RDC : L’ASADHO dénonce les intimidations contre les participants à la campagne exigeant les élections en 2017

(Kinshasa, le 11 mai 2017) – L’Association Africaine de défense des Droits de l’Homme (ASADHO) est très préoccupée par les intimidations dont certains congolais qui portent les insignes distinctives (écharpes, cravates, T-shirts…) aux couleurs du drapeau pour participer à la «Campagne J’aime le Congo, j’exige les élections en 2017 » sont victimes de la part des agents des services de sécurité, en République Démocratique du Congo.

En date du 08 mai 2017, trente organisations de la société civile ont lancé «la Campagne J’aime le Congo, j’exige les élections en 2017» invitant le  peuple congolais à porter des habits aux couleurs du drapeau national comme moyen pacifique pour exiger l’organisation des élections présidentielle et législatives en 2017.

Trois jours après le lancement de la campagne, les informations qui nous parviennent de certaines communes de la ville de Kinshasa font état des actes d’intimidation dont certains participants à la campagne sont victimes de la part des agents de l’Agence Nationale des Renseignements (ANR).

En date du 09 mai 2017,  au niveau du Rond-Point Victoire, dans la commune de Kalamu, Messieurs  Alphonse MUKENDI et Jean Louis NZITA ont été interpelées par les agents de l’ANR  qui les ont sommés à enlever les écharpes aux couleurs du drapeau national qu’ils portaient. Ils leurs ont ensuite dit qu’« ils n’avaient pas le droit d’exiger les élections tant que la CENI n’a pas encore publié le calendrier. La prochaine fois, ils seront arrêtés et conduits en prison ».

En date du 10 mai 2017, au niveau Rond-Point Ngaba, dans la Commune de Ngaba, Monsieur Daniel MUTOMB, a failli être arrêté par les agents de l’ANR au motif qu’il troublait l’ordre public en expliquant à la population le bien-fondé de la campagne « J’aime le Congo, j’exige les élections en 2017 ». Il a eu la vie sauve grâce à la détermination de la population qui a empêché son arrestation.

« L’ASADHO constate que malgré que la campagne [J’aime le Congo, j’exige les élections en 2017] est totalement pacifique, les agents de l’ANR empêchent la population de s’exprimer en violation de la Constitution et des lois de la République. Elle déplore aussi le fait que le recours à  n’importe quel moyen d’expression pacifique prévu par la Constitution puisse exposer les citoyens  soit à la mort, à l’arrestation, soit  aux menaces de tout genre en République Démocratique du Congo au mépris des engagements internationaux de la RDC en matière des Droits de l’Homme », a indiqué dans un communiqué le Président National de cette ONG, Jean Claude KATENDE.

Face à ce qui précède, l’ASADHO recommande :

Au Président de la République de :
–  Veiller à ce que tous les congolais jouissent de tous les moyens d’expression démocratique prévus par la Constitution ;
–  Faire ouvrir une enquête administrative et judiciaire pour que les agents de l’ANR qui sont à la base des faits dénoncés ci-dessus soient punis.

Aux agents de l’ANR de :
– Exercer leurs attributions conformément à la loi et de s’abstenir de tout acte d’intimidation à l’égard des participants à la campagne.

A la population de :
– Bannir la peur en participant massivement à la campagne ;
– Se mobiliser pour exiger les élections avant la fin de cette année.

SYC

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*