Réferendum au Congo: Déclaration des mouvements citoyens africains

Filimbi 2Depuis quelques jours, le peuple congolais en général et sa jeunesse en particulier est en lutte pour s’opposer au projet de modification de la Constitution du Congo Brazzaville par le président Dénis Sassou N’Guesso (72 ans).

En effet, ce président qui totalise déjà 31 ans de règne (1979-1992) et (1997-2015) à la tête de l’Etat entend organiser un référendum le 25 octobre 2015 pour faire sauter les deux verrous de la Constitution actuelle qui l’empêchent de se représenter à la prochaine présidentielle.

Il s’agit des dispositions relatives à l’âge et à la limitation des mandats présidentiels. Cette tentative de passage en force constitue une atteinte grave à la Constitution du pays et à la République. Le vaillant peuple du Congo convaincu que ce pays -comme tous les autres pays du continent- n’a pas besoin d’hommes forts mais d’institutions fortes n’a jamais cessé de dénoncer cette violation flagrante des règles constitutionnelles et républicaines parfois au prix du sang. L’alternance est un premier pas essentiel pour instaurer un attachement indéfectible à la légalité, à la culture démocratique et, donc, pour assurer l’avenir de toute une génération.

Nos mouvements citoyens respectifs et la jeunesse africaine consciente :

  • Condamnons l’entêtement du président Dénis Sassou N’guesso à mettre en péril l’avenir du Congo à travers son ambition d’instaurer un pouvoir à vie,
  • Appelons les démocrates du continent et du monde à se démarquer et à dénoncer de tels projets qui se situent aux antipodes des aspirations des peuples à une gouvernance démocratique et responsable,
  • Réaffirmons notre foi à l’alternance démocratique, gage de l’instauration d’une gouvernance responsable,
  • Apportons  notre soutien à la lutte légitime à nos frères et sœurs du Congo, notamment le mouvement citoyen « RAS-LE-BOL» dont certains membres sont illégalement incarcérés depuis plusieurs jours, contre le projet de référendum et de révision de la Constitution,
  • Tiendrons le président Denis Sassou N’guesso responsable devant l’histoire et ses tribunaux divers du chaos que lui et son clan destinent à la nation congolaise.

Dans la droite ligne de notre « Déclaration de Ouagadougou », nous, mouvements citoyens africains frères mettons en commun nos forces afin de mener des actions communes en soutien à nos frères du Congo.

Notre nombre est notre force.

La lutte continue.

 

Pour la jeunesse citoyenne africaine ont signé

BALAI CITOYEN (Burkina Faso)

Notre Nombre est Notre Force

YEN A MARRE (Sénégal)

Il n’ya pas de destin forclos, il n’ya que des responsabilités désertées

FILIMBI (République Démocratique du Congo)

Le Congo nous appartient à tous

23 octobre 2015

Le gouvernement doit faire cesser les intimidations contre les défenseurs des droits de l’homme

CR1cIDpUwAEARz0

 

Kinshasa, le 21 octobre 2015 – 35 Organisations de défense des droits de l’homme  (ONGDH) dénoncent les intimidations dont sont victimes les membres de « Amis de Nelson Mandela pour les Droits de l’Homme (ANMDH) et les activistes pro-démocratie de la Lutte pour le Changement (LUCHA) de la part de l’Agence Nationale de Renseignement (ANR) à Kinshasa, en République démocratique du Congo (RDC).

 

Il s’agit de MM. Robert ILUNGA, Président des ANMDH, Juvin KOMBI et Luc NKULULA, tous deux activistes de la LUCHA.

Les 35 ONGDH vous prient d’intervenir de toute urgence en leur faveur auprès du Gouvernement de la RDC pour prévenir toute atteinte physique, morale ou psychologique.

