RDC : La CDJP dénonce l’inefficacité de la Commission ad hoc «Mbororo» à Dungu (Haut-Uelé)

DUNGU, le 12 Juillet 2017 – La Commission Diocésaine Justice et Paix de Dungu-Doruma déplore l’inefficacité de la commission «Mbororo» mise sur pieds par l’arrêté du Gouverneur Docteur LOLA KISANGA n°01/JPLK/024/CAB/PROGOU/H-U/2017 du 13/04/2017 portant création d’une commission chargée de suivi de déplacement, de cantonnement temporaire et de recensement des éleveurs nomades Mbororo et leurs cheptels en province du Haut-Uélé.

Trois mois après la création de cette Commission, les éleveurs Mbororo continuent à inquiéter la population riveraine du territoire de Dungu, principalement celle du sud du territoire, sur l’axe routier Nambia-Babagu dans le territoire de Niangara. Cette population est constituée des déplacés qui ont fuient la LRA au nord du territoire de Dungu pour la plupart.Les autorités provinciales sont appelées à dépêcher une mission mixte (autorités locales de ces deux territoires et la commission ad hoc) pour s’imprégnerde la situation sur le terrain et trouver une solution immédiate.

Dans un communiqué diffusé ce 11 juillet dans l’une des radios locales (Radio Tangazeni Kristo), ce groupe de déplacés constitué en Comité de fait a dénoncé les récentes tracasseries des éleveurs Mbororo qui constituent, à ce jour, une source d’insécurité majeure pour leurs biens de champs et leurs familles.

Ce comité restreint dénonce également que ces éleveurs, auxquels sont associés les braconniers UDA constitués eux aussi de plusieurs nationalités, menacent la population locale auprès des produits de leurs Champs.

« Ils demandent à cette population locale de leur vendre paddy, manioc, banane et autre à un prix forfaitaire qu’eux même fixent sous la menace de leurs couteaux et machettes. Par moment, là où ils ne trouvent personne, ils se comportent en maitre de champs, laissant leurs bétails ravager toute la récolte, pendant qu’eux sont entrain de piller, même les habits. Certains sont même tentés de prendre de force jeunes filles et femmes parmi les habitants, mariées ou mineures peu importe. Il y a même des soupçons d’un cas de viol sur une femme sourde-muette par un de ces éléments, le mari de cette dernière étant incapable de dénoncer ce fait », a indiqué l’Abbé Jean-Pierre BAGUDEKIA Directeur de la CDJP Dungu.

La société civile locale qui dénonce cette situation promet d’entrer en contact avec la Commission ad hoc pour appuyer cette population dans ses démarches en vue de trouver gain de cause.

SYC

RDC : Un journaliste assassiné à Bunia, ses collègues exigent justice et observent une «journée sans radio»

Kisangani, le 12 Juillet 2017 – C’est un assassinat de trop, s’insurgent des journalistes qui ont manifesté ce matin à Bunia (Ituri) contre le meurtre de leurs collègues Innocent Banga Karaba (journaliste à la RTNC) tué ce mercredi 12 Juillet 2017 vers 4 heures du matin.

Des sources locales renseignent que ce professionnel des médias a été abattu par une personne non autrement identifiée à l’aide d’une arme blanche à son domicile situé au quartier Salongo, juste quand il sortait des installations sanitaires.

Après cet acte déplorable, rapportent les mêmes sources, le corps du défunt a été acheminé à la morgue de l’Hôpital Général  de Référence de Bunia.

Innocent Banga Karaba trainait près de 40 ans d’expérience de journaliste. S’il a présenté son journal habituel la veille, il n’a pu ce matin puisqu’abattu avant même qu’il ne se présente à la station RTNC. Il a laissé derrière lui une veuve et 9 enfants.

SYC

RDC : Pax-Dei et Filimbi exigent du Gouvernement central l’éradication la FRPI de l’Ituri

Bunia, le 10 Juillet 2017 – Face à la montée de la tension entre tribus Hema et Lendu en Ituri, l’ONGD Pax Dei et le mouvement Citoyen Filimbi alertent sur le risque d’un nouveau conflit interethnique sanglant. Et de s’interroger : A qui profite les atrocités commis par la Force de Résistance Patriotique en Ituri ?

Le corps en décomposition d’un Prêtre Catholique de la congrégation de Père CARMES a été environ 6 jours après dans sa chambre, à la paroisse de DRODRO village situé à plus de 60 Km de la ville de Bunia en territoire de DJUGU. La nouvelle a créé une vive tension au sein de la Population locale. La communauté Lendu à laquelle appartient le défunt a soupçonné notamment le Curé de cette paroisse et son adjoint, qui sont des Hema, d’être à la base de cet acte.

Quelques jours plus tard, soit le mercredi 21 juin, à la suite d’une information selon laquelle 3 jeunes Hema qui se rendaient en Ouganda avaient été enlevés sur leur route et dont deux parmi eux ont été retrouvés morts, dans une région où les miliciens de la FRPI, rébellion proche de Lendu Sud, appelés NGITI sont actifs de plus de 15 ans.

Des jeunes du secteur de Bahema Sud territoire d’Irumu se sont attaqués à une délégation officielle venue conduire un dialogue intercommunautaire, le Chef de NGITI présent dans la délégation et qui était le plus visé a été gravement blessé ainsi que d’autre personnalité notamment : un proche du conseillé du Gouverneur.

« La tension entre les deux communautés venait d’atteindre les proportions inquiétantes. Les Hema ayant ouvertement accusé les NGITI d’être derrière cet assassinat horrible ont promis des représailles », rapporte le communiqué conjoint.

L’ONG Pax dei et le Mouvement Filimbi s’inquiètent de cette situation et appelle les uns et les autres à consolider la paix entre communautés. Aussi, rappellent-t-ils, les vrais responsable de la sécurité dans le sud du territoire d’Irumu le Gouvernement congolais et les FARDC qui, pendant plus de 15 ans, n’ont pas réussi à neutraliser la milice FRPI.

D’où, l’exigence au Gouvernement central d’éradiquer à toute urgence, la milice de FRPI de l’Ituri.

SYC