Newsletters | Instagram | Dernière mise à jour le 20/05/2019
Logo sauti ya congo

BCNUDH – COMMUNIQUÉ DE PRESSE – NOTE ANNUELLE 2018

Publié le : 1 February, 2019 à 7 h 30 min

En 2018, le BCNUDH a documenté 6.831 violations des droits de l’homme en RDC, soit une moyenne de plus de 569 violations par mois. Il s’agit d’une augmentation de 5% par rapport à l’année 2017 (6.497 violations), qui avait déjà connu une augmentation de plus de 25% par rapport à l’année 2016 (5.190 violations). Cette augmentation concerne tout autant les agents de l’Etat (+5%) ainsi que les groupes armés et milices (+4).

Sur l’ensemble du territoire de la RDC, les agents de l’Etat sont responsables de 61% des violations documentées en 2018, tandis que 39% ont été perpétrées par les groupes armés. Si l’on prend l’ensemble des violations documentées en 2018, plus de la moitié sont attribuables aux seuls éléments des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et de la Police nationale congolaise (PNC) réunis. Le BCNUDH déplore le nombre élevé de victimes d’exécutions extrajudiciaires et arbitraires attribuables à des agents de l’Etat (389 victimes, dont 61 femmes et 28 enfants). Les groupes armés et milices sont, eux aussi, responsables d’un nombre affligeant d’exécutions sommaires (780 civils, dont au moins 147 femmes et 73 enfants).

Cliquez ici pour continuer

Articles Récents