Newsletters | Instagram | Dernière mise à jour le 21/05/2019
Logo sauti ya congo

Le karaté comme thérapie pour des Congolaises victimes de violences

Publié le : 10 March, 2019 à 13 h 15 min

Laurence Fischer, triple championne du monde de karaté, accompagne les femmes traumatisées suite à des violences à travers son association Fight for Dignity. Marquée par sa rencontre avec le docteur Denis Mukwege, le prix Nobel de la paix en 2018, elle s’investit en République démocratique du Congo auprès des femmes touchées par ces violences. Avec RFI, elle explique comment la pratique du karaté aide les Congolaises « à se réapproprier leur corps et à leur faire accepter que ce corps, même s’il leur a fait mal, leur est aussi utile ».

RFI : Laurence Ficher, comment avez-vous décidé de vous intéresser aux femmes battues ou violentées notamment dans les pays étrangers comme la RDC ?

Laurence Ficher: Cela a commencé avec ma première expérience en 2005. J’étais encore athlète et dans le cadre de ma formation à l’École supérieure des sciences économiques et commerciales (Essec), j’ai passé un mois à Kaboul pour voir en quoi consistait un programme avec une Ong à l’international. Plus tard, j’ai fait la rencontre du Docteur Mukwege au Forum mondial des femmes francophones en 2016, il a témoigné de son travail auprès des femmes de son pays où le viol est utilisé comme arme de guerre. Cet échange m’a fait prendre conscience de tout le background que j’avais de l’expérience activiste d’éducation par le sport. Je me suis dit, je vais aller en RDC, tout ce que j’ai fait, je vais le mettre au service de ces femmes en recrutant un enseignant pour que l’activité soit régulière auprès de ces femmes extrêmement vulnérables. J’ai commencé à travailler avec des femmes en convalescence qui avaient entre 12 et 18 ans. Elles ont un enfant issu de viol, elles ont le sida ou elles ont l’opération chirurgicale qui a mal fonctionné. Le docteur Mukwege a mis en place une structure où les femmes ont accès au médical, aux psychologues, à l’école gratuite, à des formations professionnelles, à la musicothérapie, et moi je suis arrivée avec le karaté.

Cliquez ici pour continuer

Articles Récents