Mise à jour le 14 October,20 à 16 h 18 min
Sauti Ya Congo > Non classé > Pas de levée de sanctions ciblées contre les hauts responsables Congolais impliqués dans les violations graves des droits humains sans garantie de justice [Communiqué conjoint]

JED demande au CSAC de faire cesser la diffusion dans les médias congolais d’un spot …

Publié le : 22 September,15 à 15 h 39 min

Radio Okapi: Ph. John Bompengo

« Journaliste en danger (JED), Organisation dédiée à la défense et à la promotion de la liberté de l’information,  observe, avec une grande appréhension, la diffusion depuis plusieurs semaines sur quelques chaînes de télévision à Kinshasa, et dans certains réseaux sociaux, d’un Spot de propagande en faveur de la tenue du Dialogue national intitulé : « A nous de décider », peut-on lire dans une lettre adressée, jeudi 17 septembre 2015, au Président du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC) par le Secrétaire général de JED, Tshivis Tshivuadi.

Dans ce document audiovisuel dont l’auteur n’est pas identifié, on voit des images vantant les réalisations du Pouvoir en place, et à côté desquelles sont juxtaposées des scènes de violences et de chaos enregistrées en RDC lors des élections de 2006 et 2011, et dans certains pays étrangers secoués par des troubles politiques. Puis une voix disant : « C’est à nous de choisir…; choisir la paix ou le chaos ».

Pour JED, il n’y a aucun doute que ce Spot a été pensé et monté dans des officines politiques dans le but manifeste de faire peur et d’un conditionnement psychologique de la population, au moment où une grande controverse s’installe dans la classe politique autour de la nécessité ou non de la tenue du Dialogue initié  par le Chef de l’Etat.

« Le message tendancieux et dangereux consistant, sournoisement, à présenter les élections à venir en RDC comme synonymes d’un chaos annoncé, n’est ni plus ni moins,  qu’une tentative de manipulation de l’opinion,  et une apologie de la violence intolérable », martèle JED.

Dans cette correspondance envoyée notamment au Directeur de cabinet du Chef de l’Etat, aux Présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat, ainsi qu’au Ministre des Médias, JED a tenu à souligner la responsabilité qui incombe à l’instance de régulation des médias qui a la charge de « veiller au respect de la déontologie en matière d’information », et a rappelé l’article 6 de la loi organique du CSAC qui interdit, à travers les médias, l’apologie du crime, l’incitation à la violence, et toute autre forme de discrimination.

« On sait que pour déclencher la violence, il suffit de  peu de choses : d’un silence complice ou de quelques mots qui véhiculent un poison haineux. Par conséquent, JED estime qu’il est encore temps de faire baisser la fièvre qui s’est emparée de notre pays ; et qu’il est du devoir du CSAC , et de toutes les autorités qui nous lisent en copies, de ne pas laisser instrumentaliser la presse, de ne pas la détourner de sa mission,  et de ne pas la soumettre à une violence facile ; mais au contraire de la libérer, de favoriser son indépendance et sa prospérité, et de lutter contre ses prédateurs », conclue la correspondance.

Tags : , , , , ,

A lire aussi

Publié le : 31 October,16 à 12 h 42 min

RDC : L’ASADHO appelle à l’ouverture d’une enquête judiciaire sur les scandales financiers à la BGFI Bank

Publié le : 15 May,19 à 12 h 18 min

LE GROUPEMENT BUKOMA, BINZA, BUSANZA, KISIGARI ET RUGARI EN CHEFFERIE DE BWISHA TERRITOIRE DE RUTSHURU SOUS L’EMPRISE DES KIDNAPPEURS ET BANDITS ARMES

CONTACTEZ-NOUS

Courriel: sautiyacongo@gmail.com
Skype: sautiyacongo
Facebook: Sautiyacongo
Twitter: Sautiyacongo







Sauti ya Congo | Design By Le mak | Instagram