Newsletters | Instagram | Dernière mise à jour le 23/07/2019
Logo sauti ya congo

COMMUNIQUE DE PRESSE N°004/JUST/2019

Publié le : 9 April, 2019 à 9 h 00 min

La justice congolaise doit réincarcérer l’évadé de prison, le seigneur de guerre Gédéon Mutanga, et enquêter sur les allégations de recrutement et formation des miliciens maï maï dans les territoires de Kabongo et Malembankulu et Mitwaba

RDC, Lubumbashi le 02 Avril 2019, JUSTICIA Asbl, une organisation de promotion et de protection des droits de l’homme et du droit humanitaire basée en RD Congo, alerte au sujet des allégations concordantes et non encore vérifiées sur le recrutement d’une milice maï maï qui appartiendrait à l’ancien seigneur de guerre Gédéon Kyungu Mutanga dans les territoires de Kabongo et Malemba nkulu (province du Haut-Lomami) et Mitwaba (Province du Haut- Katanga).

En effet, JUSTICIA Asbl rappelle que cet ancien seigneur de guerre, fut condamné en 2010 au degré d’appel par la Cour militaire du Katanga à la peine de mort pour crimes contre l’humanité, mouvement insurrectionnel et terrorisme. Et curieusement juste à la veille des élections présidentielles et législatives, un commando attaqua le 7 novembre 2011 la prison de Kasapa pour le libérer, et plus de 800 détenus (dont tous les co-condamnés dans l’affaire Gédéon Kyungu Mutanga) s’évadèrent. Et bénéficiant probablement d’une forte complicité parmi de nombreux proches de l’ancien régime, Gédéon Kyungu Mutanga et ses hommes regagnèrent les territoires de Mitwaba, Pweto et Manono pour réorganiser les milices « Bakatakatanga »1qui ont eu de nouveau à commettre plusieurs violations des droits de l’homme et du droit humanitaire.

Par la suite, soit le 11 octobre 2016, Gédéon Kyungu Mutanga, flanqué d’un tee-shirt avec effigie de l’ancien Président Joseph Kabila, accompagné de plus de 150 miliciens armés d’armes de guerre avait déposé les armes lors d’une cérémonie très médiatisée, en présence notamment de l’ancien Gouverneur du Haut-Katanga Mr Kazembe Musonda et de l’ancien Directeur de l’Agence Nationale des Renseignements, Mr Kalev Mutond. Et depuis lors, il est logé dans une villa luxueuse à Lubumbashi, libre de ses mouvements et nourri ou pris en charge complètement par le Gouvernorat de la province du Haut-Katanga.

Il est certes vrai que lors de la campagne électorale, ce condamné pour crimes contre l’humanité et évadé de prison, avait, à travers la chaîne de radio et télé nationale, fait publier un communiqué pour soutenir le candidat aux élections présidentielles Emmanuel Ramazani Shadari.

Pour JUSTICIA asbl, il y a de très fortes présomptions que certaines autorités politico- administratives et militaires proches de l’ancien régime, auraient organisé son évasion de la prison de Kasapa et qu’elles soient de nouveau tentées de le manipuler. Mais en plus, il est regrettable qu’au moment de cette évasion spectaculaire de 2011, que des enquêtes judiciaires approfondies n’aient pas été menées pour faire ressortir toutes les responsabilités.

La liberté de Gédéon Kyungu Mutanga et sa protection par l’ancien régime est une insulte à la mémoire de nombreuses victimes civiles et militaires des actes de cannibalisme, assassinat, massacres, pillages qu’il avait commis.

En plus, selon des sources concordantes, parmi les 150 miliciens qui s’étaient rendus auprès des autorités en même temps que Gédéon Kyungu Mutanga, certains seraient déjà en brousse en pleine formation et pourraient constitués un risque sécuritaire énorme à la fois pour la province, mais aussi pour le pays.

En même temps que JUSTICIA asbl exige que des enquêtes minutieuses soient menées dans les territoires de Mitwaba, Malemba Nkulu et Kabongo, afin de prévenir la résurgence d’autres milices instrumentalisées et dirigées par ce repris de justice, Justicia asbl demande aussi et urgemment l’arrestation de ce condamné à la peine de mort pour crimes graves.

Pour ce faire, elle recommande ce qui suit :

Au Président de la république :

  • De se rappeler de ses engagements pour la lutte contre l’impunité en ordonnant urgemment l’arrestation immédiate de Gédéon Kyungu Mutanga

Au Gouvernement provincial du Haut Katanga :

  • De cesser d’apporter toute assistance à Gédéon Kyungu Mutanga et ses complices et de faciliter son arrestation et réincarcération par les services compétents.

Aux Procureurs généraux du Haut-Katanga et du Haut-Lomami ainsi qu’à l’Auditeur supérieur de Lubumbashi :

  • De faire montre d’indépendance en diligentant des enquêtes non seulement à Mitwaba, Malemba Nkulu et Kabongo sur ces allégations de recrutement et de formation des milices, mais aussi sur l’activisme criminel de Gédéon Kyungu Mutanga de 2011 à 2016.

  • De procéder à l’arrestation immédiate et sans délai de Monsieur Gédéon Kyungu Mutanga afin qu’il purge la peine pour laquelle il a été condamné.

Articles Récents