Newsletters | Instagram | Dernière mise à jour le 20/05/2019
Logo sauti ya congo

#8Mars : les femmes en pantalons humiliées à Bukavu sur la base d’une fake news

Publié le : 8 March, 2019 à 17 h 00 min

Plusieurs femmes ont été violentées et humiliées pendant la journée du mardi 05 mars dans la ville de Bukavu, simplement parce qu’elles étaient habillées en pantalons ou en mini-jupes. Une fausse information circulait depuis des semaines dans la capitale du Sud-Kivu selon laquelle le couple présidentiel (le président pour certains, la première dame pour d’autres) aurait interdit le port de ce genre d’habits. Ce sont surtout les motards qui s’en sont pris aux jeunes femmes.

Sur les réseaux sociaux, on pouvait regarder et télécharger des images des femmes en train d’être battues, roulées dans la boue… Certaines étaient même déshabillées. C’est inimaginable qu’en plein mois de mars, des femmes soient ainsi traitées publiquement sans que personne n’intervienne.

Quand les fake news font de vraies victimes

Le principe de la fakenews est de parler aux instincts primaires des individus. Elle titille la cupidité, l’orgueil, l’avarice et la violence intimement liées à certaines personnes. C’est pour cela que les gens se laissent prendre facilement au piège. Dans un pays où le taux d’analphabétisme se mesure en termes de millions, pareil pour celui du chômage, quand une fausse information est ainsi diffusée, nombreux sont ceux qui y croiront fermement, sans se préoccuper de vérifier. Et pour ce qui est arrivé à Bukavu, ce sont des conducteurs des motos-taxis qui se sont chargés d’exécuter une fausse « interdiction » de port du pantalon et des mini-jupes par les femmes. « Cela a commencé par des violences verbales, puis certaines femmes ont été agressées légèrement. Plus tard, les violences ont gagné en intensité, des femmes ont été battues dans la rue, déshabillées en public, à cause de cette fausse information », indiquent des sources de la société civile de Bukavu.

Cliquez ici pour continuer

Articles Récents