RDC : Le spectre de violence contre les défenseurs des droits humains toujours présent à Bukavu

(Bukavu, 11 mai 2017) – Dans la nuit du 29 avril 2017, vers 4h30, un homme adulte répondant au nom de Ombeni Buhendwa Kataye a été retrouvé dans une maison annexe de la concession de la famille du défenseur des droits humains (DDH) Bienvenu Karhakubwa domiciliée sur avenue du Lac non loin de l’hôtel Panorama à La Botte, commune d’Ibanda à Bukavu dans la province du Sud-Kivu.

Marié et père de 6 enfants, monsieur Bienvenu Karhakubwa est à la fois le Président de l’organisation dénommée Centre Africain de Paix et Gouvernance (CAPG), enseignant à l’Université Evangélique en Afrique (UEA), chercheur dans le domaine de la paix et développement. Président du conseil d’éthique, déontologie et contrôle  au sein du Bureau de coordination de la société civile du Sud-Kivu, il est auteur de l’intéressant ouvrage intitulé ‘Construction de la paix et rôle de la MONUSCO’ (Mission de l’ONU pour la Stabilisation de la RD Congo) paru en 2015. Le DDH Bienvenu est lauréat 2016 du Prix d’Ambassadeur de la paix lui décerné le 3 décembre 2016 à Kinshasa par l’Observatoire Africain de la Sanction Positive (OASP) dont le Jury siège à Genève en Suisse.

Nul ne sait exactement comment cet homme s’est retrouvé dans cet enclos. Qu’est-ce qu’il faisait dans la concession de monsieur Bienvenu à pareille heure de la nuit ? Comment s’y est-il introduit ? A quelle heure y est-il arrivé ? Quels moyens a-t-il utilisé? Quelle était le mobile de sa présence en ce lieu ? Voilà autant de questions que les gens se posent tout autour de ce grave incident de sécurité.

Lorsqu’il a été appréhendé, le suspect avait un laissez-passer délivré à Goma dans la province du Nord-Kivu par la Direction Générale des Migrations (DGM) ; il a fait le voyage Goma-Bukavu du 21 au 22/04/2017. A en croire les documents dont il était porteur, Mr Ombeni Buhendwa est originaire du territoire de Kabare au Sud-Kivu mais sa résidence serait basée dans la localité de Bugamba II, groupement de Mudja/Bukumu en territoire de Nyiragongo dans la province du Nord-Kivu. Il serait également client de la PROCREDIT BANK car porteur d’une carte bancaire lui délivrée par cette institution. Il n’avait pas de téléphone portable sur lui.

Toujours est-il qu’à leur réveil, les membres de la famille Bienvenu ont trouvé la porte de l’enclos fermée. Mais les vitres de l’une des fenêtres de la maison étaient cassées.

Dans son angoisse, la famille « visitée » a alerté la Police nationale congolaise. Et quelques instants plus tard, le suspect a été arrêté et, jusqu’à présent, il est aux mains des services habilités. Selon nos sources, le dossier est en cours d’instruction par le substitut du Procureur Mr Raphaël Tshisumpa, magistrat au parquet près le Tribunal de Grande Instance(TGI) Bukavu.

Tout ce que l’on sait, c’est qu’à l’issue de l’interrogatoire auquel il a été soumis, ce suspect a prétendu que dans cette nuit du 29 avril il revenait du débit des boissons appelé Sombrero. Et que dans les jours précédents cet incident, il aurait séjourné à Kigali au Rwanda. Il s’y serait rendu afin de visite à une de ses connaissances qui y étudie.

En pleine instruction préparatoire au bureau de l’Officier de Police Judiciaire Nyangi situé à La Botte, monsieur Ombeni a notamment déclaré : « Je ne sais pas comment je suis arrivé dans cette parcelle. Je ne connais pas La Botte et  je dis n’y avoir pas d’amis. Ma présence cette nuit à La Botte et dans la maison d’autrui est le fait d’un verre d’alcool que j’ai pris dans la boite de nuit SOMBRERO. J’étais en compagnie de mes amis vers 21h30 dont le fils d’une de grandes autorités politiques de la province. Je suis bien connu dans la famille de cette autorité. Je suis originaire de Kaziba (territoire de Walungu). Je n’ai fait que l’école primaire et je suis un chômeur vivant à Goma ».

