Elections présidentielles en RDC : “un processus électoral dévoyé et des institutions décrédibilisées” (communiqué)

Le résultat provisoire de l’élection présidentielle en République Démocratique du Congo, donnant vainqueur M. Tshisekedi, est terni par un processus électoral dévoyé et des institutions décrédibilisées. Pour la campagne « Tournons la page » et ses organisations membres, l’alternance ne se négocie pas, elle ne peut être qu’issue de la vérité des urnes, pour être véritablement démocratique.

La communauté internationale ne peut normaliser une situation qui porte les germes d’une escalade de la violence et de la perpétuation de l’impunité

La détermination des acteurs de la société civile, de l’opposition politique, de l’Eglise catholique et des citoyens congolais, avec l’appui d’une partie de la communauté internationale, a permis d’arracher le 30 décembre 2018, après deux ans de report, des élections générales censées produire un changement profond de l’espace politique. L’engouement des électeurs, malgré les risques de violences, a été très fort, prouvant la détermination des Congolais à obtenir l’alternance démocratique.

Cliquez ici pour continuer

RDC: la société minière de Bisunzu quitte le processus de certification ITSCI

La République démocratique du Congo et cette volte-face de la Société minière de Bisunzu dans le Nord-Kivu. Le plus grand producteur de coltan du pays a quitté le mois dernier le processus de certification ITSCI  – l’Initiative ITRI relative à la chaîne d’approvisionnement de l’étain –, qui garantit que ses minerais mis sur le marché ne sont pas le fruit de trafiquants qui violent les droits de l’homme en alimentant les conflits et en exploitant le travail des enfants.

Ayant appelé de tous ses vœux le mécanisme de traçabilité des minerais en République démocratique du Congo, mis en place en février 2012, la société civile soutient le système, dit Prince Kihangi, responsable de la thématique « Mines dans le Nord-Kivu », avec une nuance.

« On ne dit pas non au système, sauf qu’il coûte énormément cher. Sinon, nous apprécions le système en question. »

Vice-Président de la Chambre des mines de la Fédération des entreprises du Congo, John Kanyoni participe régulièrement aux réunions du processus de certification. Un système qui pèse sur la trésorerie des exportateurs de minerais bruts.

« Je paye quand même quelques centaines de milliers de dollars par an uniquement pour ce processus-là. Et je ne parle que pour le compte de mon entreprise. »

Cliquez ici pour continuer

Élections en RDC : publication des résultats provisoire

Kinshasa, le 11 janvier 2019 – L’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ) prend actes des résultats provisoires publiés par la CENI consacrant Monsieur Felix TSHISEKEDI TSHILOMBO comme 5ème Président de la République Démocratique du Congo (RDC).

L’ACAJ encourage tout autre candidat qui se sentirait lésé par ledit résultat à le contesté pacifiquement devant la cour constitutionnelle.

L’ACAJ condamne les violences survenues le 10 janvier 2019 dans la ville de Kikwit qui ont occasionné 5 morts dont 3 civils et 2 policiers ; 25 blessés dont 16 graves ; plusieurs dégâts matériels ; l’évasion des plusieurs prisonniers dont des condamnés pour des crimes de sang et violences sexuelle ; et ont contraint plusieurs familles à quitter précipitamment leur domiciles ou résidences pour trouver refuge dans des localités avoisinantes.

L’ACAJ dénonce les discours et propos tenues par certains leaders politiques appelant et incitant leurs militants à la violence et à la haine tribale ou ethnique contre des membres d’une certaine communautés.

L’ACAJ rappelle qu’aux termes de l’article 66 de la constitution, tout congolais a le devoir de respecter et de traiter ses concitoyens sans discrimination aucune et d’entretenir avec eux des relations qui permettent de sauvegarder, de promouvoir et de renforcer l’unité nationale, le respect et la tolérance réciproques. Et l’article 67 ajoute que tous congolais a le devoir de protéger la propriété, les biens et intérêts publics et de respecter la propriété d’autrui.

L’ACAJ demande aux autorités de prendre toutes les mesures et dispositions qui s’imposent pour protéger efficacement les personnes et leurs biens, arrêtés et poursuivre en justice les auteurs de ces faits graves.

L’ACAJ à renforcer son équipe de monitoring à travers toute l’étendue du territoire national en vue de collecter tous les faits constitutifs d’abus et d’atteintes aux droits de l’homme.

Pour tout contact,

Me Georges Kapiamba, Président de l’ACAJ

Téléphone : +243 814043641

Email : kapiambag2@gmail.com

              mbelajosepha@gmail.com