RDC : une lettre ouverte au gouverneur Ngoyi Kasanji dénonce menaces et insécurité des DDH au Kasaï Oriental

Nous, le Réseau de protection des défenseurs de Droit de l’Homme, victimes et témoins du Kasaï – Oriental, (RPDHVT Asbl), une synergie de 27 organisations de la société civile de promotion, défense et protection des droits de l’homme actives dans la province du Kasaï – oriental, avons l’insigne honneur de saisir votre autorité pour dénoncer les différents cas des filatures, menaces et insécurités imputables aux préposés des services publics dont sont victimes les défenseurs des droits de l’Homme oeuvrant dans la province du Kasaï – Oriental, entité sous votre gouvernance.

Pour votre gouverne, depuis le mois de février 2018, la synergie des organisations de défense de droit de l’Homme, notre Réseau, a été alerté des plusieurs cas d’insécurité dont les défenseurs de droit de l’Homme sont victimes, dans la ville de Mbujimayi, les territoires de Miabi, Kabeya Kamuanga et Tshilenge ; cela, dû à la suite de la réalisation des activités qui concourent à la promotion des droits de l’Homme au Kasaï – Oriental voir celles consécutives à l’expression de leurs pensées ou opinions, droits et liberté garantis par la Déclaration Universelle des droits de l’Homme et par la Constitution de la République Démocratique du Congo, en vigueur, en ses articles 22, 23 et 25.

Cependant, nous ne saurions expliquer la coïncidence d’au moins quatorze cas d’alertes des menaces et insécurité à l’égard des membres des organisations non gouvernementales dont les auteurs cités seraient de la police, de l’Agence Nationale de Renseignement, des territoriaux et autres agents.

A titre purement, illustratif, le cas de Mr Anaclet KOMESHA, Président national de ADI/ONGDH et Chargé de Programme au Conseil Régional des organisations non Gouvernemental de Développement du Kasaï –Oriental (CRONGD/ K.Or.), les visites nocturnes et ciblées de Mr Saddam MUSUMBA, militant du mouvement citoyen Filimbi, dans la nuit du 01 juin 2018, dans la ville de Mbujimayi, par des personnes armées et de M. Emmanuel BUKASA BANYANGA, Directeur de programme à la Radio télé Arbres sacré, dans la nuit du 08 juin 2018, dans le territoire de Miabi.

Le cas le plus récent est celui survenu pas plus tard que le dimanche 17 juin 2018, au domicile de monsieur Patrick TSHIBANGU, coordonnateur de CODESCI, chez qui un groupe de militaires en armes et policiers a pris à partie son avocat et collègue, maître Justice TSHIAMALA, au point de l’humilier en lui infligeant de graves blessures.

Par ailleurs, il vous souviendra que les défenseurs de droits de l’Homme sont des partenaires incontournables de l’Etat et que, à ce titre, ils contribuent, non seulement à la surveillance de la situation des droits de l’Homme à travers l’ensemble de l’étendue du territoire national, mais aussi à l’éducation civique et électorale, ainsi qu’à la construction de la citoyenneté responsable, par des activités de sensibilisation, animations, formation sur toutes questions liées aux droits de l’Homme et au développement communautaire. Ils contribuent activement au maintien et à la consolidation de la paix sociale et leurs contributions constituent des appuis majeurs.

En rappel, selon l’article 1 de la Déclaration sur le droit et les responsabilités des individus, groupes et organes de la société de promouvoir et protéger les droits de l’ Homme et les libertés fondamentales universellement reconnus ou déclaration sur les défenseurs des droits de l’ Homme , il faut entendre par défenseur de droit de l’homme : « toute personne qui, individuellement ou en association avec d’autres, oeuvre à la promotion ou à la protection des droits de l’homme. »

Excellence, Monsieur le Gouverneur de province,
Les ONGDH membres du RPDHVT, qui saluent, à juste titre les différentes initiatives du Conseil provincial de sécurité, sous votre impulsion, pour résoudre le problème de l’insécurité sur toute l‘étendue de la province du Kasaï – Oriental, en ce compris, les récentes stratégies arrêtées lors de, sa dernière réunion, tenue en date du 06 juin 2018 ; restent, cependant, indignées de la multiplicité de cas d’insécurité et menaces ciblées dont sont victimes ses membres.

Partant, nous vous prions d’apporter un intérêt supérieur au besoin de sécurité des défenseurs de droit de l’Homme, de même nous ne cesseront de vous mettre au courant de l’évolution de la situation dont certains d’entre nous, vous ont tenu informé à travers des lettres séparées.

Convaincu que la présente retiendra votre particulière attention, nous vous prions, Excellence, Monsieur le Gouverneur de province, de croire à notre haute considération.