En effet, ce mercredi 21 octobre 2015 la LUCHA et l’ AMNDH ont organisé une conférence de presse, dans les locaux de cette dernière, situés sur l’avenue Victoire, n° 42,  quartier Kauka dans la commune de Kalamu à Kinshasa au cours de laquelle elles ont présenté les résultats de la mission de plaidoyer menée à Kinshasa pour la libération de Fred BAUMA et Yves MAKWAMBALA,  respectivement militant de la Lucha et webmaster du collectif Filimbi, actuellement détenus à la prison de Makala.

Alors que la conférence de presse venait de prendre fin, deux personnes non autrement identifiées mais se réclamant être agents de service de renseignements (ANR) ont, sans mandat ni ordre de mission, harcelé les membres de l’ANMDH dont Robert ILUNGA en les obligeant à se rendre à leur bureau. Face à leur refus, ces agents étaient repartis promettant de revenir, cette fois-là, accompagnés des éléments de la police pour les y contraindre.  Quelques heures plus tard, Robert ILUNGA a reçu l’appel du responsable du bureau de l’ANR-Kalamu, dont le numéro de téléphone est 0814670738,  l’invitant à son bureau.

Actions à demander au Gouvernement de la RDC:

  • De faire respecter l’exercice des libertés d’association et d’expression ;
  • De garantir à Robert ILUNGA, Juvin KOMBI et Luc NKULULA la protection de leur intégrité physique, morale et psychologique ;
  • De faire mener une enquête judiciaire indépendante et impartiale pour identifier les auteurs de ces faits et les poursuivre en justice ;
  • De prendre des dispositions qui s’imposent afin de s’assurer que ce genre des violations ne puisse plus se répéter,
  • Adresses :
  • S.E M. Joseph Kabila, Président de la République Palais de la Nation, Kinshasa/Gombe, République Démocratique du Congo, Fax +243 88 02 120, Email : pp@presidentrdc.cd
  • S.E M. Augustin Matata Ponyo, Premier Ministre et Président du Comité de Pilotage de l’entité de liaison pour les droits de l’Homme, Avenue Roi Baudouin, n° 5, Kinshasa/Gombe, République Démocratique du Congo , Email : cabinet@primature.cd
  • S.E M. Tambwe Mwamba, Ministre de la Justice et des Droits Humains, BP 3137, Kinshasa Gombé, République Démocratique du Congo, Fax : + 243 88 05 521, Email : minjustdh@gmail.com ; min-droitshumains@yahoo.fr
  • M. Flory Kabange Numbi, Procureur Général de la République ; Email : florykan@yahoo.fr, pgr_rdc@yahoo.fr
  • Mission permanente de la République démocratique du Congo auprès des Nations Unies, Avenue de Budé 18, 1202 Genève, Suisse, Email : missionrdc@bluewin.ch, Fax : +41 22 740.16.82
  • Ambassade de la République démocratique du Congo à Bruxelles : 30 Marie de Bourgogne, 1000 Bruxelles, Belgique. Email : secretariat@ambardc.eu. Fax : + 32.2.213.49.95

 

Les 35 ONGDH vous remercient de les informer des actions menées à travers :

Les 35 ONGDH signataires :