Pour ceux qui connaissent bien la ville de Bukavu, l’on a difficile à comprendre que, sous l’effet de l’alcool ingurgité, quelqu’un quitte la boîte de nuit Sombrero située  non loin du bureau de coordination de la société civile sur avenue Kibombo et se retrouve calmement  à La Botte, environ un kilomètre de là, dans une maison d’une bien clôturée et fermée sans donner des empreintes d’avoir escaladé le mur. En plus, alors qu’il dit être originaire de Kaziba dans le territoire de Walungu, les indications reprises sur la carte d’électeur de monsieur Ombeni qui tient lieu de carte d’identité en RD Congo montrent par contre que Kabare est son territoire d’origine.

Aussi, cet inquiétant intrus a-t-il soutenu : «  Je suis aussi connu d’un honorable (député national) qui était ami et du même coin que mon père. J’ai travaillé comme agent de sécurité au Camp policier Jules Moke situé dans la commune de Bagira en compagnie d’un blanc qui était au service de l’OIM (Organisation internationale des migrations). Avec 50€ qu’un ami blanc m’a offert,  j’ai ouvert un compte bancaire dont je détiens la carte valide jusqu’en mai 2020».

Pour ne pas faire ombrage à l’instruction du dossier en cours au niveau de la justice, nous avons tu les identités des personnalités citées. Mais, il est à noter que le fils de l’autorité provinciale qui serait ami au suspect Ombeni est une personne très connue de la justice et des services de sécurité.

On déplore ces derniers temps plusieurs cas d’assassinats ciblés et d’autres d’atteintes à l’intégrité physique dans la province du Sud-Kivu en général et dans la ville de Bukavu en particulier. Les assassins du Dr Gildo Byamungu Magadju, Directeur de l’hôpital général de la CEPAC à Kasenga-Uvira, se sont également introduits dans sa concession vers le milieu de la nuit du 12 au 13/04/2017 avant de commettre leur ignoble crime. Il en est de même pour ceux qui ont assassiné madame Cito Kasholere en date du jeudi 04/05/2017 à Kadutu, pour ne citer que ces deux cas. Lorsque des signes pareils se répètent, il y a de quoi tirer la sonnette d’alarme.

Ainsi, le chemin du crime empreinté par le suspect révèle bien l’intelligence avec laquelle une tentative d’assassinat a échoué, bien que pouvant être justifié par certaines langues de tentatives de vol aggravé. Ses identités et ses déclarations sont de nature à appuyer que monsieur Ombeni Buhendwa n’est pas un apprenti.

A l’instar de plusieurs autres personnes avisées des questions sécuritaires,  l’asbl Héritiers de la Justice pense que cette personne se soit furtivement introduite dans la maisonnée annexe de cette concession pendant que la porte de l’enclos était encore ouverte. Son but serait d’ouvrir la porte de la clôture au milieu de la nuit afin de permettre à ses camarades malfrats d’entrer et de commettre le crime. Probablement, sous l’effet de la drogue qu’il aurait prise, ce malfrat a été emporté par un profond sommeil. Ce qui, Dieu merci, serait à la base de l’échec de la mission sinistre contre la famille de cet acteur de la société civile.

Tout en condamnant cette intrusion nocturne inquiétante d’un inconnu dans la concession du défenseur des droits humains Bienvenu Karhakubwa, l’asbl Héritiers de la  Justice invite la police ainsi que d’autres services et institutions investis des missions régaliennes de sécuriser les personnes et de leurs biens, à ne ménager aucun effort pour mener jusqu’à terme l’instruction de ce dossier et que rien de regrettable n’arrive à ce fervent défenseur des droits.

Héritiers de la Justice

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*