Desy Furaha, activiste congolaise, poursuivi pour dénonciation calomnieuse devant le Tribunal de Gombe à Kinshasa

Une vue du bâtiment abritant la salle d'audience ce 23:06:2011 à la prison centrale de Makala à Kinshasa. Radio Okapi: Ph. John Bompengo

Kinshasa, le 20 février 2015 – L’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ) est vivement préoccupée par les poursuites pénales engagées devant le Tribunal de paix de Kinshasa/Gombe sous RP. 24.660/VII contre l’ONG « Femmes solidaires pour la paix et le développement » (FSPD) ainsi que sa présidente Mme Desy FURAHA. Continue reading Desy Furaha, activiste congolaise, poursuivi pour dénonciation calomnieuse devant le Tribunal de Gombe à Kinshasa

Le CDH préoccupé par le maintien en détention de Jean Claude Muyambo

Une vue du centre ville de Lubumbashi

Le Centre des Droits de l’Homme et du Droit Humanitaire, CDH en sigle, est vivement préoccupé par l’évolution du dossier du Bâtonnier MUYAMBO KYASSA, Continue reading Le CDH préoccupé par le maintien en détention de Jean Claude Muyambo

La VSV dénonce le kidnapping des opposants à Kinshasa

La Voix des Sans Voix pour les droits de l’homme (VSV) proteste contre l’enlèvement mardi 6 janvier à Kinshasa «d’une dizaine d’opposants au régime du président Joseph Kabila par des policiers armés et d’autres personnes qui étaient à bord d’une jeep de la Police nationale congolaise (PNC).» Parmi les personnes enlevées, cet ONG cite le professeur Kalele Ka-Bila, président Front pour un nouveau type de congolais et Jean-Félix Senga, secrétaire général de l’Ecidé. 

Dans un communiqué parvenu mardi soir à Radio Okapi, la VSV précise que « les opposants politiques ont fait l’objet d’enlèvement [au quartier] Kingasani dans la commune de Kimbanseke pendant qu’ils distribuaient à la population des invitations à un  meeting de l’opposition politique prévu dimanche 11 janvier 2015, à l’esplanade du terrain du stade des Martyrs de la Pentecôte de Kinshasa

Selon la même source, ce meeting a pour objet «d’informer la population sur l’état de la nation, réitérer leur opposition à la révision de la constitution et enfin demander le rejet en bloc de l’Office national d’identification de la population (Onip) 

Le directeur exécutif de la VSV, Dolly Ibefo, dénonce ce qu’il qualifie d’«intimidation frisant le retour des dérives totalitaires en RDC» et de libérer les personnes arrêtées, et  qui sont détenues au camp militaire Kokolo.

Slon lui, «cette arrestation vient s’ajouter à la chasse à l’homme qui est lancée contre les personnes opposées à la révision constitutionnelle ou à l’éventualité d’un troisième mandat du chef de l’Etat, M. Joseph Kabila

Il a cité le cas d’agression dont a été victime récemment à Lubumbashi Georges Mawine Kahinde, ancien ancien vice-président national chargé de la jeunesse du parti du peuple pour la reconstruction et le développement (PPRD) et président de l’ONG Observatoire de la jeunesse ainsi que «l’arrestation du député honoraire Vano Kiboko, qui est actuellement écroué à la prison centrale de Makala» à Kinshasa.