Newsletters | Instagram | Dernière mise à jour le 20/06/2019
Logo sauti ya congo

Beni : Les ADF libèrent leurs otages et les envoient avec un message qui devrait être exploite par les autorités Congolaises

Publié le : 15 April, 2019 à 10 h 47 min

Le massacre qui endeuille Beni ville et territoire a commencé au mois d’octobre 2014 et n’a pas encore dit son dernier mot. Le nombre des morts dépasserait aujourd’hui les 1500 personnes quand les disparues seraient aussi plus de 1000.

Les ADF, au courant de cette année 2019 ont fait semblant de donner un message fort en libérant volontairement leurs otages dont le nombre serait de 86 aujourd’hui. Malgré les libérations, leur activisme ne faiblit pas. Les morts sont toujours enregistrés et aussi le pillage des biens et incendies des habitations.

Pour le moment ils opèrent dans la partie Ouest de la route nationale numéro 4, ou la population trouvait refuge en quittant la partie Est. Les villages le plus touches sont à Mamove ; Kengele; Ngilingili ; Ahili. Mbingi; Samboko/Tsanitsani.

Selon les informations reçues des otages libérés ; ce qui motivent ces derniers (ADF) dans leurs manœuvres sont ; la recherche des médicaments ; l’approvisionnement en viande des animaux de basse court (poules, chèvres, …) les vivres et les produits des premiers nécessités et autres biens comme ceux pouvant faciliter l’éclairage (panneau solaire, batterie, …)

Cette situation s’observe à partir du mois de février 2019 lorsque ces derniers avaient enlevé 14 personnes dans l’attaque du 11-13 février 2019 à Mamove. Un autre cas et celui de l’incursion à Mamove en date du 24/2/2019 ou 22 personnes avaient été enlevée et relâchée. Un autre cas similaire et celui du village d’Apetinasana en date du 9/3/2019 ou 24 personnes avaient été enlevé et relâchée. L’avant dernière libération est celle de l’attaque du 3/4/2019 à Samboko/Tsanitsani ou 15 autres personnes avaient été enlevées et relâchée avec 3 enfants qui avaient été enlevés en septembre 2018 à Mabapula/Oicha. En date du 11/4/2019, ils ont encore libéré de leur volonté 8 personnes enlevé à Mutohu le 6/4/2019.

Misères Sors est entré en contact avec plusieurs de ces relâchés et la majorité dit avoir un message leur donné par leurs ravisseurs pour le transmettre aux autorités congolaises. Ils disent : « Nous ne voulons plus tuer personne a condition que le gouvernement nous laisse aussi libre des mouvements et d’activités comme nous avions été dans le temps. Nous voulons un dialogue avec le nouveau président a qui nous dirons toute la vérité sur les massacres de la population civile ».

La population civile continue à aller dans les champs qui sont dans les parties a risque d’être enlevé car elle n’a pas d’autre façon de vivre que par les produits des champs.

La réclamation formulée par ces ADF suscite des questions : sont-ils honnêtes dans leur propos ou seulement une façon de faire voir à la population et aux FARDC qu’ils sont maitres du terrain ? Quelle vérité veulent-ils dire au nouveau Président de la république ?

Au Gouvernement Congolais

  • Que le gouvernement avec son partenaire la FIB/ Monusco puissent exploiter cet element.

A la population.

  • Etre vigilant et de dénoncer tout cas suspect et de ne pas s’exposer dans les endroits à haut risque fréquentés par les ADF.

Fait à Oicha le 11/04/2019

Katembo Kitchambula Isidore

Superviseur responsable

Articles Récents