Mise à jour le 14 October,20 à 16 h 18 min
Sauti Ya Congo > Non classé > Pas de levée de sanctions ciblées contre les hauts responsables Congolais impliqués dans les violations graves des droits humains sans garantie de justice [Communiqué conjoint]

ALERTE – Marche pacifique dispersée, plus de 120 interpellations des manifestants dénoncées en RDC

Publié le : 31 July,17 à 20 h 23 min

Goma, le 31 Juillet 2017 – Des sources indépendantes de la Société Civile recensé environs 128 interpellations des manifestants au terme de la marche initiée par le Mouvement Citoyen, Lutte pour le Changement (LUCHA) et soutenue par la société civile et les partis politiques d’opposition à travers la RD Congo. Dans certaines grandes villes du pays, cette manifestation ont été interdites et dans d’autres, les téméraires ont été violement dispersés. Des blessés ont été comptés ainsi que des interpelés parmi lesquels des journalistes.

Il s’agit de 57 à Goma, 24 à Kinshasa, 10 à Butembo, 8 à Beni, 8 à Lubumbashi, 7 à Mbandaka, 5 à Kasindi, 5 à Bukavu et 4 à Kindu.

Cette situation n’a pas laissé indifférente les activistes des Droits Humains qui ont dénoncé cette série d’interdictions et de répressions d’une manifestation pacifique des citoyens congolais. Un droit garanti pourtant par la Constitution de la République.

Des Organisations de la Société Civile exigent des forces de l’ordre la libération immédiate et sans conditions de toutes les personnes interpellées dans le cadre de cette manifestation.  Elles invitent des autorités compétentes à diligenter, toutes affaires cessantes, une enquête contre l’usage de force excessive pour réprimer les manifestants.

« Le régime politique Kabila doit élargir l’espace politique en laissant les activistes et les membres de l’Opposition manifester librement », a déclaré un activiste des Droits Humains.

A en croire le Président de l’ACAJ, Georges Kapiamba,  l’exercice d’un Droit ou d’une liberté garanti par la constitution ou la loi ne peut pas constituer une infraction. Et donc, ces cas d’interdictions et même d’interpellations sont non seulement arbitraires mais constituent des atteintes graves à l’exercice des droits fondamentaux garantis aux citoyens punies par l’article 180 du code pénal congolais.

Quoi de plus normal que les auteurs de ces actes soient traînés en Justice et dénoncés publiquement.

SYC

A lire aussi

Publié le : 5 November,14 à 13 h 40 min

Agression des prêtres et religieuses à Lodja : liberté d’expression menacée par l’intolérance politique

Publié le : 26 October,17 à 20 h 18 min

RDC : L’Appel urgent de la Société Civile à Nikki Haley afin de faciliter une transition citoyenne

Publié le : 21 October,16 à 14 h 19 min

RDC : L’accord politique du 18 octobre est une prime à la trahison et porte atteinte à la souveraineté du peuple

CONTACTEZ-NOUS

Courriel: sautiyacongo@gmail.com
Skype: sautiyacongo
Facebook: Sautiyacongo
Twitter: Sautiyacongo







Sauti ya Congo | Design By Le mak | Instagram