  1. ACAJ, Association congolaise pour l’Accès à la Justice
  2. ACADHOSHA, Action des Chrétiens des droits de l’Homme à Shabunda
  3. ACIDH, Action contre l’impunité pour les Droits Humains
  4. ANMDH, Les Amis de Nelson Mandela pour les Droits de l’Homme
  5. AC, Anges du Ciel pour les Droits de l’Homme
  6. ACIDI, Action Chrétienne d’Initiative pour le Développement Intégral
  7. Avocats Sans Frontières/RDC
  8. BCSC, Bureau de Coordination provinciale de la Société Civile du Sud-Kivu
  9. BDDH, Bureau Islamique pour la Défense des Droits de l’Homme
  10. CADTM, Conseil pour l’Allègement de la dette des pays du Tiers monde
  11. CCJT, Coalition Congolaise pour Justice Transitionnelle
  12. Centre de Droits de l’Homme et du droit international Humanitaire
  13. CI, Congo en Image
  14. CJP/Kimbanguiste
  15. COSCCET, Conseil des Eglises pour la Transformation
  16. CVDHO, Commission de Vulgarisation des Droits de l’Homme
  17. DDM, Dynamique pour le développement du Maniema
  18. FDH, Fédération des Droits Humains
  19. FJPM, Fédération des Jeunes pour la Paix Mondiale
  20. FORFEM, Forum des Femmes Ménagères
  21. GANVE, Groupe d’Action Non Violente Evangélique
  22. GJL, Groupe Justice et Libération
  23. GL, Groupe Lotus
  24. GLJP, Groupe Lufulanga pour la Justice et la Paix
  25. HR, Human Rescue
  26. IRDH, Institut de Recherche en Droits Humains
  27. Justitia ASBL
  28. JPDH, Journaliste pour la Défense des droits de l’Homme
  29. VO, La Voix des Opprimés/Isiro
  30. LICOF, Ligue Congolaise contre la Fraude
  31. LUCHA, Lutte pour le Changement
  32. ML, Maniema Liberté
  33. OSD, Œuvres Sociales pour le Développement
  34. SFD, Solidarité des femmes pour le développement
  35. SJDM, Solidarité des Jeunes animés pour le développement du Maniema

Urgence d’une enquête sur les attaques dirigées contre l’opposition

Muhindo Nzangi

Kinshasa, le 22 octobre 2015 – La Coalition de 33 Organisations de défense des droits de l’homme (ONGDH) sont profondément préoccupées par l’augmentation de cas d’attaques dirigées contre certains opposants et/ou leurs proches par des hommes armés non autrement identifiés à ce jour.

 

« L’incendie de la maison du député MOHINDO NZANGI, membre de l’opposition située sur l’avenue Kabinda, no 32 bis dans la commune de Barumbu à Kinshasa; et  l’attaque de la résidence de M. Abraham KITANIKA, grand-frère de l’ex Gouverneur du Katanga Moïse KATUMBI, située dans la cité de Kasenga, province du Haut/Katanga, à l’issue de laquelle sa sentinelle M. MWILAMBWE a été tuée à bout portant par des personnes non autrement identifiées, dans la nuit du 20 au 21 octobre 2015, nous inquiètent énormément», a déclaré Georges Kapiamba, Coordonnateur de la Coalition.

 

«Seule une enquête indépendante, impartiale et exhaustive peut permettre d’identifier les auteurs et commanditaires des faits précités ainsi que leurs mobiles», a-t-il ajouté.

 

La Coalition recommande au Gouvernement congolais d’allouer des ressources financières conséquentes à la police pour mener cette enquête, et de solliciter la collaboration des experts de la police des Nations Unies.

 

« Par ailleurs, nous rappelons que certaines émissions d’incitation à la haine que diffusent ces derniers jours  les médias officiels la RTNC peuvent constituer des facteurs potentiels de l’insécurité des opposants et leurs proches qui y sont généralement cités sans possibilité d’exercer leur droit de réponse conformément à la loi en la matière», a déclaré Timothée Mbuya, Membre de la Coalition.

 

« Le Gouvernement devra y mettre fin dans le meilleur délai et faire poursuivre pénalement et/ou disciplinairement les responsables de la RTNC », a-t-il ajouté.

 

La Coalition recommande au Gouvernement que des mesures de protection de personnes et leurs biens soient renforcées en général, et celle des opposants et leurs proches en particulier.

 

Pour contact presse :

Georges Kapiamba, Coordonnateur

Téléphone: +234 81 404 36 41

Email: kapiambag2@gmail.com

Timothée MBUYA, Membre

Téléphone: +243 81 470 91 84

Email: timmbuya11@gmail.com