Mise à jour le 13 September,19 à 14 h 14 min
Sauti Ya Congo > Nos actualités > Ituri: la RN4 devenue impraticable, plus de 800 véhicules bloqués entre Mambasa et Kisangani

Les personnes vivant avec handicap délaissées face à Ebola (ODDPH)

Publié le : 19 August,19 à 12 h 27 min

Il y a une année qu’une partie de l’Est de la République Démocratique du Congo, notamment les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu, traverse une situation tragique suite à la maladie à virus Ebola, celle-ci causant beaucoup des victimes de tout genre : 1800 décès dont hommes, femmes et enfants, jeunes, adultes et personnes âgées…

Cette situation fait la « une » dans tous les médias du monde et beaucoup de fonds sont mobilisés par les gouvernements, les organisations internationales, et certains pays étrangers, qui ont peur de cette menace, pour faire face à cette épidémie. Celle-ci est loin d’être maitrisée par les scientifiques et le personnel soignant, suite à plusieurs paramètres, entre autres sécuritaire, politique, socioculturel…

La maladie à virus Ebola, par son mode de transmission n’épargne personne et laisse tout le monde dans un questionnement quotidien : quand ? où ? qui ? pourquoi ? et comment ?

Les équipes d’intervention sanitaires et médicales en collaboration avec le gouvernement sont obligées d’appliquer par essai-erreur certaines mesures préventives.

Ici, nous allons axer notre réflexion sur une catégorie des personnes qui sont plus vulnérables que les autres vu leur état physique ou mental : les personnes vivant avec handicap. Dépourvues de certaines facultés motrices, les personnes vivant avec handicap qui font le trafic transfrontalier n’ont pas accès au dispositif présent à la barrière pour certaines mesures hygiéniques. Une attention particulière à cette catégorie s’avère urgente et nécessaire. Dans le transport en commun pour ceux qui viennent de l’intérieur, il est souvent difficile pour les personnes vivant avec handicap de descendre et monter à chaque barrière pour se laver les mains. En cette période, les enfants et parents vivant avec handicap profitent des vacances pour les réparations de leurs appareils et aides de marche ou leur renouvellement, mais les centres qui sont sur place pour les accueillir ont peur comme les mesures des protections et prévention ne sont pas assurées. Et avec les cas a détectés à Goma, la décision de bloquer le mouvement de la population entre Goma et le Grand Nord (Beni et Butembo) empêche certains élèves et étudiants en situation de handicap de venir à Goma pour renouveler et remplacer les prothèses, orthèses, fauteuils roulants et autres aides de marche, mais les techniciens dans le programme de réhabilitation à base communautaires peuvent aller vers les patients en situation de handicap. Ici nous voulons souligner particulièrement le cas de ces personnes vivant avec handicap, qui, bien qu’ayant des fauteuils roulants, ont besoin d’une assistance d’un de leurs proches pour franchir certains endroits, en les poussant, les aidant à se relever. Tous ces contacts inquiètent l’opinion, vu les mesures préventives présentées par les autorités compétentes.

Les questions qui doivent se poser sont les suivantes : la riposte au virus Ebola prend-elle suffisamment en compte la situation des personnes vivant avec handicap ? Les équipes de riposte sont-elles formées pour la prise en charge des handicapés physiques et mentaux ? Si on se permet d’adhérer à la devise « santé pour tous », on peut affirmer que le regard n’est tourné qu’à faible proportion vers les personnes vivant avec handicap.

Par contre quand il s’agit d’une activité comme un tournoi sportif, ou d’autres activités génératrices de revenu pour certaines institutions étatiques, les personnes vivant avec handicap sont souvent brandies à titre de figurants puis en fin jetés aux oubliettes après avoir servi d’appât par les autorités politico-administratives pour amasser des financements.

Il est fort regrettable qu’une personne vivant avec handicap, offre par amour de la patrie un service dont une partie de son corps est capable en toute innocence et bravoure, accepte d’être disponible en dépit de toute stigmatisation et traumatisme qu’elle subit au quotidien, et défend les couleurs du pays, de sa province, de sa ville et son village, voire même de toute l’humanité ; mais en contrepartie elle reçoit un délaissement manifeste de la part des autorités, quand elle leur tend la main pour crier au secours face au désastre qui menace sa vie et ce, au vu et au su de tous, le contemplant dans son incapacité de se tirer du gouffre dans lequel il se dirige sans assistance. Ici nous essayons de faire une projection devant la conscience de tous de la réalité infernale à laquelle font face en toute innocence nos compatriotes vivant avec handicap dans cette contrée du pays qui est plongée dans le désespoir.

Prenons le cas des milieux frontaliers de nos pays voisins où l’on assiste à un mouvement intense dans les échanges commerciaux inter frontaliers, les personnes vivant avec handicap jouent un rôle important dans le transport des biens, les faisant franchir la frontière grâce à leurs poussettes, tel que les images ci-dessous les témoignent.

Mouvement de commerçants faisant le trafic transfrontalier

Ceci démontre la capacité de ces personnes d’user de leurs parties non affectées, pour survivre, scolariser et nourrir leurs enfants, ainsi que subvenir aux autres besoins dans leurs familles respectives, étant donné qu’aucune mesure n’a jamais été prise par l’Etat congolais pour encadrer ces personnes qui nécessitent une attention particulière de la part du gouvernement. S’il s’avère impossible pour l’Etat, d’apporter un appui matériel à ces personnes pour leur survie, il faut alors que celui-ci leur garantisse une protection ainsi qu’une assistance sanitaire adéquate surtout en temps des crises comme cette épidémie à virus Ebola qui n’épargne personne.

Dispositif d’hygiène pour le lavage des mains à la petite barrière, auquel les personnes vivant avec handicap n’ont pas accès.

Leur vulnérabilité les expose en premier lieu par ce qu’ils sont en contact permanent avec d’autres personnes, surtout ceux-là qui les aident aux manœuvres.

 

 

 

 

Télécharger : Les personnes vivant avec handicap délaissées face à Ebola (ODDPH)

Par Monique Kabanza

Chargée du genre et du social

 

Tags : ,

A lire aussi

Publié le : 10 July,17 à 12 h 38 min

RDC : Le Gouvernement devrait s’interdire d’impliquer Gédéon KYUNGU dans la reddition des Bakatanga à Mitwaba

Publié le : 25 February,19 à 11 h 00 min

Rwanda : Un an plus tard, aucune justice pour les meurtres de réfugiés

CONTACTEZ-NOUS

Courriel: sautiyacongo@gmail.com
Skype: sautiyacongo
Facebook: Sautiyacongo
Twitter: Sautiyacongo







Sauti ya Congo | Design By Le mak | Instagram