Mise à jour le 13 September,19 à 14 h 14 min
Sauti Ya Congo > Nos actualités > Ituri: la RN4 devenue impraticable, plus de 800 véhicules bloqués entre Mambasa et Kisangani

L’INCENDIE DU SIEGE DU PPRD/Lubumbashi EST UNE INFRACTION POUR LAQUELLE LES AUTEURS DOIVENT ETRE POURSUIVIS EN JUSTICE

Publié le : 12 June,19 à 13 h 36 min

RDC, Lubumbashi le 11/06/2019, JUSTICIA Asbl une organisation de promotion et protection des droits de l’homme basée à Lubumbashi est vivement préoccupée par la montée de l’intolérance politique dans la ville de Lubumbashi.

En effet, à la suite des ordonnances présidentielles nommant les mandataires dans les établissements publics Gécamines et SNCC, plusieurs voix se sont levées pour dénoncer le caractère irrégulier de ces actes. Ces polémiques se sont transportées le vendredi 07 juin 2019 à l’Assemblée nationale où un député du FCC a soulevé une motion incidencielle demandant à ce que le Président de la république rapporte ces deux ordonnances et invitant le bureau de l’Assemblée à formuler au ministre du portefeuille une recommandation à ne pas exécuter lesdites ordonnances.

A Kinshasa, les militants de l’UDPS ont vigoureusement réagit en assiégeant le palais du peuple. A Lubumbashi, par contre, en fin de matinée de ce mardi 11/06/2019, plusieurs dizaines des personnes sans effigies ni calicot, certains à pied et d’autres à moto, ont pris d’assaut quelques avenues de la Ville pour exprimer leur mécontentement à la suite du comportement affiché par le bureau de l’Assemblée nationale en autorisant la discussion des actes du chef de l’Etat d’une part mais d’autres part en raison de l’invalidation par la Cour constitutionnelle des députés de l’opposition. Ils ont procédé à l’attaque du bâtiment servant de siège provincial du PPRD situé sur l’avenue du 30 juin. Parmi les biens endommagés, se trouvent un véhicule de marque Toyota prado incendié, des chaises plastiques de couleur jaune et bleu, des groupes électrogènes et autres matériels incendiés. Des pneus ont été brulés devant le bâtiment du 30 juin, siège de l’Assemblée provinciale. Certaines sources renseignent l’arrestation de plusieurs personnes par la police nationale congolaise qui serait intervenue très tardivement.

JUSTICIA Asbl fait savoir que l’exercice de la liberté d’expression consacré par la constitution en son article 23 dispose que toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit implique la liberté d’exprimer ses opinions ou ses convictions, notamment par la parole, l’écrit et l’image, sous réserve du respect de la loi, de l’ordre public et des bonnes mœurs.

Elle rappelle en outre que la police a la mission de sécuriser les personnes et leurs biens et elle condamne fermement l’attitude des manifestants.

JUSTICIA Asbl demande à la justice d’enquêter pour que les responsables de ces faits infractionnels soient sanctionnés sévèrement.

Par ailleurs elle demande aux responsables des partis politiques de bien éduquer leurs militants et les encadrer pour que les prochaines manifestations soient réellement pacifiques.

Cliquez ici pour télécharger le COMMUNIQUE DE PRESSE

Tags :

A lire aussi

Publié le : 18 May,18 à 19 h 15 min

RDC : Amnesty international préoccupée par le climat d’intimidation et de répression pré-électoral !

CONTACTEZ-NOUS

Courriel: sautiyacongo@gmail.com
Skype: sautiyacongo
Facebook: Sautiyacongo
Twitter: Sautiyacongo







Sauti ya Congo | Design By Le mak | Instagram