FARDC a tué par balle un homme de 35 ans dans la localité de Kanombe après l’avoir forcé de lui acheter une cigarette.

Le 12 avril, un militaire FARDC a blessé par balle un pasteur à Buvunga, alors que celui-ci tentait d’intervenir dans une dispute entre jeunes lors d’un deuil chez son voisin.

Le 16 avril, pendant une manifestation de la population après l’arrestation de deux présumés kidnappeurs, des militaires et des policiers ont tué une personne et blessé par balle trois autres à Rubare.

Le 21 avril, un policier de la PNC a tué deux personnes et blessé une personne par balle à Kibirizi après une dispute dans un débit de boisson.

En date du 1er mai, les militaires FARDC ont tué 5 civils et blessé 5 autres par balle après un affrontement ayant opposé les FARDC aux combattants Nyatura regroupés au sein de la Coalition des Mouvements pour le Changement a Rugari.

Le 3 mai, un militaire FARDC a blessé par balle une femme dans la localité Bugina à Tongo. Il lui aurait reproché le fait que les combattants Nyatura sont passés à côté de chez elle. Le même jour, un militaire de l’auditorat militaire a tué un motard à Burayi.

Le 16 mai, un policier a tué par balle un écolier à Kiwanja, alors qu’il rentrait de l’école suite à une manifestation de la population revendiquant la sécurité.

Le 22 mai, un militaire FARDC a tué par balle un pêcheur à Kiondo, au large du Lac Edouard dans le groupement de Binza, parce qu’il n’avait pas 16 000 FC pour payer une taxe illégale.

Le 24 juin, un militaire FARDC a blessé par balle un jeune homme à Kabaya.

Le 25 juin, les militaires FARDC ont tué 2 personnes et blessé 6 autres à Kabaya.

En date du 1er juillet, les militaires FARDC basés à Rugari ont exécuté sommairement 2 jeunes garçons à Rugari.

A Rugari, la population souffre à cause des actes inciviques de certains éléments de la FARDC. En effet, ces derniers tuent les civils, extorquent et pillent les biens de la population, ils arrêtent arbitrairement les hommes et les jeunes garçons en les assimilant aux Nyatura au lieu de s’attaquer aux vrais rebelles, et comme punition ils les font marcher nus dans les rues, les bras ligotés au dos et là ils en profitent pour commettre toutes les infractions macabres qui existent.

« Le CODHAS exige qu’une commission d’enquête soit mise sur pied par la justice militaire pour établir des responsabilités directes des auteurs de ces violations graves des droits humains commises contre les civils par des éléments au sein des FARDC et de la PNC pour que des sanctions exemplaires soient prises à leur égard et aussi qu’il soit fait une mutation des éléments de FARDC qui sont à Rugari » ; a déclaré Monsieur Hervé NSABIMANA, Coordonnateur du CODHAS.

« Ne pas sanctionner les auteurs de l’usage abusif des armes contre les civils mettrait en doute la confiance envers la justice militaire sur les violations commises aux populations civils surtout dans une zone opérationnelle où la collaboration est nécessaire pour la réussite des opérations contre les groupes armés » ; a déclaré Hervé NSABIMANA.

Cliquez ici pour télécharger

Tags :

A lire aussi

Publié le : 13 March,19 à 16 h 26 min

RDC/Libération des prisonniers politiques : « F. Tshisekedi signera les ordonnances nécessaires probablement d’ici jeudi », (Olenghankoy)

Publié le : 7 May,19 à 10 h 40 min

Le CEFOP/DH invite les autorités à prendre des mesures urgentes en faveur de la satisfaction du droits d’accès à l’eau potable

CONTACTEZ-NOUS

Courriel: sautiyacongo@gmail.com
Skype: sautiyacongo
Facebook: Sautiyacongo
Twitter: Sautiyacongo







Sauti ya Congo | Design By Le mak | Instagram