RDC : décès du militant pro-démocratie Luc Nkulula, des activistes exigent une enquête indépendante !

Goma, le 10 juin 2018 – Le militant pro-démocratie et l’une des figures de proue du mouvement citoyen Lucha, Luc Nkulula est décédé, ce dimanche vers 2h00 du matin, calciné dans son domicile situé quartier Himbi dans la ville de Goma. Face à cette mort dans des circonstances suspectes, nombreux sont ces activistes qui exigent une enquête indépendante et internationale dans les meilleurs délais.

En effet, Luc Nkulula n’a pas abdiqué face à ce régime répressif des manifestations publiques reconnues au peuple par la Constitution. C’est avec détermination, au point de perdre sa vie, qu’il s’est retrouvé sur terrain où les forces de l’ordre ont tiré sur les foules à balles réelles, tué, bastonné, interpellé et emprisonné les manifestants.

“On ne leur permettra pas de continuer à nous mettre sous le joug de la dictature où tout autre chose. Ça veut dire pour nous, qu’il est très clair qu’il faut combattre tout régime qui empêche le peuple de jouir de ses droits civiques, de sa liberté d’expression, de l’accès à la terre, de l’accès à l’eau ou à la sécurité”, déclarait – il dans une interview accordée en mars dernier à Wendy Bashi pour Deutche Welle.

https://twitter.com/sergemike/status/1005678153761771521

Des témoignages et des messages de compassions affluent sur les réseaux sociaux.

 

RDC : la FEC appelle à l’allègement des conditions de raccordement à l’électricité à Butembo

Butembo, le 4 Juin 2018 – La Fédération des entreprises du Congo (FEC) de Butembo-Lubero a appelé la société ENTK/STS d’alléger ses conditions de raccordement à l’électricité pour inciter les consommateurs à s’abonner massivement. Et préconise une rencontre urgente des toutes les parties prenantes autour du maire de la Ville de Butembo afin de plancher sur la problématique de fourniture de l’électricité aux opérateurs économiques et à la population. Ci-dessous, la déclaration :

Vu que l’assainissement du Secteur de l’électricité en ville de Butembo implique divers secteurs, il est souhaitable que cette question fasse l’objet d’une rencontre entre les différents Services Techniques de la Mairie, notamment le Service de l’Enérgie, le Service de l’Economie, le Service de l’Environnement, le Service de l’Industrie, le Service des Affaires sociales et autres autour du Maire de la Ville pour cerner les contours administratifs, juridiques, économiques, sociaux et environnementaux de cette problématique.

La Société ENK/STS devrait alléger ses conditions de raccordement pour inciter les consommateurs à s’abonner massivement à l’électricité qu’elle fournit.

Le courant électrique étant parmi les produits stratégiques dont les prix doivent être encadrés par l’Etat congolais, la société ENK/STS doit appliquer une tarification conforme aux Lois et Textes en vigueur en alignant son tarif de kilowattheure aux prix fixés par le Ministère de l’Economie nationale pour rencontrer le pouvoir d’achat de la population, conformément à l’article 9 du Contrat de Concession.

Il y a donc nécessité que le service de l’Economie travaille de concert avec la Société ENK/STS dans la fixation du prix du Kilowattheure après exploitation de leur structure de prix parce que la population est en train de se demander comment le courant fourni par une centrale hydroélectrique coûte plus cher que celui fourni par des groupes électrogènes qui utilisent le carburant  et le lubrifiant.

Des informations en possession du public font état d’un tarif réduit de kilowattheure de l’énergie électrique vendu par la Société VIRUNGA SARL à la population de Rutshuru et que bientôt cette société va desservir le territoire de Lubero. Si ENK/STS persiste avec son tarif élevé, il y a risque qu’on assiste dans un avenir proche à la délocalisation des activités économiques de Butembo vers le Territoire de Lubero pour être compétitif.

La Société ENK/STS est appelée à prendre urgemment des dispositions utiles pour couvrir toutes les communes de la ville de Butembo en énergie électrique de qualité et en quantité.

FEC/Butembo-Lubero

RDC : la société civile dénonce la montée de l’insécurité en ville de Butembo

Butembo, le 04 juin 2018 – La société civile forces vives du Nord – Kivu dénonce la recrudescence de l’insécurité dans la ville de Butembo. En l’espace de 72 heures, cette situation déplorable a couté la vie à quatre personnes sans oublier des victimes de blessures et d’extorsions. Elle recommande à l’autorité urbaine de Butembo d’autoriser les patrouilles mixtes : PNC, FARDC et MONUSCO afin d’endiguer cette hémorragie sécuritaire.

Marre de cette situation, la société civile réitère son souhait de la scission du Commandement de la Police de la ville et de la relève des tous les membres de l’appareil sécuritaire qui se sont érigés en chefs coutumiers et dont l’efficacité est remise en cause.

Elle reste consternée par la mort de Madame KASOKI SENGEMOJA Rachel, agent à la Rawbank, tuée à son domicile la nuit du 29 au 30 mai 2018, en cellule Mahamba, quartier Buyinyole, commune Kimemi ; et de trois policiers qui étaient commis à la garde au bureau de la commune Bulengera la nuit du 31 mai au 01 juin 2018.

A ces victimes innocentes, s’ajoutent des blessés à la machette, au marteau ou à l’arme à feu qui ont perdu leurs biens et argent lors des incursions nocturnes au cours de ce dernier mois.

A titre illustratif : la nuit du 29 au 30 mai 2018, Monsieur KAMBALE MUTOKA KANYAMBI de la cellule Mondo, quartier Buyinyole, commune Kimemi, a été visité par des bandits en armes qui lui ont ravi une somme de 15 USD ; la même nuit et dans la même cellule, Monsieur MUHINDO KAPANYA Donat s’est fait ravir 200 USD lors d’une incursion nocturne ; Monsieur MIYORA MIRUGHO, agent de la commune Kimemi, a été également victime d’une incursion nocturne des bandits qui ont tiré à travers la fenêtre il a été atteint à sa jambe.

D’autres cas ont été répertoriés aux quartiers Kitulu et Bwinongo en commune Mususa la nuit du 23 au 24 mai 2018, puis au quartier Rughenda en commune Bulengera, la nuit du 24 au 25 mai 2018. Il y a également des victimes de cette insécurité à Musimba, une agglomération située en chefferie des Baswagha en territoire de Lubero.

Tout en présentant ses condoléances les plus émues et sa compassion rapprochée aux familles des victimes de cette barbarie humaine, la Société Civile forces vives de Butembo exprime son inquiétude face à ce retour de l’insécurité grandissante qui rappelle les tristes événements vécus au cours de l’année 2017 par le phénomène « Kasuku » ayant endeuillé et appauvri nombreuses familles de la ville de Butembo et ses environs, jusqu’à toucher même les agents de la sécurité.

Elle demande à la population de Butembo de respecter la mémoire des trois policiers tombés sur le champ d’honneur et celle de Madame Kasoki Sengemoja en observant une journée sans activités ce lundi 04 juin 2018 sur toute l’étendue de la ville de Butembo, une façon d’interpeller les responsables qui ont la sécurité dans leurs attributions ainsi que les habitants de cette ville de faire correctement, chacun à ce qui le concerne, son travail.

SYC