Fait à Mbujimayi, le 19 Juin 2018

Télécharger la Lettre ouverte

RDC : CODESCI condamne la perquisition du domicile de son coordonnateur par les forces de sécurité

Mbujimayi, ce 18 juin 2018 – Le Collectif pour le Développement Economique, Social et Culturel Intégré (CODESCI) se dit préoccupé par la perquisition pour recherche d’armes opérée au domicile de Monsieur Patrick CIBANGU, son coordonnateur, ce dimanche 17 juin 2018 vers 5 heures du matin, par des éléments des FARDC (Forces Armées de la RDC) et de la PNC (Police Nationale Congolaise).

Dans u communiqué officiel, cette ONG de promotion de la gouvernance participative et de Défense des Droits Economiques et Sociaux basée dans la province du Kasaï Oriental condamne cet acte et recommande l’ouverture d’une enquête indépendante par les services de sécurité en vue de dénicher la vraie cause de cette perquisition ; et, un accès libre à son avocat durant tout le déroulement du dossier judiciaire une fois, déclenché.

Selon le récit de la perquisition, Patrick Cibangu a laissé ces agents entrer dans son domicile après avoir analysé le document de perquisition. Et, après la fouille, ils sont ressortis de son domicile sans y trouver des armes qu’ils recherchaient.

“Bien que ces éléments de FARDC et PNC aient procédé avec courtoisie, cet incident a traumatisé l’épouse et les enfants de monsieur Patrick CIBANGU qui, lui-même s’étonnait du fait que son domicile soit ciblé pour une perquisition à la recherche des armes, alors qu’il n’y avait aucun préalable judiciaire ni indice quelconque pouvant motiver cette perquisition”, a indiqué le communiqué signé par Me Clément ILUNGA, chargé de Communication de l’Ong CODESCI.

Bien que, ne se reprochant de rien, le Coordonnateur de de cette structure dit craindre pour sa sécurité, celle de sa famille ainsi que du personnel de l’Ong. Car, ne comprenant pas ce qui serait à la base du ciblage de sa résidence pour perquisition alors que CODESCI est une Organisation Non Gouvernementale qui milite pour l’amélioration des conditions de vie de la population du Kasaï Oriental et œuvre de manière pacifique avec tous les acteurs étatiques et non étatiques.

SYC

RDC : 27 organisations du Kasaï-Oriental exigent une enquête indépendante sur la mort Luc NKULULA

Mbuji-Mayi, le 14 juin 2018 – Les organisations des droits de l’homme de la province du Kasaï – Oriental sont très consternées par la mort de Monsieur Luc NKULULA WA MWAMBA, militant du mouvement citoyen « Lutte pour le Changement » en sigle LUCHA survenue le dimanche 10 juin 2018, dans un incendie de son domicile situé au quartier Himbi, ville de Goma, dans la province du Nord Kivu, dont l’origine et les causes sont inconnues des nombreux citoyens la République démocratique du Congo.

La mort de Monsieur Luc NKULULA WA MWAMBA, militant très engagé dans la lutte pour le changement en RDC de suite d’un incendie mortel alimente plusieurs inquiétudes dans le chef des DDH de la RDC et du monde.

“Partant, il importe de souligner qu’au regard des circonstances suspects qui entourent la mort de ce jeune militant de la LUCHA, engagé à travers les actions pacifique et non violents en faveur de la promotion d’un Congo respectueux des droits et libertés publiques garantis par les instruments juridiques tant internationaux que nationaux, les organisations signataires de cette action exigent une enquête indépendante afin de déterminer les circonstances de sa mort et traduire les commanditaires et les exécutants devant les instances judiciaires compétentes”, indiquent le communiqué conjoint des 27 organisations des droits de l’Homme.

Au regard de ce qui précède, ces organisations signataires recommandent :

Au pouvoir judiciaire
De diligenter une enquête indépendante et objective pour l’établissement de la vérité sur les circonstances de la mort de Monsieur Luc NKULULA WA MWAMBA afin que les auteurs subissent la rigueur de la loi.

A la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH)
De jouer pleinement son rôle qui est de promouvoir les droits humains et de veiller à leur respect intégral ;
De diligenter une enquête sur la situation des droits de l’Homme à Goma en général et particulièrement sur la mort de Monsieur Luc NKULULA WA MWAMBA.

A la Population Congolaise
De le rendre un hommage digne de la grandeur de Luc, perçue l’engagement en faveur de l’avènement d’un Etat de droit en RDC traduit par plusieurs actions citoyennes pacifiques et non violente de revendication sous son initiatives
De collaborer efficacement avec des instances (judiciaires et non judiciaires) pour l’établissement de la vérité afin que les auteurs de l’incendie ayant engendre la mort Monsieur Luc NKULULA WA MWAMBA subissent la rigueur de la loi.

SYC